Le corps de souffrance - d'Eckhart Tolle

Évaluation du réseau LEO

SDS

Commentaire :

 

Pour vous faire votre propre avis et exercer véritablement votre discernement, il est conseillé de visionner le documentaire avant de lire ce commentaire.

 

 

Cet interview est très intéressant car Eckhart Tolle explique avec un vocabulaire "psycho-thérapeutique-bouddhiste" ce qui représente pour nous l'énergie prédatrice et qu'il nomme "corps de souffrance". Cette interaction pédagogique rend la réalité prédatrice certainement plus accessible et acceptable pour le commun des mortels.

 

La plupart des réponses qu'il donne sont pertinentes et montrent bien qu'il en connaît un rayon sur le sujet. Donc il peut apporter des tuyaux très intéressants en résonance avec l'expérience de chacun.

 

Cependant, et c'est là où intervient notre jugeote tirée de nos expériences, M. Tolle reste cantonné à une certaine vision New-Age. Si nous ne parvenons pas à déceler les limites de cet enseignement, celui-ci peut se transformer en un véritable bourbier.

 

Il évoque la présence d'une créature qui nous gouverne mais évite judicieusement d'aller plus loin dans la description concrète de cette entité. Aussi, il maintient magistralement un flou artistique par rapport à ce qu'est réellement l'ego. 

 

Il est donc dommage qu'il n'aborde jamais la présence réelle du prédateur multidimensionnel qui manipule les pensées humaines.

 

En s'appliquant à être toujours concilient, il n'use pas du tranchant de l'épée de vérité, du discernement, notamment lorsqu'il s'agit de répondre à des personnes en proies à la peur de perdre un proche auquel elles sont attachées (famille, conjoint…) et contribue à garder ces individus sous l'emprise de leur corps de souffrance, leur propre prédateur.

 

Serait-ce dû à une peur de perdre son "job" et de se retrouver nez-à-nez avec le noyau de son propre corps de souffrance : son prédateur personnel de 4éme dimension qui le manipule toujours…?

 

La manière dont il encourage à pratiquer systématiquement et en toutes situations (comme beaucoup d'autres enseignements actuels) le retour au moment présent, est aussi un subterfuge SDS qui vise à récupérer une vérité fondamentale pour en faire une pratique abêtissante et irresponsable. Ainsi une application assidue donnera l'impression à l'étudiant d'atteindre enfin ce fameux Nirvana, cette paix intérieure.

 

Mais ce dont ce denier ne se doute pas – en faisant tout son possible pour appliquer une technique livrée en kit consistant à mettre son cerveau sur "off" – c'est que c'est un outil très astucieux permettant d'ouvrir la voie à tout type de suggestion subliminale venant efficacement renforcer la programmation SDS consistant entre autres à ne pas chercher à comprendre, à explorer, à discerner ce qu'il se passe en amont... Bref, à ne pas chercher à voir plus loin que le bout de son nez !

 

Attention, nous ne condamnons pas le fait d'être pleinement présent à soi, bien au contraire, car cette faculté est nécessaire pour conscientiser et parer les attaques du prédateur. Par contre c'est la recherche constante d'un état extatique par ces pratiques qui s'avère être très dangereuse.

 

Il est évident que ces propos détournent sublimement l'auditeur de la possibilité de se libérer de son karma. Le karma étant le passé !

Tirer leçon du passé, permet de ne plus reproduire ses schémas à l'avenir.

M. Tolle n'est-il pas un parfait modèle d'un programmateur SDS New Age, qui ne dévoile que la moitié d'une vérité ?

 

À chacun de se faire son opinion...

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sophrone (samedi, 08 octobre 2016 20:17)

    Oui. J'ai lu tout Tolle. Et alors il n'y a rien chez lui que Krishnamurti aurait oublié de nous dire.
    Malheureusement, à l'instar du Dalaï-Lama, Tolle fait autorité. Voilà le vrai grand fléau !
    Sophrone