Le fructose : danger, c’est un poison !

Depuis plusieurs décennies le fructose, très facilement obtenu à partir de sirop sucré provenant de l'amidon de maïs, est utilisé « à toutes les sauces » par les grands groupes de l'industrie alimentaire qui ont clamé que ce sucre était totalement anodin pour la santé. De nombreux travaux émanant d'une multitude de laboratoires de biologie de par le monde indiquent maintenant clairement qu'il n'en est rien. Le fructose, utilisé en grandes quantités dans les sirops enrichis en ce sucre particulier, les HFCS, est toxique pour la santé pour plusieurs raisons que l'on peut expliquer dans le détail. Le fructose est considéré comme la cause majeure des désordres métaboliques tels que l'obésité et le diabète de type 2. De plus ce sucre favorise le développement de pathologies neurologiques et psychiatriques. L'augmentation des désordres métaboliques est liée à la consommation d'HFCS et son augmentation n'a jamais cessé depuis la fin des années 70. Aujourd'hui 15 % des enfants de moins de 15 ans en Chine souffrent de surpoids. 

 

En étudiant la santé physique et cérébrale de rats et de souris, on s'est aperçu que les acides gras dits omega-3 avaient tendance à atténuer les effets délétères du fructose sur le métabolisme général et par exemple les troubles de la mémoire dépendante de l'hippocampe. Le but d'une étude pilotée par une équipe de biologistes de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) était de mettre en évidence les effets du fructose sur le métabolisme général commandé par l'hypothalamus et les troubles des facultés cognitives relevant de l'hippocampe et également de préciser l'effet « antidote » d'un acide gras omega-3, l'acide docosahexaènoique (DHA) avec des rats obligés de boire de l'eau sucrée avec du fructose correspondant à environ 2 litres de soda par jour pour une personne pesant 60 kg. 

 

La figure ci-dessous illustre la stratégie expérimentale adoptée au cours de cette étude :

 

 

Le fructose perturbe l'expression des gènes, perturbe également certaines interactions entre protéines cellulaires dont celles impliquées directement dans le transport des métabolites essentiels à la survie des cellules et altère la transcription de l'ADN en ARN messager. Outre le fait que le fructose n'est utilisé par les cellules que pour produire des acides gras qui vont aller s'accumuler dans les tissus adipeux, une sorte de cul-de-sac métabolique, ce sucre produit industriellement pour, à l'origine, échapper à la taxe sur le vulgaire sucre de table issu des betteraves ou de la canne à sucre, est complètement toxique pour l'ensemble de l'organisme tout entier y compris le cerveau ! C'est d'ailleurs ce dernier point qui est le plus terrifiant car les gènes perturbés par le fructose sont directement impliqués dans des pathologies comme la schizophrénie, la maladie de Parkinson et des modifications du comportement telles que la dégradation de la vigilance ou de la mémorisation. Enfin, la régénération des neurones est également impactée. 

 

Si les modèles murins utilisés dans cette étude ne peuvent pas être totalement transposés aux humains, celle-ci indique très clairement le danger que représente le fructose non seulement en ce qui concerne l'apparition des désordres métaboliques (obésité, diabète de type 2) mais également en provoquant un vieillissement prématuré du cerveau. À l'évidence les industriels vont continuer à commercialiser leur poison pour des raisons fiscales en se moquant totalement de la santé de centaines de millions de personnes et du coût que représente pour la société les perturbations métaboliques et les maladies neurodégénératives. L'industrie agro-alimentaire dans son ensemble est donc coupable de crime contre l'humanité et cette étude est là pour le prouver. Quand les gouvernements à qui on a confié aveuglément notre santé vont-ils réagir et ne plus se laisser rouler dans la farine par le puissant lobby des producteurs d'additifs alimentaires et de malbouffe ? 

 

 

Notes : 

Source (en accès libre) et illustration : http://dx.doi.org/10.1016/j.ebiom.2016.04.008

DNA methylome : modification épigénétiques de l'ADN,

Transcriptome : ARNs messagers présents après transcription de l'ADN,

GWAS : acronyme de genome-wide association studies ou étude globale de la dynamique de l'expression des gènes,

DHA acide docosahexaènoique,

Fmod et Bgn : gènes codant pour des transporteurs de la matrice extracellulaire. Ces gènes sont impliqués entre autres fonctions dans la régulation de la teneur sanguine en cholestérol et en triglycérides. Les souris dont ces gènes ont été supprimés (knockout) présentent des pathologies cérébrales liées à ces deux composés. HFCS est l'acronyme de High Fructose Corn Sirup, un additif alimentaire qui devrait être interdit d'urgence.

 

Commentaire SOTT : La métabolisation du fructose ne semble pas impliquer l'insuline. Cela pourrait être une bonne nouvelle. Il n'en n'est rien. Il incombe au foie de faire tout le travail, lui qui est déjà sur-sollicité par l'élimination des polluants endogènes ou exogènes de toutes sortes. Le résultat n'est pas brillant puisque cela participe à l'apparition de ce que l'on appelle une stéatose, ou foie gras, déjà favorisée par la consommation d'alcool et de graisses industrielles... 

Écrire commentaire

Commentaires : 0