OBJECTIVITÉ - SUBJECTIVITÉ

Voir la dynamique de notre environnement de manière objective consiste à percevoir et comprendre avec lucidité et discernement le monde qui nous entoure. Ce qui nécessite une conscience approfondie de la raison d'être de la dualité et consiste finalement à ne pas prendre partie pour l'une ou l'autre polarité, qui régissent les Lois de l'Univers, mais les accepter telle quelle, comme vecteur d'Évolution. Renforcer et amplifier cette perception demande une volonté constante et impartiale à rechercher la vérité dans toute information.

 

En développant un discernement fin et en l'appliquant dans la vie quotidienne, nous élargissons notre champ de conscience tout en nous autorisant de sages décisions. Lorsque notre émotionnel parvient à se libérer du conditionnement de la peur et de la notion du bien ou mal, nous devenons finalement maîtres de nos pensées. Nous nous positionnons alors dans nos expériences uniquement pour apprendre à en tirer leçon en nous autorisant ainsi, à voir la Vie avec beaucoup plus de lucidité.

 

Habilités à détecter certaines circonstances émotionnelles qui surviennent régulièrement, nous devenons aptes à réactiver notre intelligence et accroître la perspicacité dans notre mode de réflexion. Et au fur et à mesure de nos progrès, nous comprendrons notre environnement avec beaucoup plus de clarté et serons apte à prendre des décisions appropriées pour notre évolution.

 

Nous devons donc apprendre de la vie en percevant les événements qui la jalonnent de manière détachée. Nos expériences nous enseignent alors à ne plus nous identifier à la victime, mais plutôt à l'apprenti qui expérimente son quotidien pour enrichir ses perceptions et élargir sa conscience.

 

Nous appréhenderons dès lors les circonstances ou les événements dans notre vie tels qu'ils existent et se manifestent, et non pas de manière biaisée tels que nous les interprétons conditionnés à croire à travers notre émotionnel, notre éducation, nos blessures, nos convictions...

 

Cependant, lorsque certaines choses sont toujours voilées par nos croyances, la réalité apparente devient subjective, puisqu'elle répond mécaniquement à nos conditionnements, nos blessures... en nous laissant percevoir ce que nous avons envie de voir pour nous réconforter et nous rassurer.

 

Habituellement, "l'humain mécanique" qui devient conscient, apprend progressivement à se défaire de ses croyances illusoires. Il remet alors à profit son intelligence... Nous pourrions parler de cet homme comme un apprenti-clairvoyant qui sera peu à peu capable de différencier le vrai de l'inexact. Ses perceptions se seront affinées et ne seront plus influencées par ce que la société et le système lui impose. Il sera libre d'être puisqu'il aura appris à penser par lui-même.

 

Finalement, la subjectivité se définit lorsque les perceptions de l'individu sont influencées par sa personnalité et son émotionnel. Car la Vérité est objective et ne peut éclore qu'avec l'expérience. Elle resterait sinon spéculation invérifiable et inutile.

 

L'individu peut développer une conscience objective lorsqu'il parvient à se détacher de son émotionnel, sans attendre de sa vie un quelconque résultat et s'il accepte les faits tels qu'ils se présentent. Le non jugement et la neutralité sont les qualités qui l'honore.

Pour comprendre ce postulat de manière quantique : il faut savoir que l'atome possède une existence objective dès qu'un observateur ou une conscience le regarde.

L'objectivité représente alors l'effort de la part de cet observateur d'abandonner ses préjugés.

 

Les préjugés sont la projection de notre conscience dans le passé ou le futur, emplacement dans l'espace-temps où l'atome n'est pas matériel, mais persiste sous forme d'onde vibratoire (ou antimatière).

 

Un atome ne peut donc exister sans l'observateur, donc sans conscience qui observe. Sans conscience il n'y a ni objectivité, ni subjectivité. Pour qu'une conscience puisse devenir créatrice, il ne faut donc jamais anticiper ou se projeter dans le futur, ni se conformer à des expériences passées. Le vrai créateur utilise les moyens à sa porté dans le moment présent, le maintenant.

 

La conscience est toujours objective jusqu'à ce qu'elle ait la faculté de choisir (sous la pression d'une orientation SDS) d'être autrement et introduire le préjugé, c'est à dire l'anticipation ou le souvenir.

 

Le souvenir ou l'anticipation d'un atome est subjectif, le passé et le futur sont subjectifs, mais l'atome lui est objectif dès qu'un observateur le perçoit dans l'instantané, le présent.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0