Témoignage 93 - Anne T.

Commentaire laissé suite à l'expérience de vie de Marielle :

 

Ce témoignage est poignant de sincérité et beaucoup d'entre les Léo se reconnaîtront...
Pour ma part, j'ai ENFIN compris qu'on ne peut rien changer à l'extérieur de nous sans changer nous mêmes. De plus, nous n'avons à intervenir dans la vie de personne, pas plus que dans celle de nos proches. C'est ainsi, chacun ses choix, chacun sa route et il faut longtemps pour l'admettre, l'accepter. En finir avec les rôles de victime, bourreau, sauveur...

 

Que de travail intérieur pour arriver à accepter l'autre avec ses choix et ne plus vouloir contrôler...
Évidemment chutes et rechutes sont là, mais la décision est prise et chaque jour apporte son lot d'occasions...

Pour ce qui est de la situation matérielle je crois que nous sommes tous tenus par la peur du manque et que c'est une initiation fondamentale que d'y faire face.
Bon courage amie Léo, je suis sûre que nous serons nombreux à t'apprécier pour ta sincérité et que ton En-je va t'aider à découvrir la meilleure solution pour toi.

Il m'est venue une autre idée qui pourrait t'aider grandement. C'est la méditation Ériu Eolas de Laura Knight Jadczyk. Elle m'a sorti d'une période de déprime intense il y a un an. Cherche sur internet et en plus je crois qu'ils envoient le CD gratuitement aux personnes en difficulté. Amitié. La période est difficile en ce moment mais avec le réseau des Léo tu vas trouver ton chemin.

 

Anne T.

(Message en provenance de Facebook - "Amis qui aiment le Réseau LEO"

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    MARIELLE (lundi, 26 décembre 2016 11:57)

    Merci Anne de ton message.

    Je connais la méditation Ériu Eolas de Laura Knight Jadczyk que j’ai découvert il y a quelques mois. Pratiquant moi-même des exercices de respiration conciente, j’ai retrouvé des similitudes avec la méditation Eriu Eolas.
    Je pratique aussi la méditation pleine conscience qui est un vrai soutien pour accueillir les pensées et émotions en se contentent de les observer sans essayer de les rejeter ni de s’y accrocher. Cela permet de rester dans le moment présent (toujours en lien avec la conscience de sa respiration), connecté aux ressentis de son corps physique, sans se projeter dans un passé ou un futur. Ça m’aide beaucoup pour ne pas rester dans la déstabilisation d’un mental critique et jugeant :-) favorisant le centrage, l’ancrage.

    Bien à toi et au plaisir de rester en contact.

    Marielle