Question 62 - Comment ressentir son prédateur ?

Bonjour,

 

Cela fait un certain temps que je vous lis, je remercie toute votre équipe pour ce blog.
J'ai une question qui me travaille, surtout depuis que j'ai lu au sujet de la prédation, et malgré toutes les explications que vous donnez la dessus, quelque chose n'est pas clair pour moi : comment peut-on détecter au niveau émotionnel ce qui est influencé par la prédation, comment faire correctement la distinction entre les ressentis du Soi supérieur et les ressentis insufflés par les prédateurs de 4ème dimension ?

 

Je pensais avoir jusqu'à maintenant assez de discernement, mais en ce moment, je me trouve face à un doute énorme quand à mes capacités de discernement...

 

Comment peut-on savoir si un ressenti de départ, qui semble aller dans le sens de la lumière, provient réellement de la Source ou si on s'est fait avoir par les prédateurs ?

 

Je sais que ma question n'est pas très bien tournée, j'aimerais néanmoins être un peu orientée la dessus...

 

Merci et bien à vous

Cécile


Réponse de L'équipe LEO :


Bonjour Cécile,

 

C'est une question très importante à laquelle nous ne pouvons pas répondre précisément parce que l'explication définitive qui se forge par l'intuition, n'appartient qu'à toi seule.

Cependant, pour commencer à découvrir notre partie prédatrice, il faut savoir que nos pensées (les pensées de tout un chacun) ne sont pas les nôtres, elles sont entre 90 et 95 % celles du prédateur. Donc ce que tu penses quotidiennement, ce n'est pas toi qui le pense.

Et pourquoi cela ? Parce que nous pensons soit à hier (le passé), soit à demain (l'avenir).


Ce genre de pensée est le fonctionnement type par lequel passe la prédation pour influencer nos choix et directions, nous orientant continuellement à reproduire ce qui est déjà connu, ce qui va nous amener à un résultat que nous croyons pouvoir contrôler pour nous rassurer. (Nous l'évoquons dans les vidéos-partages à Parisot).

Cela signifie que nos pensées sont des projections du passé (du connu) que nous manifestons automatiquement dans notre avenir, créant ainsi des boucles de rétrocausalités. (Voir déf. karma)

Le prédateur déteste l'inconnu car il ne peut plus garder le contrôle sur notre psyché.

 

Ses pensées ne sont pas forcément négatives, elles peuvent parfois nous servir. Mais pour s'en rendre compte, il faut expérimenter ce que nous offre la vie de tous les jours, tout en observant nos comportements, réflexes, pensées...

L'important est donc de rester au maximum centré dans l'instant présent, dans ce qui arrive quand nous pensons à ce que nous faisons, ce que nous sommes, et pas ce que nous pourrions supposer qui arrive.

 

Une manière d'affiner la perception de notre prédateur est de s'observer par exemple dans la vie de couple. Nos colères, les moments de querelle qui ne sont pas de l'écoute, de l'attention, de l'amour envers autrui... relèvent de la présence du prédateur. Il a intérêt à y semer la discorde, la mésentente, afin que l'un ou l'autre dans cette relation serve d'aspirateur d'énergie pour les entités au Service de Soi (énergies prédatrices).

 

Découvrir notre prédateur attitré, soit reptilien, Gris ou autres qui ne sont que d'autres parties de nous-mêmes sur d'autres fréquences vibratoires..., est un cheminement intime de connaissance de soi pour nous mener à la rencontre de notre Soi supérieur, qui "lui" est l'union, la paix entre nos deux polarités : celle du diable et celle de Lucifer, la réunion du cerveau droit et gauche. Il est représenté par le fils de l'UN, l'Homme-Christ, l'humain libéré de toutes ses "tentations".

Et c'est vers la réalisation de l'Homme-Christ qu'une partie de l'humanité se dirige aujourd'hui.

Nous te souhaitons de participer à cette quête, que nous nous offrons à travers le partage de nos recherches et expériences : la Connaissance.

 

L'équipe LEO 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    sylvie (samedi, 18 mars 2017 12:31)

    Merci à l'équipe Léo pour cette réponse, elle m'aide à moi aussi à y voir un peu plus clair .
    Bien cordialement à vous et encore un grand merci pour tout ce que vous apportez, diffusez, partagez.
    Je continue le chemin,
    Sylvie.

  • #2

    Marc Piel (dimanche, 19 mars 2017 13:01)

    Bonjour,
    merci pour la question et pour la précieuse réponse.
    Je sens opportun de rajouter que nous ne faisons pas toujours la distinction entre nos pensées et nos idées.
    Si la distinction n'est pas souligner, entre les unes et les autres, la question que je pose, c'est; est-ce que les 5 à 10% de pensées qui ne seraient pas celles de la prédation, ne seraient t'elles pas nos "idées", éclairs d'intuition, d'inspiration?
    À bientôt.
    BonSoleil
    M