Le temps existe-t-il ?

Bernard Jampsin vous explique comment comprendre le temps. L’espace-temps est une notion que nous ne pouvons pas concevoir mais M. Jampsin vous donne une analogie permettant d’avoir une idée de ce que nous ne pouvons - à priori - pas comprendre.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Marie Odile Colombet (vendredi, 20 janvier 2017 03:13)

    Bonjour. Je voulais vous faire part d'une expérience qui m'est arrivée dernièrement, le 17 décembre dernier. J'étais chez des amis, je fumais sur le seuil, en face d'un arbre. L'idée m'est venue d'essayer d'entrer en communication avec lui. J'ai senti qu'il fallait que j'aille plus près de lui, et même que je me positionne sous son feuillage. En arrivant sous les branches, mon oeil est attiré par quelque chose qui brille et que je prends pour un bijou, d'une grande beauté. Mais je me rends vite compte que c'est une toile d'araignée perlée de gouttes d'humidité. D'ailleurs je reçois vite des gouttes d'eau sur la tête et sors de sous l'arbre. Je me dis que la communication, ce n'est pas pour aujourd'hui mais je me retourne pour saluer l'arbre. A la pointe d'un rameau, je vois une goutte d'eau sur le point de tomber et je me dis que je me donne le temps que prendra cette goutte pour se détacher de l'arbre pour entrer en communication avec lui. Cette goutte d'eau serait le symbole de la mesure de mon temps, c'est ce que j'avais à l'esprit.
    Le temps fut plus long que je le pensais mais enfin quand la goutte s'est détachée, j'ai dit merci et tourné les talons. C'est à ce moment-là que j'ai senti une énergie bienveillante m'envelopper à partir de mon dos.
    Plus tard, en rentrant à pied chez moi, il m'est revenu une image oubliée depuis plus de quarante ans. J'avais alors vingt ans, je m'étais regardée dans un miroir et je savais que j'avais eu un flash, que j'avais vu quelque chose de très important, mais je ne m'étais jamais rappelée quoi. Eh bien ce 17 décembre 2016, j'ai revu le visage entraperçu dans la glace: c'était moi à 64 ans, avec la coiffure exacte que je portais ce jour-là.
    L'arbre et la goutte d'eau m'ont permis de faire une boucle du temps, un temps qui semble s'effilocher de plus en plus.
    Merci à vous Sand, Jénaël et tous les Léo, grâce à vous j'avance, bien que fort seule dans mon coin. J'espère vous rencontrer un jour...
    Marie Odile.