Expérience de vie - Chantal R.

Bien chers Sand & Jénaël et amis Léo,

Voici plusieurs jours (semaines) que je tente de vous écrire sans parvenir à concrétiser mon souhait qui vient du fond du cœur.

 

Mon prédateur me fait trouver toutes les raisons possibles pour ne pas aller au bout ! Depuis que j'ai fait cette prise de conscience, je parviens à me lancer, mais, « ça prend son temps » !!!

               

Tout d'abord, je tiens à vous remercier de tout ce que vous nous partagez sur Internet, Je vous ai découvert en 2014 avec vos « Dialogues avec notre Ange ». Ce fut une magnifique découverte, même si je ne comprenais pas toujours tout... Je découvrais des personnes sincères, simples, qui avaient le courage de partager leurs expériences inédites avec des mots à la portée de tous. Cela m'a profondément touchée et faisait écho en moi.

Mais un peu à la manière de Sand, attraction/ répulsion, je plongeais dans les dialogues puis m'en éloignais, car trop de remises en questions !... de découvertes « insensées » !!!... Mais toujours, j'y reviens avec le souhait de poursuivre mon travail sur moi, commencé depuis des années, avec différents thérapeutes, différentes techniques à tendance New Age, je le comprends maintenant ! Le travail doit passer par moi qui suis la créatrice de ma vie (je le ressens désormais).

               

A vous écouter ou vous lire, en faisant des recherches, aussi, je parviens à trouver le fil conducteur de ma vie, mes vies, qui semblaient parfois ne pas avoir de rapport... Peu à peu je décode mes émotions, entrevois mon prédateur, et parviens à entrevoir un lien avec des vies dans d'autres lignes temporelles,

Un peu comme Marie-Jeanne, je voulais rester en marge de la société, et comme Hélène je voulais  « prouver au monde » que je pouvais m'en sortir SEULE !!!

Mais à faire de la résistance à tout prix, a un prix !
À 47 ans on me diagnostique une polyarthrite rhumatoïde. J'ai eu la chance de rencontrer un rhumatologue qui m'a conseillé, avant tout traitement, de faire un régime sans gluten et sans lait. Ce fut un peu contraignant dans le cadre de ma vie familiale, mais très rapidement mes douleurs se sont calmées. J'ai toujours continué ce mode alimentaire en le partageant à mes filles qui y ont pris goût !

Je n'ai jamais été végétarienne, par contre, ça ne me parlait pas.

Lorsque vous avez abordé le régime paléo - cétogène, j'ai été interpellée ; j'ai testé, rejeté (trop contraignant en société), j'y suis revenue pour ne plus le lâcher. Je me sens bien ainsi, d'autant que j'ai perdu du poids que j'avais pris en arrêtant de fumer !...
Pas toujours facile de se débarrasser des glucides, j'étais une grande mangeuse de fruits, ayant grandi dans une famille d'agriculteurs, d'abord au Maroc, puis ici, mais finalement, on vit très bien sans !

Puis vous avez parlé de l'iode au moment-même où je me questionnais à son sujet. En effet, j'habite dans la Drôme, non loin de Cruas et Tricatin. J'ai lu tous les articles que vous avez proposé et je me suis lancée dans la cure d'iode que je fais de manière pulsée (5 jours sur 7) car n'ayant plus qu'un rein, je laisse un temps de repos à l'autre pour le préserver !
En effet, un nettoyage profond s'opère et les reins sont très sollicités ; je bois donc beaucoup, d'eau ou tisanes.

 

Je sens qu'un travail profond s'opère... mais ce n'est pas facile lorsque l'on est seule, et de n'avoir personne dans l'entourage qui fait le même cheminement... de faire des prises de conscience... On voit toujours mieux chez les autres que chez soi ! Vous le dites souvent, les échanges entre vous aident aux prises de conscience.

 

C'est pourquoi, j'aimerai m'inscrire au Cénacle, espérant trouver dans ma région des personnes sur la voie du service à autrui.
En attendant pour sortir de la « stagnation », je vais tester la méthode Éiriú Eolas dont parle Coka…

 

Bien à vous,

Chantal

Écrire commentaire

Commentaires : 0