8ème part-âge : Nouvel H - par Mimi et Damien

 

 (Vous trouverez une version PDF en bas de page)

 

(MimiDam)

Ce récit parle de nos expériences et compréhensions nous menant à la révélation des signes qui jusque là n’avaient pas trouvé leur sens. Ils sont abordés lors du 5ème part-âge, il s’agit des nombres 68/86 et 105. Ils sont les jalons que ma supra-conscience m’a invité à suivre et qui ont mené à vivre des expériences et des synchronicités nous remémorant l’évitement du chaos de l’Atlantide. Alors pourquoi 68/86 et 105, que cela voulait-il dire ?

Nous devions visiblement vivre d’autres expériences et réintégrations mémorielles pour comprendre leur sens.

 

 

A) Yo-yo temporel pour une compréhension claire.

 

Nous voilà partis visiter Rocamadour et sa cité médiévale nichée sur une falaise. Après avoir gravit quelques 216 marches, nous arrivons au centre du jaillissement d’une ligne du monde et nous apprécions son champ énergétique qui permet de nous rectifier comme le dirait Patrick Burensteinas. Nous visitons les alentours et nous arrivons à la fontaine de Berthiol où comme la sirène nous plongeons dans nos mémoires médiévales.

 


           Queue de la sirène ! Clin d’œil à Éliane :)                                    Entrée de la fontaine de Berthiol.

 

Nous nous rendons ensuite à Loubressac où une roulotte nous attend au milieu d’un champ situé au bord d’une falaise que l’on descendra en famille pour arriver à la cascade d’Autoire.

 


                             Roulotte                                                   Cascade asséchée laissant apparaître un visage

 

Après une nuit et une balade libératrice jonchée de clins d’œil 4D nous nous dirigeons vers Padirac où nous tombons sur son gouffre et nos mémoires souterraines entropiques. Nous étions dans ce gouffre et nous ne comprenions pas sur le moment le sens de cette visite.

 


                Petit gris à gauche et griffure à droite.                             100 mètres sous terre à Padirac Œil reptilien.

 

Tête de Léonidé en bas et poisson en haut.

 

On avait décidé de partir sur Rocamadour après la rencontre forcée avec le frère de Mimi où nous avons ressenti une attaque puissante SDS qui continuera lors du périple qui suivit. En réalité il s’agissait toujours de la résonance de cette rencontre qui nous appris que les mémoires De la Brosse-De-Brabant maintenant reconnues (4ème partage), génèrent des attaquent qui peuvent, si elles ne sont pas parées nous mener dans le gouffre du cheminement SDS+ de la 4ème densité (base souterraine du corpus). Lors de ce séjour nous avons commencé par Rocamadour, lieu naturellement énergétique exploité par la religion. Il est le reflet des mémoires d’emprise religieuse de Mimi sur ses énergies naturelles. Elle dû faire face à sa peur du vide qui même si les intégrations mémorielles avaient entamé le processus de guérison, il fallait maintenant se lancer sur le terrain de ses démons. Elle réussit à se hisser au sommet, 150 mètres au dessus de la vallée, où se trouve un château lui rappelant ses mémoires Brabançonnes qui visiblement sont l’origine de ce vertige.

 

A Padirac avec la visite de son gouffre profond de 103 mètres, nous sommes portés par une onde où tout nous paraît surréaliste, nous ressentions l’énergie 4D SDS+.

Nous décidons de rentrer et nous arrêtons à Mirepoix, car je voulais montrer à Mimi la rivière souterraine de Labouiche que j’avais visité adolescent. Nous prenons un hôtel et encore une fois la chambre était si vieille que nous étions projetés dans les temps médiévaux. Nous visitons la ville, également remplie d’énergies médiévales et un peu irrités par un moment d’incompréhension sur ce que l’on voulait faire, on tourne en rond et finissons par suivre les envies de Gabrielle qui voulait rentrer dans un magasin de jouets en bois. Nous en ressortons avec un puzzle spirale rempli d’animaux qui nous permettra plus tard de résoudre les signes non-compris. Nous partons ensuite à Labouiche et visitons cette rivière souterraine, nous comprenons que les mêmes expériences se répètent puis nous rentrons à Roquefort de Sault.

 

Puzzle

 

Nous décidons à notre arrivée de rédiger le récit de la rencontre avec le frère de Mimi, inclut dans la sortie du format-âge.

Nous ne savions pas que le séjour qui suivit cette rencontre était en réalité, tel un yo-yo temporel, une explication et une mise en corrélation du passé de De la Brosse-De-Brabant avec un futur entropique. Voilà ce que notre En-je voulait que l’on comprenne, une fois les mémoires reconnues et intégrées il s’agissait de parer les attaques qui en découlent au risque de replonger dans un cycle SDS+ 4D.

 

 

B) Lecture du cahier 16.

 

(Mimi)

A la lecture de ce cahier nous comprenions que la dernière expérience avec Gégé, résonnait avec notre expérience avec le frère de Mimi.

Gégé ayant la possibilité d’acter véritablement son choix de la voie SDA par le don désintéressé de son énergie(argent), prit peur et s’identifia à son prédateur, et sa volonté de garder le contrôle.

De notre côté mon frère et son imposition à me rencontrer traduisait sa peur de perdre le contrôle sur mes énergies.

 

En effet les reconnaissances mémorielles que j’ai intégrées me font sortir des limites imposées par le besoin de contrôler et ce changement chamboule par résonance les énergies contrôlantes de mon frère qui rejoue, guidé par son programme karmique, le même rôle que son alter que nous avions identifié dans la « sortie du format-âge » comme étant Jean 1er de Brabant. Après lui avoir transmis l’information de notre choix SDA ainsi que de nos "Barbes à Part-âges" et accepté malgré son imposition une rencontre en terrain neutre, il choisit de rester dans ses programmes et cela génère ce qu’on appelle une attaque SDS d’une grande ampleur. C’est donc en famille que nous parons celle-ci en réaffirmant notre choix SDA et en donnant l’information de l’existence de cette voie (réseau Léo).

 

Notre En-je, au travers du séjour qui suivit cette rencontre et son yo-yo temporel nous a clairement expliqué où menait la peur d’assumer le choix de la voie SDA (gouffre).

Donc le fait de parer l’attaque et d’assumer quoiqu’il se passe le choix de la voie SDA et tout ce qui la comporte, permet un bond en avant sur celle-ci et permet également l’accueil de l’inimaginable. Merci donc Gégé et Merci mon frère.

 

(Damien)

Ce cahier est publié la veille de mon RDV à Pôle Emploi et ce fut un véritable cadeau. En effet je sentais le bond en avant du potentiel SDA ainsi que le déploiement des ailes planificatrices.

Je comprends que ce lieu (ECOLEO) est un lieu d’atterrissage pour ceux qui décident de sauter sans parachute et dans lequel la construction d’une Arche de lancement voit le jour pour accéder à l’envol des êtres libres au Service D’Autrui.

C’est donc avec une sérénité imperturbable que je me rends au Pôle Emploi et je constate toute l’envergure du potentiel SDA. Je pus amorcer un partenariat où le temps n’existe plus, en effet on m’explique qu’en raison de mon autonomie et de ma motivation à œuvrer au Service D’Autrui, mes RDV avec Pôle Emploi ne sont plus nécessaires et qu’un simple compte-rendu des avancées de mon œuvre suffit. On m’explique également que Pôle Emploi n’est pas là pour nous trouver du travail mais pour faire valoir et mettre en place nos droits. Je pouvais donc à présent nourrir mon potentiel SDA sans crainte du patriarcat mais bien avec son partenariat.

 

(Mimi)

A la lecture de ce cahier je ressentais une forte envie de participer à cet Ecoléo et de proposer une aide rapidement avec dans le même temps un agacement et un énervement dû à la difficulté que j’avais à l’exprimer au Réseau Léo. Alors pourquoi cette contradiction ?

Après une discussion avec Damien, mon prédateur fut mis à jour et mon programme de toujours vouloir contrôler. Je conscientisais alors cette peur d’ETRE sans contrôle et elle se transformait en une sérénité et une force augmentant mon potentiel SDA, je sortais du vouloir plaire et du vouloir être. Je sais désormais que ma participation se fait naturellement sans cette peur du comment.

 

(MimiDam)

Libérés du temps nous pouvions naturellement proposer notre participation à la densification de cette arche. La proposition fut acceptée avec joie et alors que tout le monde est dans les cartons nous nous interrogeons : déménager ou pas ? Nous demandons à notre En-je de nous guider afin de trouver la position la plus juste.

 

 

C) Étrange rencontre dans les bois.

 

Cela va faire 4 mois que nous sommes dans l’Aude et la saison du grand Sault touche à sa fin.

Un événement me revient en tête après notre demande, il s’agit de la commande de bois faite un mois auparavant l’arrivée du Cahier 16, auprès de la société Garraud bois (Gare-au-bois !). Je comprends alors son sens qui me montrait l’inutilité d’acheter du bois. Dans l’absence de réponse de cette société nous avions décidé de ramasser du bois mort sur le sentier menant au Pic de Madres, c’est là que nous sommes interpellés par un monsieur sorti de nulle part qui me demande où mène ce chemin d’où l’on vient ? Je lui réponds qu’il mène à Roquefort de Sault et lui demande à mon tour si je suis sur le bon chemin pour aller au Pic de Madres. Il me réponds qu’il ne sait pas quelle est l’origine de ce chemin d’où il semble venir et poursuit en me demandant si je chasse, je lui réponds que je me balade, il insiste pour savoir si je suis chasseur (prédateur), je lui réponds clairement non.

 

Il me dit que je risque de prendre un PV car cette route est réglementée, je lui montre mon laisser- passer fourni par la Mairie de Roquefort à notre arrivée. Décontenancé et après avoir repris ses esprits il me dit que l’on se connaît pour s’être déjà croisés dans le brouillard une semaine auparavant sur le plateau de Sault.. Je lui réponds que je ne me souviens pas d’un brouillard et encore moins de l’avoir croisé. Il me demande, après m’avoir indiqué que j’étais sur la mauvaise voie, s’il y a une rivière là d’où je viens, car elle est le repère pour qu’il retrouve son véhicule.

 

Je sors alors la tête de la voiture pour lui montrer que les roues de la voiture étaient mouillées car nous venions effectivement de traverser un ruisseau. C’est à ce moment là, comme pris la main dans le sac, qu’il s’éloigne.

Devant cette étrange rencontre et cette discussion plutôt surprenante nous ne pouvions que rechercher son message caché.

Nous continuons sur cette route et nous arrivons à une impasse, nous faisons donc demi-tour et constatons que l’homme s’est comme volatilisé. En effet cela faisait 5 minutes que nous l’avions croisé à cet endroit là et même s’il marche très vite il aurait dû en toute logique être sur ce chemin car il n’y en avait pas d’autres.

Cela nous fit penser aux «bottines dans la neige» de Jenaël. Était-ce une rencontre du même type ? Nous poursuivons notre retour à la maison avec à l’esprit des interrogations. Ce que nous avions compris c’est que nous étions arrivés dans une impasse lors de notre expédition vers le Pic de Madres, situé Roquefort de Sault..

 

Aujourd’hui à l‘écriture de ce récit et suite aux autres signes et expériences, nous en avons compris le sens caché :

Cette rencontre est en réalité une rencontre avec notre partie SDA. Cette sensation de flottement à chaque question posée confirme cela.

En effet le premier sujet abordé est la direction et le chemin d’où l’on vient, dans le même temps lui nous informe qu’il ne connaît pas l’origine du sien ni où celui-ci nous mènera. Par cet échange nous comprenons que sachant lui répondre quelle est l’origine de notre chemin et au vu de l’impasse dans laquelle il nous mène, il se trouve être également la fin, c’est donc à Roquefort de Sault la fin de notre parcours SDS, car c’est aussi là son origine. On comprend aussi que cet être est un être SDA qui marche sur un chemin qui le mène vers l’inconnu.

Le deuxième sujet abordé est la chasse, il aborde en réalité le thème de la prédation et en me demandant si je suis chasseur, il me demande en fait si je suis un prédateur, et en lui répondant que non, il abordera le sujet du pv et de la reconnaissance en m’expliquant m’avoir déjà vu dans le brouillard, correspondant au voilage SDS de la prédation. Je comprends alors que la reconnaissance du prédateur que l’on pratique au jour le jour a était SDA reconnu malgré le brouillard et que par cette reconnaissance nous devons sortir du brouillard du plateau de Sault au risque de prendre un pv (rattrapage SDS). Cet êtres le confirme ensuite en ajoutant que nous sommes sur la mauvaise voie ce qui paraît étrange au vus de ses derniers dires.

 

En d’autres termes si l’on veut continuer la reconnaissance du prédateur et cheminer vers l’inconnu, il est nécessaire de sortir de l’impasse du Madres (impasse du drames). Il nous fait comprendre ensuite que la rivière est un repère pour retrouver son véhicule SDA et nous comprenons que la rivière symbolise l’onde christique et que le véhicule SDA symbolise le moyen de cheminer sur la voie SDA (ECOLEO).

 

 

D) La balade des 12 signes.

 

1. Dynamite

 

Partis pour une courte balade en famille, Gabrielle eut envie d’aller voir les chevaux au Ranch du Madres, cela fait plus de 3 mois que nous sommes ici et c’est ce jour qu’elle a choisi pour se rendre dans ces lieux, jour où l’on demande à notre En-je d’avoir des signes concrets concernant notre départ ou non de Roquefort de Sault..

La nouvelle propriétaire du Ranch succède à la propriétaire de notre appartement.

La balade allait être plus longue et Mimi doit donc faire demi-tour car elle avait laissé la cocotte sur le feu, Gabrielle et moi continuons notre chemin. Arrivés là-bas on nous propose de rentrer afin de rencontrer la double-ponette, elle s’appelle Dynamite. Après un court échange, nous sortons de l’écurie et voyons Mimi qui était revenue, c’est là que je compris le sens de ce message, nous formions une double-peau-nette et c’est de la dynamite(puissance).

Cette rencontre fut possible du fait que la propriétaire de notre logement a vendu son activité équine, sans ce fait notre propriétaire n’aurait pas rénové cette maison dans laquelle on habite actuellement et nous n’aurions pas rencontré Dynamite. Cela signifie donc que nous sommes venus ici pour revêtir la puissance de notre double-peau-nette.

 

 

2. La sirène de l’apocalypse.

Le lendemain de notre rencontre avec Dynamite, nous commençons la journée en ayant la même demande que la veille à notre En-je.

Nous descendons au village pour faire quelques courses, le bruit fracassant de la sirène du 1er mercredi du mois retentit et l’on comprend le message d’un danger dans le secteur et également le signal de l’apocalypse(révélation).

 

3.Mort-Gan.

Toujours dans la même journée, comme tous les autres signes à venir d’ailleurs, nous partons pour notre balade habituelle et sous le panneau « impasse du Madres » est garée une voiture de la marque Morgan avec une valise accrochée à son coffre. Le logo de la Morgan est une roue avec 2 ailes et je comprends que la roue fait référence à la mère trans-dimensionnelle Amasutum (voir 5ème part-âge) et il semblerait que ce soit Mimi et les ailes symbolisent l’être ailé que je suis (5ème part-âge). De plus mon assurance actuelle est Gan c’est donc la mort de gan, je comprends que c’est la fin de l’assurance.

Donc il est temps de prendre notre envol et de faire nos petites valises.

 

4. L’eau coule en-bas mais pas en-haut.

Alors que nous jouons au ballon devant la maison, la fontaine qui coule en discontinue s’arrête net. Gabrielle l’ayant remarqué me demande pourquoi et je lui réponds que l’eau a dû être coupée à la source que je croyais être le château d’eau. Notre propriétaire passait par là et m’explique que cette eau vient de la montagne d’en face, le Pic de Madres, et non du château d’eau.

Nous rangeons le ballon et descendons de quelques mètres dans le village où l’on voit une autre fontaine alimentée par la même source, qui elle coule. En rentrant alors qu’on pensait que celle du haut s’était remise à couler, il n’en était rien. Je compris le signe de mon En-je qui m’indique l’absence de circulation d’eau ou d’émotion(entropie) en-haut du village et donc l’importance de descendre un peu pour voir l’émotion circuler.

 

5. Le grand Manitou.

Lors de la même balade, peu après la Morgan, nous entendons un bruit, c’est celui du grand manitou qui démarre. Il part de la place, située au même niveau que la fontaine du bas pour se diriger au niveau de la fontaine du haut. Gabrielle me dit que c’est une femme qui conduit, moi je lui dis que c’est un homme. C’est là que je compris qu’il s’agissait de l’androgynie reflétant l’équilibre masculin/féminin du Grand Manitou ou de la supra-conscience. Au vu de son déplacement je constatais qu’il allait déménager du matériel du haut vers le bas. Encore un message clair !

 

6. Le lézard aboie et le petit-gris surveille.

Toujours lors de cette balade et plus précisément sur la place je me sens attiré par un bosquet à l’angle de celle-ci. C’est là que je distingue clairement un petit-gris(dessiné par un feuillage), je lui demande « que fais -tu ? » Il me réponds qu’ici il me surveille.

Un chien se met alors à aboyer et la propriétaire s’écrie « Geko tais-toi ! »

Le message est clair, le nouvel être ailé est ici surveillé par le corpus reptilien et ses sbires.

 

7 .Fin de la culpabilité et intégration complète des mémoires de Chaman.

Dix minutes après le sixième signe j’observe Gabrielle faire des cercles autour de moi avec son vélo. Je me mets alors à exprimer des sons chamaniques et je ressens une connexion se faire avec un alter Chaman que j’avais déjà contacté.Tout s’éclaire d’un seul coup et une forte culpabilité resurgit, elle est dû à une erreur du Chaman causant la mort de sa sœur après une longue souffrance psychologique. Ce Chaman n’acceptait visiblement pas son erreur et s’en voulait terriblement. Une émotion sortit de moi par ce chant et quelques chaudes larmes, libérant ainsi cette émotion maintenant comprise. Plus tard en rentrant à la maison je compris que la personne ayant souffert de ces troubles qui ont mené à une terrible mort n’était autre que Mimi.

On se sent plus léger !!!

 

8. Ravalement de façade.

En rentrant de cette balade nous passons devant la maison du directeur de l’école où était Gabrielle et constatons qu’il s’y opère un ravalement de façade.

Je comprends alors que les énergies SDS s’installent et soignent leur apparence, cela me renvoie le miroir de continuer toujours plus le nettoyage intérieur afin de trouver un équilibre intérieur-extérieur où les apparences ne trompent plus.

 

9. Pas d’eau pendant 2 jours !

Arrivés à la maison j’ouvre la boite aux lettres et sors un papier sur lequel est indiqué que le 10/10 et le 11/10 le château d’eau sera rénové et donc pas d’eau durant ces 2 jours. Je comprends avec ce message que le château d’eau symbolise notre centre émotionnel et que sa rénovation symbolise une mise à jour pour une meilleure circulation des émotions (eau=émotion, eau en mouvement=émotion juste et équilibrée, et eau qui stagne=émotion déséquilibrée,émotionnel).

De plus le 10 octobre correspond à la date de notre mariage.

 

10. L’œuf pourri.

(Mimi)

Je décide de faire de la pâte à crêpe avec Gabrielle, alors qu’elle remue la farine je m’apprête à y ajouter les œufs et là le 1er œuf que je casse est en décomposition. Je jette alors tous les ingrédients, Gabrielle s’en va, et le partage avec elle cesse, je me retrouve seule à refaire une pâte avec succès cette fois.

Il se trouve que ces œufs ont été achetés le jour où la sirène a retentit, et j’avais pris une boite de plus que d’habitude. Après coup je comprends que la sirène signalant un danger fit remonter en moi la peur inconsciente du manque, ce qui explique l’achat de la boite supplémentaire. Désormais sur la voie SDA, je comprends que si cette peur n’est pas regardée en face, elle cause une dissonance et donc une attaque SDS, symbolisée par cet œuf = création, pourri=corrompu (création corrompue). De plus je constate que cela génère également de la division avec le fait que Gabrielle ne participe pas à la création de la deuxième pâte.

 

11. Vitre qui casse.

(Damien)

Après avoir déguster ces crêpes nous allumons un petit feu avec le bois ramassé sur la piste du Madres, les bûches n’étant pas calibrées, celle que je décide de mettre dans le poêle ressemble à une roue. Je ressentais à la vue de cette bûche une certaine vibration comme si elle était plus qu’une bûche, c’est avec une excitation certaine que je la place dans le foyer, Gabrielle s’écrie « ça rentre pas ça ! » je constate qu’elle rentre pile-poêle mais au moment de fermer la porte, celle-ci ne ferme pas complètement. Je décide de lui donner un coup de main et force de manière mesurée car il s’agissait de quelques millimètres. Et là la vitre se casse !

Bizarrement je ne ressens aucune colère, je le prends comme un signe de plus clôturant la journée. Cette bûche que j’affectionnais tant ne pouvais visiblement pas nous transmettre son énergie calorifique. Il me fallait comprendre d’où venait cette attirance et à peine ai-je fais la demande à ma supra-conscience que la réponse fusa : la forme de cette bûche symbolise la roue de la vie , du cycle, du recommencement ou encore du destin, le poêle symbolise la maison où il y a le foyer(foyer familial). Donc cette bûche ou nouveau cycle, nouvelle vie et nouveau destin ne rentre pas dans ce poêle ou dans cette maison.

 

12. 21 Octobre, invitation à une journée familiale.

Cette invitation est proposée par la propriétaire du ranch du Madres, il s’agit d’une journée durant laquelle plusieurs balades sont proposées( à cheval, à pied ou à vélo ) en famille.

Le sens caché de cette invitation nous révèle la fin de notre saison dans le pays de Sault.. Il s’agit du 12ème signe clôturant cette série, cette saison et donc un cycle.

Quand nous faisons une recherche sur la signification du 12 nous tombons sur un site internet- signesetmessagesangéliques.com- qui explique la symbolique du 12 ainsi que du 21 présent également dans ce signe. On restait stupéfait par cette synchronicité dont le message est très clair. Ce 12ème signe provient de la même source que le 1er signe(Ranch du Madres) ce qui signifie le retour à l’origine permettant la sortie de la prédation.

 

Voici une partie de ce texte :

Les nombres 12 et 21 sont un mélange des attributs et des énergies du numéro 1 et numéro 2. Le numéro 1 se rapporte à un nouveau départ, la motivation, le progrès, l’autonomie, réalisation, la réussite et le succès. Le numéro 2 porte les vibrations de la dualité, de la diplomatie et de l’adaptabilité, du partenariat et des relations, de la sensibilité et de l’altruisme. Le numéro 2 résonne aussi avec l’écho de la foi et de la confiance dans votre objectif de vie divine et mission d’âme.

 

Le nombre angélique 12

Le nombre 12 représente les cycles d’expérience et de régénération vers une conscience plus élevée, la connaissance et la sagesse supérieure, la sensibilité, l’éducation et l’intellect.

Le « dynamisme » du numéro 1 mélangé avec « sensibilité » du numéro 2 fait du numéro 12 un nombre très équilibré.

Le nombre 12 est un message de vos anges de ne pas être entravé par de vieilles habitudes qui ont besoin d’être changé. Il vous dit de regarder de nouvelles expériences avec optimisme car elles apporteront des effets favorables et positifs et des opportunités.

Cela contribue à la réalisation des objectifs et aspirations, et permet au « vieux » d’être remplacé par le « nouveau ». Lorsque le numéro 12 apparaît, vos anges peuvent être en train de vous dire de regarder différentes façons d’améliorer votre maison, votre jardin et ses environs. Cela concerne des questions à propos de la maison et la famille.

 

Le nombre angélique 21

Le 21 est un nombre de polyvalence, d’énergie, de charisme et de communication. Il indique qu’il peut y avoir de nouvelles opportunités ou directions à prendre, pour vous conduire dans de nouvelles directions passionnantes. Ayez confiance que vos anges sont à vos côtés tout au long de ces changements et transitions et vous guident dans vos pas. Ils vous encouragent à rester calme, équilibré et heureux et vous constaterez que tout marchera pour votre plus grand bien.

 

Et pour finir nous remarquons que le 21/12 est la date d’anniversaire de Gabrielle !

Nous qui avions demandé des signes clairs, on était servis ! Et même si cela fait quelques temps que l’on constate la puissance de notre En-je on en reste toujours émerveillés.. Merci notre En-je. C’est donc tout naturellement que nous suivons notre Guidance et cherchons un logement, plus bas. Nous tombons très rapidement sur une annonce qui confirme les signes de l’En-je. Ce logement est autonome en énergie et il se situe à 700m d’altitude, légèrement plus bas que Roquefort (1000m) et son propriétaire le loue durant l’hiver, il ne demande pas de garanties et ne fait pas de contrat, il fait confiance à son ressenti. De plus il est ouvert au partage et ne demande qu’à découvrir la voie SDA.

Quelle merveilleuse expérience il nous est donné de vivre, elle permet un total lâcher prise !

C’est justement quand on écrit ces lignes que le propriétaire nous appelle pour confirmer qu’il nous a choisi comme locataires ! WAOUH

 

 

E) Eurêka !

 

Suite à la compréhension de tous ces signes, il restait encore cette incompréhension du 68/86 et du 105 et c’est en me réveillant d’une sieste que je compris.

Depuis notre retour de Mirepoix nous avions pris plaisir à faire et refaire le puzzle spirale de Gabrielle (cf : photo plus haut) et l’information permettant la révélation de ces nombres arrive par Mimi et Gabrielle. Elles avaient décidé, avant de faire la sieste, de compter le nombre de pièces du puzzle tout en les assemblant. La dernière fut la 26ème et elle représentait un lion.

J’ai compris en me réveillant qu’il fallait faire le rapport entre les chiffres ou nombres et les 26 lettres de l’alphabet.

 

Voici ce qu’il en ressort :

 

6 = F / 8 = H  et  8 = H / 6 = F  et  10 = J et 5 = E

DONC

68/86 = FH/HF

105 =JE

 

Je comprends clairement maintenant ce que mon En-je voulait me montrer. Il s’agit du nouveau JE ou nouvel Humain qui est symbolisé par l’équilibre Femme/Homme-Homme/Femme.

Le 68= Femme équilibrée entre son féminin et son masculin.

Le 86= Homme équilibré entre son masculin et son féminin.

Et tous deux forment l’équilibre du nouvel H.

Le 68/86 et le 105, reviennent 3 fois (Cf 5ème Part-âge), cette révélation suggère donc l’importance du 3 qui constitue les bases sur lesquelles reposent l’équilibre de toute création.

Je rajoute que ces nombres nous ont servi de repères pour nous sortir du chaos de la chute de l’Atlantide. Je comprends donc que cette révélation nous parle de 3 nouveaux H ou 3 couples ou binômes équilibrés qui, il semblerait, serviraient de repères dans l’évitement du chaos.

Je pense que ces trois couples symboliseraient le corps, l’âme et l’esprit et que leur équilibre formerait l’axe corps-âme-esprit qui permettrait de contacter les énergies de la supra-conscience groupe. Je ressens que le sujet fera l’objet d’une suite tant il est passionnant.

 

MERCI

 

Partagé par Gabrielle Mimi et Damien.

 

Télécharger
8ème part-âge - Nouvel H .pdf
Document Adobe Acrobat 629.1 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 0