Une vie sans pain

Ou comment une alimentation pauvre en hydrates de carbone peut vous sauver la vie. Si vous suivez déjà actuellement un régime pauvre en hydrates de carbone ou si vous pensez changer la façon dont vous vous alimentez, «Life Without Bread» que l'on peut traduire par «Une vie sans pain» vous donnera des preuves évidentes qui pourront vous conduire à une santé optimale et ce, pour toute votre vie.

 

Le docteur Christian B. Allan a fait des recherches sur la chimie minérale, la biochimie et la nutrition aux laboratoires Lawrence Berkeley, à l'Université du Massachusetts à Amherst et à l'Institut National de la Santé. Il continue de travailler pour une société de biotechnologie, au Maryland.

Le docteur Wolfgang Lutz a étudié le régime pauvre en hydrates de carbone sur des milliers de patients grâce à sa pratique clinique quotidienne. Il a rencontré un très grand succès en soulageant leurs maux et en construisant une théorie intelligible expliquant pourquoi un régime pauvre en hydrates de carbone améliore la santé de l'homme.

 

S'appuyant sur plus de 40 années de recherches cliniques conduites sur plus de 10 000 patients, « Life Without Bread » révèle et démêle les mystères de la nutrition. Ce livre montre comment un régime pauvre en hydrates de carbone mais riche en graisses saines peut inverser les processus- et probablement guérir - du diabète, des maladies cardio-vasculaires, des désordres gastro-intestinaux et de l'obésité tout comme il peut stimuler la force et l'endurance. Ce n'est pas facile de modifier des années de conditionnement nutritionnel, mais, dans cet ouvrage, le docteur Allan et le docteur Lutz expliquent comment changer votre vie et reprendre le contrôle de votre santé et de votre alimentation.
La consommation d'hydrates de carbone, comme l'expliquent les docteurs Allan et Lutz, a un effet direct sur l'équilibre hormonal et, par conséquent, sur la santé. Les endocrinologues, encore de nos jours, ne reconnaissent pas le fait que la consommation d'hydrates de carbone soit la source alimentaire la plus importante de déséquilibre hormonal. Au lieu de cela, de multiples suppléments hormonaux et différents autres médicaments sont prescrits pour soulager des problèmes qui pourraient souvent être guéris par une simple diminution de la quantité d'hydrates de carbone dans l'alimentation.

Contrairement à la croyance populaire, ce sont les hydrates de carbone et non les graisses qui contribuent au développement d'un grand nombre de pathologies liées à l'alimentation. Un régime faible en hydrates de carbone peut aider à résoudre certains problèmes cardio-vasculaires, des désordres gastro-intestinaux, prévenir ou retarder le développement du cancer,...

 

 

Maladies cardio-vasculaires : l'importance de l'équilibre graisses/protéines.

Dans le chapitre dédié aux problèmes cardio-vasculaires, les auteurs font état de nouvelles études épidémiologiques réalisées par des chercheurs de l'Université de Harvard. Elles montrent que les graisses n'ont pas simplement une relation bénigne avec les maladies cardio-vasculaires mais, qu'apportées par l'alimentation, elles pourraient même avoir une action positive.

Ils démontrent également que les protéines ont un effet bénéfique dans un régime. Les instigateurs des régimes pauvres en protéines oublient certains facteurs dont le plus important est qu'aucune supplémentation ne peut se substituer à l'équilibre naturel graisses/protéines obtenu par des aliments d'origine animale.

Cependant, il n'est pas question de promouvoir un régime uniquement à base de protéines : les graisses doivent avoir leur place dans toute alimentation. Le principal argument contre un régime riche en protéines est qu'il peut compromettre le fonctionnement des reins. Cela fait probablement référence à des chiffres publiés il y a plusieurs années indiquant que, si un patient souffrait déjà d'une maladie rénale, des acides aminés pouvaient aggraver son état. Les auteurs n'ont trouvé nul part de preuves que les fonctions rénales souffrent d'un régime pauvre en hydrates de carbone. Au contraire, par des mesures précises chez des patients, ils ont montré que l'acide urique diminue dans le sang lorsque les malades suivent un régime pauvre en hydrates de carbone. Par ailleurs, des études récentes indiquent que soumettre des enfants atteints d'une maladie rénale à un régime pauvre en protéines n'apporte aucune amélioration à leur état.

Les auteurs présentent également une théorie alternative concernant les problèmes cardio-vasculaires. De nos jours, l'homocystéine est reconnue comme l'un des facteurs de risque les plus importants dans les maladies cardio-vasculaires. Trois vitamines, B6, B12 et l'acide folique très peu présentes dans une alimentation riche en hydrates de carbone et pauvre en graisses, sont cruciales pour maintenir de faibles niveaux d'homocystéine dans le sang.

Le suivi de milliers de patients a apporté au Dr Lutz autant de preuves sur l'intérêt d'un régime pauvre en hydrates de carbone pour diminuer le risque de maladies cardio-vasculaires ainsi que de beaucoup d'autres problèmes métaboliques liés à l'alimentation. Il lui a permis de vérifier l'incidence que pouvait avoir un tel régime sur les triglycérides, l'acide urique, le cholestérol, la pression sanguine ou la puissance cardiaque de patients ayant une maladie diagnostiquée depuis déjà deux ou trois ans.

 

Les hydrates de carbone, l'ajout le plus récent et le plus dangereux

Dans le chapitre concernant les maladies gastro-intestinales, les docteurs Allan et Lutz nous expliquent que, bien que ces désordres ne soient pas considérés par de nombreuses personnes comme des maladies, ils représentent néanmoins des problèmes importants pour une majorité d'entre elles. Ils montrent de quelle manière de graves pathologies du système digestif peuvent être améliorées de façon importante par un régime pauvre en hydrates de carbone.

 

Comme les auteurs l'indiquent tout au long de ce livre, cette nutrition peut, en fait, corriger de nombreux problèmes de santé. Cependant, elle doit être adaptée correctement à la physiologie du patient. Pour les docteurs Allan et Lutz, « la plupart des maladies dont nous parlons dans ce livre, n'auraient jamais commencé si un régime pauvre en hydrates de carbone avait été maintenu durant toute la vie. Il est temps d'oublier les intérêts qui nous guident vers la folie des régimes pauvres en graisses et d'affronter les faits. Ceux qui disent que les régimes pauvres en hydrates de carbone sont une «toquade» sont dans l'obscurantisme, ne veulent pas reconnaître les faits ou ne les ont pas clairement analysés. Les hydrates de carbone, surtout en quantités importantes, constituent l'ajout le plus récent et le plus dangereux à l'alimentation de l'homme ».

 

 

Les cellules cancéreuses se nourrissent essentiellement de glucose

A propos du cancer, les docteurs Allan et Lutz parlent de la connaissance que nous avons de la façon dont les cellules cancéreuses fabriquent leur énergie, de la manière dont se forme le cancer et des modifications de l'ADN. En ce qui concerne le lien réel existant entre cancer et nutrition, il semble clair pour les auteurs que nous avons besoin des théories d'hier pour répondre aux problèmes d'aujourd'hui. Notre corps se développe en ayant principalement besoin de graisses et de protéines. « Après tout, nous sommes des êtres humains et non des bactéries ».


Le message est très simple. Les graisses et les protéines ne sont pas les aliments dont les cellules cancéreuses ont besoin. Les auteurs croient fortement que le fait de manger peu d'hydrates de carbone réduit les risques de cancer car les cellules cancéreuses se nourrissent essentiellement de glucose. « Les Esquimaux, qui ne se nourrissaient que de graisses et de protéines, n'avaient jamais eu de cancers dans leur population jusqu'à ce que l'alimentation occidentale y soit introduite. Pourquoi n'avons nous jamais entendu parlé de cancer du cœur ? Probablement parce que le cœur utilise presque toutes les graisses pour l'énergie et ainsi, le cancer ne peut pas se développer dans ces cellules ».

 

La mise en pratique

Enfin, il est question, dans le dernier chapitre de « Life without Bread », de ce dont nous avons besoin de savoir pour mettre en pratique un programme nutritionnel pauvre en hydrates de carbone.


L'un des arguments contre ce régime est que l'on ne connaît pas ses effets à long terme. Dans ce livre, les docteurs Allan et Lutz estiment avoir présenté les informations les plus compréhensibles qui aient jamais été publiées sur ce sujet. Ils ont détaillé de quelle manière un régime pauvre en hydrates de carbone peut réduire le risque de nombreuses maladies qui affectent, aujourd'hui, notre société occidentale.


Plus de quarante années de pratique quotidienne au cours desquelles le Dr Lutz a utilisé ce régime comme traitement pour prévenir, voire même inverser, le processus de développement d'un grand nombre de maladies permettent aux auteurs de bien connaître les difficultés associées au passage d'une alimentation riche en hydrates de carbone à une alimentation pauvre en hydrates de carbone et de savoir comment les résoudre.


En préliminaire aux conseils pour vous aider à basculer facilement vers un régime pauvre en hydrates de carbones, ils soulignent trois points importants :


- la réduction brutale des hydrates de carbone à un niveau proche de zéro recommandée par différents auteurs n'est pas indispensable pour obtenir les bénéfices d'une alimentation pauvre en hydrates de carbone.
- le régime à 40% d'hydrates de carbone recommandé aux athlètes n'est pas suffisamment faible pour atteindre les bénéfices attendus. Réduire trop rapidement à zéro la quantité d'hydrates de carbone peut entraîner, au début, de sérieux effets secondaires si vous êtes âgés ou souffrez d'une maladie grave.
- la quantité d'hydrates de carbone utilisables nécessaire pour normaliser les niveaux d'insuline dans le sang est, d'après les résultats d'études cliniques, d'environ 72 g par jour. La façon dont votre organisme gérera ce changement dépend de votre état de santé au moment où vous souhaitez le commencer. Si vous souffrez d'une maladie ou si vous êtes âgés, il est recommandé de changer doucement vos habitudes alimentaires jusqu'à descendre aux 72 g quotidiens.

Ensuite, chacun a sa vie et ses habitudes alimentaires. La recommandation est simplement de réduire la quantité d'hydrates de carbone quotidienne à 72 g. Le reste dépend du choix de chacun de vous, qui doit être celui d'une vie saine.

 

Article en provenance de Nutra News

Écrire commentaire

Commentaires : 0