Question 1 - Dénoncer ou informer ?

Bonsoir Sand et Jenaël,

 

J’ai écouté attentivement votre vidéo et j’avoue être pour le moment dans une certaine confusion.

Opérer l’œuvre alchimique de transformation de la conscience de soi me semble essentiel. Mais, comment être dans le service à autrui, s’il ne sert à rien de dénoncer les mensonges de la Matrice ?

Le fait que des personnes se soient occupées à le faire a provoqué mon éveil et c’est ce qui me permet aujourd’hui d’appréhender votre expérience.

Dois-je comprendre que cela n’est pas suffisant ou qu’il ne sert à rien de le faire ?

 

Je comprends que vous ne pourrez pas me répondre.

Peut-être, lors de votre prochaine vidéo, pourrez-vous éclaircir ce point ?

Je vous remercie de tout cœur,

pour tout ce que vous nous faites partager.

Béatrice

Réponse réseau LEO

 

Prendre conscience de la perversité du fonctionnement de la matrice est une étape nécessaire au chemin de libération. Cette phase s’accompagne irrémédiablement d’un sentiment d’injustice, de colère, de révolte qui nous pousse à dénoncer et descendre manifester dans les rues…

 

Il y une grande différence entre dénoncer et informer.

La plupart des gens s’épuisent à dénoncer des évènements de tout genre, surtout en ce qui concerne les comportements psychopathiques des gouvernements, des criminels, de la police, des banquiers... avec beaucoup de virulence.

 

Le processus passe par là, mais le piège est d’y rester coincé puisque justement, le fait d’être en réaction rentre pile-poil dans les programmes de la matrice. Elle y puise son énergie et en même temps s’assure que nous ne nous échappions pas de notre enclos. Tout nous incite à agir sur l’extérieur et très peu à l’intérieur et justement la prédation (aussi injuste qu’elle puisse nous paraitre) est là, entre-autre, pour rééquilibrer ce déséquilibre. De manière quasi systématique, puisque c’est un conditionnement, les gens refoulent leurs ténèbres intérieures et cherchent la paix et l’amour à l’extérieur. Puisque l’Univers fonctionne, non pas selon une loi « Amour et Lumière » version New-Age mais bien selon une loi d’Equilibre, tant que l’humain cherche à étouffer la prédation qui l’habite, celle-ci compensera et se manifestera à l’extérieur. Donc la seule (et précieuse) chose que nous pouvons faire est d’accueillir la douleur qui surgit de nos profondeurs, révélée par les ténèbres de ce monde. Sinon, nous donnons de l’énergie à ce que nous voulons tant voir disparaitre. Lutter contre revient à se battre contre des moulins à vent et renforcer la matrice…

 

La psychopathie de notre monde, existe simplement pour activer notre émotionnel. C'est le jeu de la matrice.

La plupart des gens n’arrivent pas à voir, ni à comprendre, que ce qu'ils rejettent en autrui (le gouvernement, les crimes, l'injustice, la psychopathie des autres...) n'est que le reflet d'eux-mêmes – le résultat de leurs mémoires karmiques non résolues –, qui se manifestent dans leur vie quotidienne. Dénoncer représente un palier dans la prise de conscience. Il s'agit surtout de ne pas y rester.

 

Celui qui le comprend arrêtera automatiquement de dénoncer ou de manifester, parce qu’il aura su se responsabiliser et aura acquis du discernement. Il se contentera alors d'informer de manière "objective" puisque son émotionnel ne sera plus en réaction.

 

De cette façon, les 3/4 des informations sur internet disparaîtraient, puisqu'elles se révéleraient inutiles, voir erronées. Il ne subsisterait que des révélations objectives qui élèveraient la conscience des gens. Et c'est en cela que réside le cheminement SDA. Malheureusement nous en sommes encore loin !

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Béatrice (dimanche, 06 mars 2016 14:08)

    Merci pour votre réponse qui m'éclaire tout à fait. Je comprends que dénoncer est l'énergie du débutant qui, à juste titre ressent de la colère, l'envie de crier haut et haut les rouages subtils de la Matrice qui l'a jusque là berné.

    Informer est une prise de conscience supérieure. Elle appartient au service SDA. Il est nécessaire de se mettre en ordre soi-même avant cela.