Pourquoi cette folie de l’huile de noix de coco ?

Regardée de travers depuis toujours par les diététiciens à cause de sa haute teneur en graisses saturées, l’huile ou graisse de noix de coco est maintenant dans les rayonnages de toutes les boutiques bio et débarque même dans les supermarchés.

Les ventes d’huile de noix de coco montent en flèche. On en trouve désormais dans de multiples produits alimentaires et certains affirment que l’huile de noix de coco a toutes les vertus, aussi bien pour maigrir que pour ralentir la maladie d’Alzheimer.

Toutefois, les autorités sanitaires continuent à mettre les populations en garde contre l’huile de noix de coco et les autres huiles tropicales, de composition proche.

Que faut-il en penser ?

 

Composition nutritionnelle de l’huile de noix de coco


L’huile de noix de coco contient zéro protéine, zéro glucide, zéro minéraux et presque zéro vitamines. C’est de la graisse pure avec un peu de vitamine E.

Une cuillère à soupe de 13,6 grammes contient 117 calories (une femme a besoin d’environ 1800 calories par jour).

La graisse de noix de coco est presque uniquement composée d’acides gras saturés. Mais à la différence des graisses animales, très riches en acides gras saturés également, elle contient une quantité inhabituelle d’acides gras à chaîne moyenne, ou triglycérides à chaîne moyenne (TCM).

Lorsque vous mangez des TCM, ils vont droit dans votre foie et sont métabolisés pour produire de l’énergie, ou sont transformés en cétones qui peuvent avoir un effet thérapeutique sur le cerveau (épilepsie et maladie d’Alzheimer).

Votre corps a beaucoup de mal à stocker les TCM dans vos réserves de gras (cuisses, fesses, ventre, bras, poitrine).

Vous pouvez même maigrir en remplaçant le beurre ou les autres graisses saturées par de l’huile de noix de coco. Une étude a conclu que 15 à 30 grammes de TCM par jour augmentent la consommation d’énergie de 5 %, ce qui représente 120 calories par jour [1].

Enfin, de nouvelles études de très grande ampleur ont montré qu’il n’y a pas de lien entre la consommation de graisses saturées et le risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral [2].

 


Les peuples consommateurs de noix de coco sont en bonne santé


La noix de coco est considérée chez nous comme un simple produit exotique mais il ne faut pas oublier qu’elle constitue la base de l’alimentation de nombreux peuples sous les tropiques.

Or, on constate que lorsqu’ils ont conservé leur mode de vie traditionnel, ces peuples sont en très bonne santé.

Le meilleur exemple sont les Tokelauans, qui vivent dans le sud du Pacifique. Leurs apports en calories se font à 56 % sous forme de graisse, dont 90 % d’huile de noix de coco, ce qui en fait les plus gros mangeurs de graisse au monde.

Pourtant, leur taux de lipides sanguins est modéré et il est très rare qu’ils souffrent de maladies cardiaques [3].

D’autres chercheurs ont constaté le même phénomène (absence d’infarctus et d’AVC) chez un autre peuple gros consommateur de noix de coco : les Kitavien (en Mélanésie) [4].

 


Choisissez de l’huile de coco vierge


Attention toutefois, cela n’est vrai que pour la véritable huile de coco vierge. Elle est extraite à froid de noix de coco mûres et fraîches, sans chauffage ni produits chimiques.

Elle est considérée non raffinée. Vous la repérez parce qu’elle a une douce odeur de noix de coco, contrairement à l’huile de coco hydrogénée ou l’huile blanchie et désodorisée, beaucoup moins chères mais aussi beaucoup moins saines.



Vertus possibles de l’huile de coco vierge pour la santé


Un régime riche en TCM (qui représentent 65 % de l’huile de coco vierge) augmente la tolérance au glucose et améliore la sensibilité à l’insuline dans les études faites sur les rats [5].

Une étude de 2009 a montré que remplacer l’huile de soja par une quantité égale d’huile de noix de coco permettait une légère baisse de poids aux femmes souffrant d’obésité abdominale [6].

Récemment, une étude réalisée sur des cellules de souris et publiée dans le Journal of Alzheimer a trouvé que le traitement à l’huile de noix de coco protège les neurones du cortex cérébral en laboratoire [7].

Dans une étude réalisée en 2006, la consommation de triglycérides à chaîne moyenne a conduit à des améliorations immédiates des fonctions cérébrales chez les patients souffrant de formes modérées de la maladie d’Alzheimer [8].

L’huile de noix de coco est constituée à 50 % d’acide laurique, qui peut tuer les microbes pathogènes (sources de maladie) comme les bactéries, les virus et les levures [9], par exemple le staphylocoque doré et le candida albicans.

L’huile de coco vierge a l’avantage de ne pas produire de composés toxiques lorsqu’elle est chauffée. C’est donc une huile à privilégier pour la cuisine.

De plus, le fait qu’elle soit solide à température ambiante en fait une excellente alternative au beurre et à l’huile de palme dans la pâtisserie : elle donnera la texture onctueuse et fondante recherchée pour la pâte à tarte, les gâteaux, les viennoiseries.

L’huile de noix de coco est excellente pour la peau [10], les cheveux [11] et même les dents, grâce à ses effets antibactériens. Elle limite les dommages causés par les rayons du soleil, bloquant environ 20 % des ultraviolets [12], ce qui en fait une sorte de crème solaire naturelle pour exposition modérée.

Certaines études indiquent que vous pouvez maigrir en rajoutant de la graisse de noix de coco vierge à votre régime alimentaire [13].

À mon avis, c’est exagéré. Il est plus sage, pour espérer en tirer tous les bienfaits pour la santé, qu’elle vienne en remplacement d’une autre graisse.

Il ne faut quand même pas rêver 😉
À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
santenatureinnovation.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0