Transiter vers un régime cétogène, vers une nouvelle réalité

Avertissement : Ce texte est avant tout un témoignage personnel et ne véhicule aucun conseil thérapeutique ni médical de ma part pour le lecteur.


Voilà bientôt 4 mois que mon organisme brûle des corps cétoniques à la place des glucides.
La transition d’un régime conventionnel au régime cétogène s’est faite très rapidement et de manière « pas trop » pénible.


Je souhaite partager quelques éléments qui, je crois, ont facilité cette entrée en cétose.

 

Premièrement, j’ai diminué les céréales, stoppé les laitages et les sucres bruts et raffinés (miel, sirops végétaux, fructoses compris !) pendant les trois semaines qui ont précédé le début de la diète.


Deuxièmement, les trois premiers jours de la diète, je n’ai pas mangé de graisse, seulement un petit peu de protéine animale et des légumes verts cuits pour permettre à mon organisme, mon foie en particulier, de brûler les sucres en réserve sans être surchargé avec des graisses. Puis dès que j’ai observé des corps cétoniques dans mes urines (grâce aux bandelettes), j’ai ajouté petit à petit des graisses dans mon alimentation, et en moins d’une semaine j’ingérais 3x plus de lipides que de glucides et protéines additionnées.


Troisièmement, j’ai calculé les grammes de glucides des aliments que je mangeais pour ne pas dépasser 20 grammes par jour, grâce à un outil que je me suis fait (voir le tableau des valeurs nutritionnelles des aliments ci-joint en bas de page).


Pendant les 2 premiers mois, j’ai eu besoin de plus de quantité et il a fallu trouver les aliments les plus pauvres en protéines (pour ne pas dépasser le quota quotidien : pas plus que 1g de prot/kg de masse corporelle) et les aliments contenant le moins de glucides possible, tout en surveillant les problèmes de transit de que je rencontrais, puis d’acidité accrue (en raison de la dégradation des protéines) qui correspondait à une sensation de fatigue intense.


Voici au niveau des aliments ceux que j’ai privilégiés pour préserver un bon transit, un équilibre acido-basique, donner un volume de nourriture suffisant correspondant au volume d’une diète conventionnelle (seulement au début = 1er mois env) et le maintien en état de cétose.

 

  • la côte de bette cuite (indice PRAL très négatif + aidant en cas de constipation) est un élément clé pour moi. Puis vient s’ajouter les salades vertes (avec vinaigre de cidre qui aide à la digestion), les épinards, le fenouil, le concombre.

 

  • les huiles végétales de colza, olive, noix et bien évidemment de coco. Et les huiles animales, suif de bœuf (coûte presque rien si on fait soi-même*), beurre clarifié.
  • le fromage d’Italie (bcp de gras et peu de protéine), comme le lard.
  • pour varier les apports de protéine et ingérer tous les acides aminés essentiels : bœuf, saumon, porc, poulet, privilégier jaune d’œuf par rapport au blanc (bcp de protéines et peu de nutriment).
  • Boire suffisamment (élimine acidité, toxine, favorise transit). En simplifiant les instructions du Dr Brownstein, on peut obtenir un calcul simple :


Poids corporel (kg) / par 30,4 = le nb de litre à boire par jour


Toutefois cette indication reste minime en cas de régime cétogène qui est diurétique. Je consomme donc encore plus d’eau !
(- personnellement, j’ai stoppé d’ingérer tous produits laitiers pendant trois mois et demi, depuis peu, j’en consomme occasionnellement.)


Il m’a été nécessaire de me supplémenter parfois en potassium pour compenser la perte accrue dans les urines de cet élément. (L’orotate de potassium m’a bien convenu, par exemple. L’orotate est un transporteur physiologique = fabriqué dans l’organisme donc bien assimilable et facilement gérable pour ce dernier).


Quatrièmement, j’ai pris des oligoéléments pour aider à la transition et éduquer mon organisme à métaboliser les graisses et les protéines de façon spécifique ainsi qu’à réguler l’équilibre acido-basique et le transit :

  • Matin à jeun : Iode, Soufre, Phosphore
  • Soir (bouche propre) : Potassium, Cobalt, Zinc, Molybdène, Manganèse

Les oligoéléments sont sous forme liquide (ionisés). Leur absorption est sublingual (= par les muqueuses buccales). Il est donc indispensable de verser dans la bouche 5ml et de les garder sous la langue pendant 2min env. Prendre tous les jours pendant deux à trois mois minimum, puis diminuer progressivement, par exemple, trois fois par semaine, puis de moins en moins selon le ressenti.


Pour soutenir la fonction hépatique et digestive (qui est une faiblesse chez moi), j’ai pris du romarin sous forme de macérât mère (glycériné). Ce sont des jeunes pousses concentrées qui contiennent un concentré de principes actifs des cellules souches de la plante. C’est de la phyto-embryothérapie ou gemmothérapie. 5 gouttes dans un peu d’eau 15 min avant petit déjeuner et dîner.


Ce sont tous les paramètres mentionnés ci-dessus qui ont participé à rendre ma transition en cétose plutôt douce.

 


Petit bilan personnel :


Après presque 4 mois, j’observe que non seulement je mange deux fois moins qu’avant sans le chercher (1-2 repas par jour de quantité modeste. Je me satisfait d’environ 0.8 grammes de protéine/kg de masse corporel, voir moins), mais en plus, je ne consomme moins que 20 grammes de glucide la plupart des jours. Je pense que je suis en partie "sevré" de mécanisme de contrôle des fluctuations émotionnelles et mentales par les glucides ET le goût sucré !


Au niveau physique, mon équilibre acido-basique est bien meilleur (je prends encore des oligoéléments (2-3x/sem). Mon poids n’a pas changé ! Toujours à 73kg pour 186cm. Ma digestion est beaucoup plus confortable. Mon hyperperméabilité du grêle semble avoir diminuée ! Mes lenteurs digestives et dyspepsie ont quasi disparu. Les affections localisées eczémateuses plus ou moins virulente (j’en ai eu toute ma vie) qui me restaient encore malgré les intégrations émotionnelles intensives de ces dernières années, et bien elles ont totalement disparues ! Je ne prétends pas être sûr d’avoir résolu le problème d’origine en ayant changé l’alimentation, même si c’est un véritable soulagement suffisamment signifiant pour moi !


Au niveau émotionnel et mental, j’observe que j’ai gagné en autonomie et me sens plus responsable de mes propres émotions et surtout, bien plus calme. Je me sens plus détaché dans les relations, plus libre des jeux mondains (traditions, attentes des autres et attente de moi vis-à-vis de moi) et suis devenu plus indifférent à l’attrait sexuel.


Au niveau de ma conscience, j’observe que je suis plus vif. Je me sens être devenu encore plus sensible aux mensonges, aux schémas de pensées inachevés et à la manipulation (j’espère que c’est vrai !). Je m’affirme plus directement et plus facilement avec authenticité.


En résumé, je me sens un peu moins intriqué dans les jeux inconscients et mécaniques de la Matrice (c’est déjà beaucoup !). Comme si je m’étais ouvert à de nouvelles possibilités. C’est un vrai soulagement !


Evidemment, il n’y a pas que la diète qui est responsable de ces changements, car en parallèle, le travail émotionnel, mental et spirituel se poursuit, comme le préconise la 4ème voie que Gurjieff décrit (livre d’Ouspensky : « Fragement d’un enseignement inconnu » en pdf). C’est la synergie qui produit des résultats dynamiques dans les différents corps.


 « (…) si nous souhaitons acquérir encore davantage de connaissances, il faut grandement renforcer et fortifier les organes et ressorts secrets de la vie physique. » Extrait de Laura Knight, L’Onde, tome 3.


Et dans la perspective de poursuivre le travail sur le plan physique, j’entame la fameuse supplémentation en iode du Dr Brownstein. Je suis très curieux de pouvoir en mesurer les effets et découvrir par l’expérimentation, les multiples propriétés antitoxiques, régulatrices et protectrices du iode, mais pas seulement…!


Voilà, peut-être que vous aurez trouvé un ou autre élément qui vous incitera à faire vos propres recherches pour vous aider à transiter pour vous stabiliser dans une diète cétogène.
Et, pour terminer, si vous avez des questions, écrivez-les, j’essayerai volontiers de vous répondre !
Bonne Aventure à vous !


*Dans une boucherie ou un abattoir qui tue les bêtes d’élevage bio, demandez qu’on vous garde la graisse de l’animal et qu’on vous la prépare découpée en petit morceau (ils ont des machines pour cela, pour confectionner les saucisses je crois). Prendre env 2,5kg pour une grosse casserole. Chauffer (pas trop fort !) et le temps qu’il faut pour faire fondre la graisse en ayant ajouté une cuillère à café de sel/2,5kg de gras (pour éviter le rancissement). Passer dans une passoire en versant dans des bocaux à fermeture hermétique. Laisser refroidir avant de fermer les bocaux. Très bonne conservation. Le reste (dans la passoire et au fond de la casserole) peut être consommé comme de la viande hachée très pauvre en protéine, personnellement j’apprécie.

Bibliographie :
Le régime cétogène contre le cancer, Pr Ulrike Kämmerer, Dr Christina Schlatterer & Dr Gerd Knoll, éd. Thierry Souccar, 2014
L’oligothérapie vademecum, Dr Jacques Gardan & Patrice Perritaz, éd. LRK, 2012
La meilleures façon de manger, Thierry Souccar & Angélique Houlbert, éd. Thierry Souccar, 2015
Céto cuisine, Magali Walkowicz, éd Therry Souccar, 2015
Iodine why you need it why you can’t live without it, David Brownstein, 5th édition, 2014

 

 

 

 

Concerne les protéines, les glucides, les lipides, leur rapport, les fibres et l'indice PRAL (Potentiel acidifiant basifiant d'un aliment)                                   
Ce document a été réalisé à partir d'informations croisées entre diverses sources :                   
(les valeurs varient la plupart du temps selon les sources !                   
Par exemple pour l'amande on trouve des valeurs pour 100g entre 1g de glucide et 21g !)                   
                   

                   
Avertissement :                 
Ce tableau est incomplet. Il n'est pas exaustif ni 100% fiable. Il a le mérite de m'avoir été utile personnellement, et aucune prétention à l'être pour d'autre personne.                   
Chacun peut le compléter ou le modifier selon ses besoins !          

         

100g de : Protéine (g)

lipide

(g)

% de L / P   indice PRAL
Bœuf grillé 33       13
Carpaccio bœuf 15 23 153%    
Entrecote 22 11 50%    
Rosbif 27 3,5 13%    
Beafteak 28 4 14%    
Bœuf bouilli* 18 21 117%   15
boeuf bouilli maigre* 19,6 7 36%    
Viande hâchée bœuf cuite 24 20 83%   11,3
Viande hâchée bœuf crue 17 25 147%   7,7
côte porc 25 12 48%    
lard fumé cuit 12 22 183%   12
rillettes pur porc 14 39 279%    
fromage d'Italie* 12,4 23,8 192% glucides 2  
saucisson 17,8 49,7 279%    
porc côtelette* 20,6 10,9 53%    
cotellette agneau grillé 26 14 54%    
gigot agneau 24 10 42%    
épaule agneau 31 18 58%   13,5
Chevreuil rôti 33 4 12%    
poulet rôti avec peau 29 9 31%   16
poulet bouilli 31 11 35%    
lapin cuit 21 9 43%   15
saucisse fumée de bœuf         8,5
Saucisson sec port 27 32 119%    
Saussice de morteau cuite à l'eau 16 30 188%   10
Gendarme 21 28 133%    
Veau cuit 21 4 19%    
veau mijoté 30 8 27%    
escalope veau31 31 2,5 8%    
jambon cuit 18 4,5 25%    
jambon cru 22 16 73%   12,2
jambon cru fumé 24 14 58%    
salami 18 45 250%   10,9
rillettes porc + volaille 16 40 250%    
Canard cuit 24 11 46%   10,22
magrais de canard 27 10 37%    
Terrine 15 26 173%    
Escalope dinde 29 1 3%    
           
Quand braisé = ++ de protéine et - lipides     
           
           
 LAITAGE Protéine lipide glucide % L / P PRAL
Beurre 0,7 82 0,5 11714% 0,5
Lait de buffle 4 8 5 200%  
Mozzarella bufflonne 16 23 1 144%  
Provola de Bufflonne          
Caciocavallo di Bufala          
Yogurt lait entier 4 3,9 2,7 98% 0,1
yaourt au lait entier, avec crème 3,8 6,9 4,3 182%  
Crème de lait >= 30% MG 2,2 31 2,6 1409% 0,3
Gruyère 28 33 1,4 118% 22
Parmesan 39 30 1,9 77% 28
Mozza 20 19 0,4 95% 15
Yaourt au lait de chèvre partiellement écrémé 3,5 2,8 3,2 80%  
      
      
 POISSONS prot lip glu % L/P  
Truite fumée 24 8 0 33%  
Truite, cuite à la vapeur 19 5 0 26%  
Truite, cuite au four 23 5 0 22% 13,5
Sardine, à l'huile d'olive, conserve, égouttée 25 11 0 44% 16
Saumon fumé 22 9 0 41%  
Saumon, cuit à la vapeur 23 14 0 61% 13
Saumon sauvage         7,7
Crevette, cuite 22 0,6 0 3% 10
Cabillaux vapeur 19 1 0 5%  
Anguille 23 15 0 65%  
 
      
ŒUFS          
Jaune 17 30 0,6 176% 19
blanc 11 0,1 0,7 1%  
œuf dur 14 8 0,5 57%  
           
           
 NOIX Protéine Lipide glucide+amidon % L /P PRAL
Macadamia 7 72 6 1029% -1,4
graine de chanvre 25 30 28 120% 22
Farine de chanvre 28 9 50 32%  
sésame grillé         -0,15
graine de sésame 21 50 10,1 238%  
Purée de sésame         17,4
Noix de coco, amande, sèche 6,7 65 22 970%  
Noix de coco, amande, fraîche 4 35,5 7,6 888%  
noix de coco* 3,9 36,5 4,8 936% -2,7
Amandes 22 54 6 245% 3
noix (de grenoble) 15,2 65,2 13,7 429% 5,6
noix de pécan 9 72 14 800% 2
noix du brésil 14 66 12 471% 8,5
noix de cajou 18 48 18 267% 6,5
noisettes 14 62 11 443% -3
graines tournesol 26 52 9 200%  
           
           
FRUITS prot lip glu fibres  
avocat 1,8 16 3,1 5,1 -8,2
citron, jus     4,5 0 -2,4
citron chair     4,7 2  
Zest         -4,3
fraise* 0,8 0,4 6,6 1,8 -2,5
Mûre (de ronce), fraîche 0,9 0,2 11,2 6,6  
myrtille     19,8    
Olive noire, entière ou dénoyautée, en saumure 1 14 1,7 12,6 -0,9
Olive verte, entière ou dénoyautée, en saumure 1 14 1,3 5,1 -1,2
Lait de coco         -1,5
      
 
AUTRES prot lip glu    
vin rouge 0,1 0 3,2   -2,8
cidre     2,5   -2,5
Réglisse (bâton = env 10g) 0 0 93    
      
 
HUILES          
Colza          
beurre clarifié          
suif          
olive          
coco          
chanvre          

      

 

 LEGUMES Prot lip glu + sucre + amidon fibre PRAL
Artichaut frais 3   3 ou 6 ou 12** ?? 5 -4,7
artichaut fond* 2,4   1.2 ou ? 12.2 7,7  
Asperge 2,7   4 1,7 -2,2
Aubergine 1   9,5 2,5 -2
Bette 2   3,2 2,1 -12,4
Bettrave 2,3   14,5 2,3  
Brocoli 2,1   4,6 2,2 -3,6
Champignon paris 1,8   3   -2,2
Carotte cuite 0,8   9,3 2 -4,1
Carotte crue 0,8   12 2 -5,7
chou rouge cuit à l'eau 0,8   6 2,4 -4,5
Chou rouge cru 1,6   8,5 2,3  
chou fleur cuit 1,8   5,3 2 -1,3
chou-fleur cru 2,5   4,7 2,7 -4,4
Concombre, cru, pulpe 0,6   3 0,7 -4,2
Courgette cuite 1,2   4,5 1,35 -4,3
cresson 1,6   2,4 1,9 -10,7
échalote crue 1,9   19,2 1,8  
Endive crue 1   4,5 1 -3,5
Endive cuite 0,6   2,7 1  
Epinard cru 2,7   6,5 3,5 -11,8
Epinard cuit 3   2,7 3 -10,3
Fenouil cru 0,9   4,8 1,9 -7,3
Fenouil cuit à l'eau 1,1   2,5 2  
Haricot vert 1,4   10,2 3 -5,4
laitue crue 1,4   2 0,4  
laitue romaine crue 1   2,5 1,8 -4,3
laitue pommée         -2,2
oignon cuit 1   9,7 1,4 -2,1
oignon cru 1,25   13,2 1,4 -2,1
oignon en poudre         -10,2
poireau cuit 0,8   5,8 3,2 -1,6
Poivron vert, cru 0,8   5,1 1,5 -2,9
poivron vert cuit 1   7,6 1,2 -2,7
poivron rouge cru 1   10 1,9  
poivron rouge cuit 1   10 1,2  
Rhubarbe     1   -6,2
Tomate fraiche 0,8   3,4 1,4 -3,7
Tomate confites à l'huile         -28
tomate purée         -7,8
Shitaké     75    
cèpe     31    
      
      
 EPICES Prot lip glu + sucre + amidon fibre PRAL
Curcuma         -47
Basilic         -85
persil déshydraté         -81
persil frais 3   4,6   -11,1
origan en poudre         -50
coriandre grains         -23
coriandre fraiche         -9,6
cumin graines         -32
Levure boulangère 48 5,4 24 13,4  
 2
Télécharger
valeur prot-glu-lip-pral des aliments.xl
exe Fichier 19.4 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 0