« Préparez »-vous votre alimentation ?

Larry Bowers - Traduction Sott.net

Si vous lisez régulièrement SOTT, vous savez probablement que de nombreux domaines présentent des risques de catastrophes - des changements environnementaux aux explosions cométaires et de la montée du fascisme à l'imminence de l'effondrement économique. La bonne nouvelle, c'est qu'il n'est pas nécessaire de sélectionner l'une de ces menaces pour vous préparer[1] , vous ainsi que votre famille et votre communauté locale. Les exigences fondamentales pour se préparer s'appliquent à toutes ces catastrophes et à bien plus encore.

 

La communauté en ligne des preppers[2] a pris une ampleur énorme depuis dix ans. Blogs et sites de preppers et survivalistes sont légion et bon nombre d'entre eux proposent d'excellentes idées pouvant être adaptées à votre situation et à vos besoins. Pourtant, il est rare que ces sources abordent la question de l'alimentation. « Se préparer » au niveau alimentaire offre des avantages non négligeables en cas de catastrophe ou en situation de survie et devrait donc avoir un impact important sur votre stratégie de stockage alimentaire et de ce qui est indispensable lors d'une catastrophe prolongée.

La question qui se pose est dès lors la suivante : la « préparation » alimentaire offre-t-elle suffisamment d'avantages pour changer dès aujourd'hui d'alimentation ? Et si c'est le cas, quelles conséquences cela a-t-il sur le stockage alimentaire et votre plan de préparation ? La réponse à la première question est, je pense, positive. Une réponse à la deuxième question se trouve ci-dessous.

Le régime cétogène est très pauvre en glucides (sucres/féculents/céréales/etc.) et consiste essentiellement en un apport en graisses animales couplé à un apport restreint en protéines animales (viande) de sorte que la majorité des besoins caloriques du corps soient apportés par les graisses. En consommant des bonnes graisses et en gardant l'apport en glucides très bas, votre corps va effectuer une transition vers un métabolisme brûlant les graisses au lieu d'un métabolisme qui brûle les sucres. Les protéines alimentaires apportées par la viande sont limitées car l'excès de protéines (ce qui excède les besoins du corps pour se réparer) peut être converti en sucre par le foie lors d'un processus appelé néoglucogenèse - ce qui signifie qu'un excès de consommation de viande ressemble à des glucides pour le corps et empêche le métabolisme du brûlage des graisses.

 

La grande majorité de la population mondiale brûle des sucres, basant son régime alimentaire sur une version ou une autre de la pyramide alimentaire de l'USDA, créant ainsi une demande massive pour les céréales (« essentielles à la vie »). Mais si le métabolisme de brûlage de sucre n'était qu'un système de réserve pour le métabolisme principal de brûlage de graisses de nos lointains ancêtres ? Et si, collectivement, nous avions vécu de manière sous-optimale, compromettant notre santé en restant des brûleurs de sucre? Existe-t-il des preuves ?

De nombreuses recherches, certaines datant du début du vingtième siècle ont montré que les tribus et cultures les plus saines ont été celles dont le régime alimentaire se basait en grande partie sur les produits d'origine animale (en pâturages naturels), notamment les fruits de mer et certaines huiles végétales (comme l'huile de noix de coco et l'huile de palme). Depuis ces premières recherches, les preuves se sont accumulées en faveur du régime cétogène, un régime neuro-protecteur et guérisseur de nombre de maladies chroniques, notamment le cancer. Le but de cet article n'est pas de présenter ces preuves mais bien de proposer le régime cétogène comme première riposte dans le cadre de la « préparation » au futur proche.

Il convient de remarquer ici que faire la transition vers un métabolisme cétogène brûlant les graisses n'est pas aussi aisé qu'un simple changement d'alimentation. Certaines difficultés durant la transition sont à prévoir, tout particulièrement pour ceux qui ont évité la viande/graisse pendant longtemps, y compris les végétariens.

Souvenez-vous, il s'agit de prendre une fonction métabolique énergétique primordiale (qui s'étend au niveau infra-cellulaire) et d'en changer totalement le carburant (des sucres aux graisses). Pour rendre cette transition aussi aisée que possible, deux livres peuvent servir de guides : Primal Body Primal Mind de Nora Gedgaudas et Keto-Adapted de Maria Emmerich.

 

 

Les bénéfices du régime cétogène

Si votre « préparation » comprend une remise en forme physique et une perte de poids, le régime cétogène n'a pas d'égal. Une fois la transition effectuée, votre corps brûlera vos réserves de graisses aussi facilement qu'il brûle les graisses alimentaires. Ajoutez à cela un jeûne intermittent de courte durée (de douze à vingt-quatre heures sans nourriture) et quelques exercices de résistance et votre corps parviendra rapidement à l'équilibre naturel qui vous convient, développant au passage votre masse musculaire. En passant au régime cétogène, de nombreuses personnes ont également pu jeter leurs médicaments - un avantage non négligeable lors d'une éventuelle catastrophe.

Personnellement, je suis le régime cétogène depuis plus de deux ans et je n'ai nullement l'envie ni l'intention de revenir à un métabolisme brûleur de sucre. M'abstenir de manger pendant vingt-quatre heures se fait sans effort et sans même penser à la nourriture ni à manger. Quand je brûlais encore du sucre, c'était difficile et inconfortable. Une personne brûlant du sucre nécessite un ravitaillement régulier en glucides alimentaires (que dit la pyramide alimentaire sur le nombre de repas à faire ? Qu'il en faut beaucoup !). Si une catastrophe se produisait et que vous vous retrouviez dans des conditions stressantes, que préfèreriez-vous être : un brûleur de sucre ou de graisses ?

De nombreuses études récentes ont été effectuées sur le régime cétogène et ses bénéfices sanitaires. L'un des aspects les plus fascinants est le changement de l'expression génétique comprenant l'épigénétique. Vos gènes ne changent pas mais leur expression, elle, change en réponse au changement de carburant métabolique. Dans la mitochondrie (les usines énergétiques cellulaires), le vieil ADNmt usé peut être remplacé par le nouveau ADNmt, améliorant ainsi l'efficacité du processus générateur d'énergie et brûleur de graisses. La plupart des gens qui sont céto-adaptés rapportent une nette amélioration de leur énergie et de leur endurance.

Un autre bénéfice majeur de l'adaptation cétogène est l'amélioration notable des performances cognitives. Même si votre corps maintient l'équivalent d'une cuillère à café de glucose dans votre sang (pour les besoins spécifiques du cerveau, du cœur, etc.), la majorité des tissus cérébraux, dont on pense généralement qu'ils nécessitent des sucres, peuvent également faire la transition vers le brûlage des graisses. L'amélioration en efficacité énergétique pourrait bien résulter en l'amélioration des fonctions cognitives.

Si détoxifier votre corps est prévu dans votre « préparation », vous pouvez utiliser le régime cétogène pour brûler les réserves de graisses excédentaires, libérant ainsi les différentes toxines qu'elles stockent généralement. Lors de la céto-adaptation, vous pourriez dès lors présenter des symptômes en rapport avec la libération de ces toxines. Les compléments alimentaires de détoxification pourront vous aider à soulager la sévérité de ceux-ci et accélérer leur disparition. Nettoyer votre corps est un véritable atout dans votre liste de préparation et un régime cétogène peut y contribuer de manière importante.

De manière générale, il est difficile de trouver un aspect plus important à votre plan de préparation à une éventuelle catastrophe pour vous (et votre famille). La céto-adaptation devrait être effectuée avant qu'une catastrophe ne frappe car la transition peut prendre des semaines voire des mois, selon l'état duquel vous partez. Voyons à présent ce que cela signifie en termes de planification de stockage alimentaire.

 

Impact sur la planification de stockage alimentaire

Si vous planifiez en fonction d'un régime cétogène, votre réserve alimentaire se concentrera sur des graisses et viandes saines. La viande/graisse animale devrait provenir d'animaux sains élevés en pâturages et qui n'ont pas été exposés à des OGMs, des médicaments ou des conditions malsaines/de surpopulation (remarque : ce qui exclut presque toutes les viandes de grandes surfaces). Le bœuf devrait être nourri à l'herbe/fini à l'herbe. De bonnes réserves de graisses comprennent :

  • Du beurre clarifié (ghee) fait à partir de beurre (issu d'animaux nourris à l'herbe) ;
  • Du saindoux de porc ou graisse de porc (fondue) ;
  • Graisse de bœuf (graisse fondue et mise en boîte) ;
  • De l'huile de noix de coco et de l'huile de palme de bonne qualité ;
  • Huile TCM (triglycérides à chaîne moyenne).

Alors que la plupart des gens stockeront toutes sortes de céréales, des légumes et des fruits déshydratés ainsi que des huiles végétales, votre plan « céto » sera bien plus simple. Si vous pouvez trouver une source de beurre issu d'animaux nourris à l'herbe, vous pouvez alors le clarifier et le stocker sans en faire de conserves. Vous pouvez commander en ligne de la graisse de bœuf nourri à l'herbe conditionnée en seaux mais il vous faudra en faire des conserves pour ne prendre aucun risque. Les autres graisses de la liste ne nécessitent pas d'être mises en conserves pour un stockage à long terme.

Vous pouvez faire votre propre saindoux en faisant cuire de la graisse de porc (panne) et le stocker dans des bocaux. Comme je cuis beaucoup de porc et de lard gras, j'utilise une casserole en fonte qui se remplit petit à petit de graisse de porc fondue. Si vous cuisinez à faible température - en dessous du point où la graisse commence à brûler - la graisse maintient son intégrité. Enlevez simplement l'excédent, filtrez le liquide et stockez-le dans des bocaux en faisant attention de ne pas ajouter de matières organiques dans cette huile.

Les viandes de pâturages et nourris à l'herbe doivent être mises en conserves pour un stockage à long terme. Investir dans le bon équipement est donc une bonne idée. Pour ceux qui se trouvent aux Etats-Unis, vous pouvez commander des caisses de bœuf en boîte nourri et fini à l'herbe. Faire, réduire et mettre en conserve du bouillon d'os est une excellente idée car c'est un aliment guérisseur excellent pour les intestins - on pourrait presque le considérer comme un médicament.

Pour le régime céto-adapté, tout ce que vous décidez de stocker en plus sera la cerise sur le gâteau. Par exemple, vous pourriez stocker des baies sauvages bio déshydratées (sans sucre ajouté) pour une petite douceur occasionnelle ou à ajouter aux plats de viande. Le chocolat, les beurres de noix, le xylitol, la noix de coco et les épices séchées (n'oubliez pas le sel) sont d'autres bonnes choses à ajouter. Amusez-vous avec les recettes céto et soyez créatifs.

 

 

Pour conclure

Rechercher des fermes locales qui se spécialisent dans les produits sains d'origine animale est également à conseiller. Allez leur rendre visite, achetez quelques produits et faites leur connaissance. Si une catastrophe se produit, vous saurez où trouver des produits frais et vous serez connu comme bon client. En cas de période difficile, vous pourrez peut-être proposer votre aide.

Le stockage de quelques seaux de céréales viables bio est également une bonne idée. Elles seront très utiles pour les échanges avec les personnes qui ne peuvent s'empêcher de croire à la pyramide alimentaire de l'USDA. Dans ce sens, ces céréales peuvent aider à protéger vos réserves de nourriture cétogène. Ces céréales, une fois germées, peuvent fournir une alimentation très saine pour des poulets, des chèvres et même des cochons - et un seau de vingt litres constitue une très bonne réserve.

D'après les études, un corps céto-adapté est capable de produire la plupart de ce que nous considérions jusqu'à présent comme des « compléments ». Cela signifie que nous devrions être capables de supprimer une longue liste de compléments alimentaires de notre liste de préparation. Une fonction immunitaire améliorée pourrait également rendre le corps céto-adapté moins susceptible aux épidémies de maladies chroniques et aiguës.

 


Notes du traducteur :

[1] De l'anglais to prep : se préparer. Dans le présent contexte : se préparer à une catastrophe.

[2] Terme emprunté de l'anglais désignant les personnes se préparant (notamment en stockant des vivres) à une catastrophe. Aussi appelé « survivaliste ».

 

Larry Bowers  (Profile)

Ancien - mais né à Joplin Missouri.
Enseignement/Profession – Ingénieur en électricité

Plus de 15 années de recherche dans les aspects ésotériques de toutes les religions et de la nature de cette réalité – La Vérité. Beaucoup de temps passé à identifier les différents sujets et à les intégrer dans le grand schéma de la réalité – La ponérologie y joue un grand rôle.

Travaille actuellement à la planification d’aménagements de fermes basée sur la gestion des terres qui promeut la diversité et la complémentarité des minéraux et des microbes pour les animaux et l’alimentation dense et nutritive qui en résulte. Ceci étant plus proche d’un des objectifs pour les humains « normaux » vivant sur cette planète.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0