La prédation enseignante - par Marielle

LA PRÉDATION ENSEIGNANTE

Quand une personne SDS se confronte avec moi sur la voie SDA

 

Avant de témoigner de mon expérience, je vous décris un peu ma réalité présente.

 

Tout d’abord je poursuis mon régime cétogène, couplé à la prise d’iode. Je suis rentrée maintenant dans la phase de stabilisation à 9 gouttes de Lugol à 5% par jour que je vais poursuivre ainsi pendant 3 mois.

 

La prise de citrate de potassium a pratiquement éradiqué mes crampes musculaires. J’avais dans un précédent message informé que des douleurs chroniques de mal de dos (lombaires) avaient disparu. Elles se remanifestent depuis quelques semaines  :-(

 

Je ressens aussi des douleurs lancinantes dans les jambes, provenant des os (petits os du pied, chevilles, tibia) et des douleurs dans l’os de la hanche gauche.

 

Ces douleurs dans les os avaient déjà été ressenties il y a quelques années en différentes parties de mon corps et elles avaient disparu d’elles-mêmes.

Concernant mon moral, il est très fluctuant avec une tendance à rester dans le bas. 

Je traverse ENCORE des tsunamis émotionnels, à croire que ma réserve de larmes est un puits sans fond.

 

Mon réconfort actuel est apporté par le Réseau Léo, les livres de Laura Knight (je me retrouve beaucoup dans sa traversée physique et psychique) et aussi « ma guidance » qui à travers mes recherches sur internet me donne souvent des enseignements et messages qui viennent à point nommé.

 

L’écriture aussi me permet de lâcher mon mental qui aurait tendance à m’envahir et à m’apporter les inconforts liés à un prédateur à l’affut. Ce dernier ne manque pas de me sauter dessus, dès qu’il sent que je perds confiance, que je veux passer à l’action pour sortir de l’illusion de la survie dans laquelle la densité de 3ème dimension tente de me maintenir. 

Lorsque j’écris, je suis alors dans un « autre espace-temps » qui m’inspire et me porte. Je suis au contact de ma multidimentionnalité, les limites disparaissent, tout semble possible. Je peux passer une journée entière à rédiger un article pour mon blog ou témoigner de mes expériences m’aidant ainsi à voir l’Evolution de ma Conscience à travers l’acquisition de connaissances nouvelles.

 

Dernièrement, je confiais mes doutes et mes questionnements sur ma vie à un ami qui me proposa alors de consulter un médium afin que je puisse voir un peu plus clair sur ma « destinée ». Il me proposait de contacter Mr A.  qu’il avait consulté quelques années plus tôt et dont les révélations concernant son futur s’étaient révélées exact.

 

J’ai souvent douté des capacités médiumniques de ces personnes, croyant plutôt qu’ils avaient une propension télépathique à lire ce que nous rayonnons à l’instant de la consultation. 

J’allais voir quand même le site web de ce Mr A. 

J’apprends qu’il a des flashs depuis son plus jeune âge qui lui font voir le futur des personnes et qu’il peut communiquer avec des défunts. Les témoignages des personnes qui l’ont consulté sont unanimes sur ces qualités « de cœur », d’écoute, de bienveillance et sur ses capacités de « voyant ».

 

Je décide alors de lui envoyer un mail, que voici :

« Bonjour A.,

 

Je m'adresse à vous car depuis de nombreuses années de quête à la fois spirituelle et humaine, afin de mieux me connaitre et connaitre la réalité qui m'entoure, physique et métaphysique, j'ai, par mes propres recherches, formations entreprises et expériences vécues, continué à grandir en conscience.

L'accompagnement psycho-énergétique que je proposais professionnellement depuis 8 ans ne correspond plus dans la forme au service que je dois apporter.

Je me retrouve aujourd'hui à un croisement de ma vie où tous les repères connus ont disparu. Ma forte sensibilité, mes dons extra-sensoriels, mes ressentis me portent à manifester ce que je suis d'une autre façon et là c'est le trou noir.

 

La réalité matérielle m'accule financièrement, je perçois le RSA et j'ai dû m'inscrire comme demandeur d'emploi, alors que je n'ai aucune envie de continuer à nourrir un système économique incohérent qui asservit l'humain, en recherchant un emploi "alimentaire". 

 

J'ai le sentiment que j'ai sûrement des résistances (peurs ?) qui m'empêchent de trouver un équilibre entre mes aspirations d'âme et ma réalité matérielle.

J'ai besoin de retrouver ma guidance intérieure, je suis découragée, fatiguée nerveusement. J'ai perdu confiance, je n'arrive plus à me projeter, à être dans une inspiration créatrice, dans laquelle je puisse m'épanouir.

 

Je désespère de ne pas trouver le service auquel mon âme aspire, malgré les nombreux dons et talents que j'ai reçus et dont je reconnais la valeur.

C'est comme si je restais bloquée devant un immense boulevard de possibilités pour les manifester.

 

Marianne Williamson a écrit ce très beau discours lu par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République de l’Afrique du Sud :

 

"Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite,

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus." 

 

J'en suis totalement convaincue.

 

J'ai hésité à vous contacter A. car je n'ai que très rarement consulté de médium.

Je préfère pratiquer un profond travail intérieur de transformation personnelle mais aujourd'hui je connais une forme de dépression psycho-spirituelle dont je n'arrive pas à sortir.

 

Vous serez-t-il possible de m'accorder une séance de 60mn par téléphone et à quelle date?

Accepteriez-vous de recevoir deux chèques de 45 euros chacun à encaisser sur deux mois?

 

Merci d'avoir pris connaissance de mon message et de bien vouloir me répondre. 

Je vous souhaite une très belle journée,"

 

 

En écrivant ce mail j’étais à la fois pleine d’espoir et en même temps assez critique sur ce que pourrait m’apporter un médium.

Au vu de mon parcours à la fois de thérapeute mais aussi de Chercheur de La Connaissance, j’ai conscience que les réponses à mes questions sont en moi ou reflétées par mon environnement. J’ai conscience en envoyant ce mail que je « joue le jeu »  de la densité de 3ème dimension qui donne l’illusion d’un pouvoir à l’extérieur alors que j’ai choisi de participer à créer une nouvelle réalité SDA qui ne repose plus sur des concepts et croyances de ce monde SDS.

 

Le temps d’attente concernant la réponse à mon mail me parut si long que j’étais arrivée à la conclusion que Mr A. ne me répondrait pas et je ne m’en sentais que mieux.

 

Pourquoi avais-je alors contacté ce médium ?

 

Au bout de 10 jours, Mr A. me téléphona pour me donner la marche à suivre pour avoir une consultation avec lui.

 

A sa voix, je percevais qu’il était soit fatigué, soit désabusé. Il m’informa d’une date de rendez-vous possible et me dit :

« Envoyez-moi d’abord un chèque de 90€ avec une photo de vous, votre date de naissance et le sujet qui vous intéresse d’aborder. Si c’est pour contacter un défunt, envoyez-moi aussi sa photo »

 

J’ai senti quelque peu poindre un malaise en moi et le sentiment que la personne que j’avais au bout du fil n’était pas dans la même énergie que moi (sous-entendu tendre à être au service de l’autre) mais plutôt à se servir d’abord, dans le schéma très classique du système de profit et de gain économique.

 

Lorsque moi-même, j’étais en contact avec une personne pour un rendez-vous en séance de thérapie, je lui demandais avant tout ce qui la menait vers moi et ce qu’elle traversait dans sa vie. Je l’écoutais, je répondais aux questions éventuelles qu’elle pouvait se poser sur ma pratique et à la fin seulement je l’informais de mon tarif.

 

Je poursuivis alors :

«Je vous avais demandé par mail si je pouvais vous envoyer 2 chèques à déposer sur un mois d’intervalle car je perçois uniquement le RSA et ce n’est pas évidant financièrement »

 

Lui : « Vous voulez venir à mon cabinet ? » (il consulte sur Paris)

 

Moi : « Non, je préfèrerais avoir une séance par téléphone et pour mercredi prochain, ça me convient. »

 

Lui : « Oui, je me souviens de votre message. Vous voulez avoir des réponses sur quoi ? Sur votre chemin de vie ? Sur votre relation sentimentale ? Sur votre activité professionnelle ? »

 

Il ne répondait pas à ma question du paiement et s’il se souvenait de mon message pourquoi toutes ces questions ?

 

Moi : « Comme je vous le relatais dans mon mail, j’ai besoin d’avoir une vision globale sur ma vie, car j’ai l’impression de ne plus savoir où j’en suis, je n’arrive plus à me projeter sur des projets »

 

Lui : « Qu’est-ce que vous faites comme métier ? »

 

Moi : « J’ai accompagné pendant 5 ans des personnes en tant que thérapeute psycho-énergéticienne. Puis depuis 3 ans, mon activité s’est délitée, je sens qu’elle ne correspond plus dans la forme au service que je dois proposer maintenant. Je ressens qu’il faut que je manifeste autre chose pour servir le développement de l’Humain mais je ne sais pas quoi. »

 

Lui : « Pourtant mes guides me disent que la thérapie est votre mission. Il serait dommage d’arrêter. Pourquoi voulez-vous arrêter ? »

 

Face à ce qu’il me disait, je me sentais mal à l’aise, sans connaitre la raison. C’était un ressenti dans mon corps. J’avais l’impression que ses réponses n’étaient pas alignées sur mon champ de fréquence. Alors qu’il était question d’une prise de rendez-vous, j’avais le sentiment qu’il faisait la consultation aujourd’hui.

 

Moi : « Je ne me sens plus en adéquation de conscience avec les notions « d’argent » et de « clientèle », « de productivité ». Ça n’a plus de sens pour moi. »

 

Lui : « Vous avez bien dû vous former, payer des formations, donc c’est normal de demander un tarif pour votre travail. Vous n’allez pas travailler bénévolement ? Je ne vous sens pas heureuse dans votre vie sentimentale, vous êtes accompagnée ?»

 

De part ses questions, je me confie davantage mais je ne me sens pas entendue dans l’aide que je demande. Je sens Mr A. installé dans une logique bien 3D alors que mon questionnement repose sur « comment sortir de ces schémas 3D » pour créer le nouveau dans un équilibre pour moi matériel ET spirituel ?

 

J’espérais qu’il puisse « voir mon âme », voir une problématique liée à « une ou plusieurs vies parallèles » qui m’empêchent de manifester mon besoin de « me créer un nouveau futur  » ou alors si dans l’invisible, ce futur potentiel est déjà là, de me le confirmer… c’est tout ce que j’ai besoin d’entendre, une confirmation que c’est en créant, soit un déménagement de région, soit un emploi et de quelle nature, ou les deux à la fois… ou une rencontre qui par synchronicité allait m’ouvrir une porte vers la nouvelle forme du service que je vais manifester pour l’Evolution Humaine, pour accompagner l’Eveil des Consciences.

 

Notre dialogue a pris alors une tournure étrange.

C’est comme si les rôles se renversaient et que Mr A. inconsciemment, me demandait de l’aide.

 

Lui : « Vous pensez que ça se fait tout seul d’exercer un métier en indépendant ? Il faut se faire connaitre. Je continue à donner des conférences sur toute la France. Lors de ces conférences, je consulte dans des chambres d’hôtel, jusqu’à des heures tardives. Il y a de la concurrence dans le milieu des médiums et beaucoup sont loin d’être spirituels et ouverts de cœur. Moi non plus ça ne me plait pas de payer l’URSSAF, les impôts, mais pour pouvoir vivre correctement, il faut bien en passer par là ».

 

Il me disait TOUT ce que je ne veux plus vivre qui alimente ce système d’esclavage à l’argent.

 

Je lui demandais des réponses qu’il était incapable de me donner puisque mon questionnement ne rejoignait pas son questionnement (ou son manque de questionnement).

Il me dit « vous êtes une rêveuse », « vous souffrez en fait d’un manque de confiance en vous, vous voyez tout en négatif ».

 

Au bout de 20 bonnes minutes de cet échange, Mr A. me dit :

« Bon, je ne vais pas vous faire une séance aujourd’hui, mais je prends quand même sur mon temps de repos pour dialoguer avec vous car je vous sens un peu perdue. »

 

Je ne lui demandais rien ce jour, c’est lui qui me posait des questions et prolongeait nos échanges.

 

Son humeur avait changé, il semblait moins fatigué et dans le désir de m’apporter une aide.

Il me parla des prières, d’appeler mes anges, de lire si je ne connais pas, les livres de Joseph Murphy sur les capacités de l’esprit et de la prière. Il insistait sur le fait que ses guides lui disaient que je suis une thérapeute et qu’il faut que je continue ma mission.

 

J’aurais pu lui parler de toutes les informations que je connais et que j’expérimente, sur le rôle de l’épigénétique, sur l’alimentation cétogène, sur la prise d’iode, sur les enseignements de Laura Knight, sur les échanges avec le Réseau Léo, sur bien d’autres approches  qui me parlent aujourd’hui. Mais je ne voulais pas prolonger une conversation qui risquait d’être stérile pour moi, qui aurait pu lui apporter sans doute si je l’avais senti ouvert sur le sujet.

 

Je savais alors que je ne ferais pas de consultation avec lui. Je m’étais trompée. Ce n’était pas la solution à mon mal-être existentiel.

 

Il ajouta d’ailleurs :

« C’est sûr, j’ai pris sur mon temps de repos pour vous parler. Hier j’étais en déplacement et j’ai pratiqué beaucoup de consultations. Je pense que vous devriez plus demander l’aide de vos anges. Je ne suis pas certain que je vous aiderais davantage avec une consultation »

 

Moi : « Je vous remercie d’avoir pris de votre temps pour échanger avec moi. Cela m’a aidé tout de même et effectivement je ne vois pas l’intérêt de poursuivre avec une séance de consultation »

 

Lui : « C’est sûr, j’ai pris sur mon temps de repos aujourd’hui » me répéta-t-il.

 

Je le sentais contrarié quand même donc j’ajoutais :

«  Je compte bien vous envoyer un chèque pour cet échange (de 40 mn) »

 

Lui : « Non, non, je ne vous demande rien, je l’ai fait gracieusement »

 

Mr A. soufflait vraiment le chaud et le froid simultanément. Il insistait lourdement sur le temps qu’il me consacre, alors que je ne lui demandais rien au départ, ce sont ses questions posées qui ont entrainé la durée de l’échange. Puis quand je lui proposais de le payer, il refusait.

 

Nous nous quittons alors. Je le remerciais encore, lui assurant que je lui enverrai dès que possible un chèque pour « service rendu » sachant que nous n’aurions pas d’autres échanges.

 

Une semaine plus tard, un matin, à 11h, je consulte la messagerie de mon téléphone portable que j’avais entendu sonner mais dont je n’avais pu prendre l’appel.

Le numéro d’appel m’était inconnu.

 

A l’écoute du message, je reconnais Mr A. le médium, qui semble fort irrité et me dit :

« Nous avions rendez-vous aujourd’hui à 11h pour une consultation. Il est 11h15, n’ayant pas de nouvelle, je vous appelle. Merci de me rappeler rapidement afin de me donner une explication sur votre empêchement, car il aurait été correct alors d’annuler le rendez-vous en me téléphonant. »

 

Je fus très surprise et contrariée car pour moi, c’était très clair que lors de notre premier échange, je ne donnais pas suite pour un rendez-vous.

 

Voici donc le 2ème échange avec ce personnage, véritable enseignement du prédateur.

 

Moi : « Bonjour A. c’est Marielle. Je suis surprise par votre appel car au vu de notre premier échange j’étais convaincue que nous avions compris l’un comme l’autre qu’il n’y aurait pas de consultation ultérieure »

 

Lui sèchement: « Vous avez bien pris rendez-vous à 11h aujourd’hui, ma secrétaire l’a bien noté »

 

Moi : « Je suis désolée de ce malentendu, car si vous vous souvenez de notre échange, vous m’aviez dit que vous pensiez ne pas pouvoir m’aider davantage, ce que j’ai reconnu aussi »

 

Lui : « Vous ne respectez pas mon travail. Savez-vous que je prends un temps avant chaque rendez-vous pour méditer afin de me préparer à la séance médiumnique ?

Si vous ne vouliez plus de rendez-vous il fallait me prévenir auparavant pour annuler. »

 

J’osais lui répéter pour la 3ème fois qu’il s’agissait d’un malentendu, que peut-être ne se rappelait-il pas de le teneur de nos échanges ?

 

Lui, de plus en plus irrité : « Vous me prenez pour un couillon ? Vous avez bien pris un rendez-vous pour aujourd’hui à 11h. C’était sur quel sujet que vous vouliez m’entretenir ? Professionnellement ? »

 

Je le sentais repartir comme la première fois sur un questionnement, complètement sourd à la teneur de mes propos.

 

Moi : « Oui au départ c’était principalement sur ce sujet mais… »

A. me coupe la parole

« Vous faites quoi ? »

 

Moi : « J’étais thérapeute… »

A. me coupe de nouveau

« Thérapeute ?... Ha ? thérapeute ? » sur un ton narquois « alors si vous agissez comme ça étant thérapeute… »

 

Je commençais à voir rouge, la colère montait en moi par prédation interposée. Je ne supportais pas qu’il s’en prenne à mon intégrité de thérapeute et qu’il me prête un comportement et des pensées qui ne sont pas les miennes le concernant. 

 

Lui : « Moi aussi figurez-vous, je suis thérapeute en plus d’être médium »

 

Moi : « Je vous ai dit que c’est un malentendu, inutile de vous mettre dans cet état, je vous ai dit que j’étais désolée, que voulez-vous que je vous dise d’autre ? Je ne suis pas d’accord pour que vous me prêtiez des intentions que je n’ai pas. Je n’ai jamais eu la pensée de ne pas respecter votre travail, je vous répète que j’ai l’intention de vous régler dès que possible, le temps que vous m’avez accordé lors de notre premier contact »

 

Lui : « Bon ! Bon ! On va s’arrêter là. Je vous souhaite beaucoup de Lumière sur votre chemin ». Son ton qu’il voulait apaisé, était un peu contraint et forcé dans ses propos, je ne ressentais pas du tout les paroles qu’il venait de prononcer comme provenant de son coeur.

 

Une fois la communication coupée, j’ai ressenti comme une grosse charge énergétique accrochée à moi, me laissant au bord des larmes.

 

A peine 2 mn plus tard, mon téléphone retentit. C’était à nouveau A.

Il revenait à la charge :

« Je voudrais comprendre tout de même pourquoi vous ne m’avez pas averti que vous annuliez le rendez-vous ? J’aurais pu alors proposer cet horaire pour quelqu’un d’autre ».

 

Voilà pensais-je, il ne supportait pas d’avoir manqué l’opportunité de remplir son agenda et par la même occasion son porte monnaie.

 

J’ai senti cette fois-ci, la guerrière prendre place en moi. Pas la guerrière pour combattre mais la guerrière qui se positionne et ne laisse aucune place pour la déstabilisation.

 

Moi : « Écoutez, si vous ne voulez pas comprendre ce que je m’évertue de vous expliquer, de bonne foi, je n’y peux rien. Je ne suis pas responsable de ce que vous ne voulez pas voir. Questionnez-vous sur ce qui résonne en vous à ce point qui vous plonge dans un tel état de réactivité ? »

 

J’étais exaspérée par cet harcèlement. Je ressentais que ce personnage avait besoin d’aller voir en lui (tout thérapeute qu’il croit être) pour guérir ces zones d’ombre.

Dans l’inversion des rôles de notre premier échange, il m’avait confié une période de sa vie dont il portait encore la blessure émotionnelle.

 

Je demandais au départ une aide clairvoyante à A. sur mon futur nouveau et c’est moi qui avais la clairvoyance de voir chez lui ce qui se jouait à travers notre relation.

 

Il mit fin à notre échange téléphonique en me souhaitant encore « le meilleur pour moi ».

 

Je me suis sentie frissonnante, nauséeuse à tel point que je me suis précipitée sur un protocole de dégagement, afin de me libérer de l’énergie oppressante qui s’était posée sur moi depuis cette conversation téléphonique.

 

Quel enseignement, ou confirmation, je retiens de tout ceci :

 

1-   Je n’ai pas à contacter, ni médium, ni thérapeute, ni guérisseur car JE SUIS médium, thérapeute et guérisseur POUR MOI-MÊME.

 

2-    J’ai à ME FAIRE CONFIANCE, dans mes ressentis, dans mes intuitions, afin de discerner ce qui vient de « ma guidance supérieure » de ce qui m’est envoyé par la prédation et le conditionnement de la densité de 3ème dimension.

 

3-  Je traverse une période déstabilisante car les repères de la densité 3D disparaissent au fur et à mesure pour que je puisse accueillir de nouveaux repères, non matériels mais davantage liés à ce que je perçois par mes sens extrasensoriels et les informations qui m’arrivent des autres plans dimensionnels.

 

4-    Je comprends que la vie est un balancier qui cherche toujours l’équilibre.

Ce médium m’a reflété ce que je dois lâcher pour retrouver un équilibre avec de nouveaux repères, soit :

-       Ma volonté de garder le contrôle

-       Ma peur du manque matériel et financier

-       Ma peur d’exprimer ma différence pour pouvoir Être Moi-même

 

Mr A. m’a permis de voir aussi le harcèlement de mon mental qui cherche toujours à comprendre, se coupant ainsi de la compréhension « supérieure » qui ne provient pas du raisonnement mental mais d’une information « supérieure » provenant de ma Conscience, de mon Âme, de ma famille galactique. C’est une information déconditionnée des croyances, des pensées, des émotions. 

 

Amis Léo, si mon témoignage soulèvent des observations de votre part, partagez-les moi, s'il vous plait  :-)

Beau cheminement à tous,

 

Avec joie de vous lire,

 

Marielle

Inscrite au cénacle (28)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Vyninho (lundi, 01 mai 2017 19:41)

    Bonjour Marielle !
    A chaud, bravo !!!
    Tu as fais une bonne analyse de toi, des prises de consciences, du au miroir que Mr A t'as reflétés tes (ses) peurs et sa manière de fonctionné en 3D.
    Le chemin est toujours olé olé pour tout le monde mais tu es sur le bon chemin.
    Tes reprises de douleurs sont les derniers résistances a ton cheminement SDA, aller dans l'inconnu, faire confiance, accepter ce qui est.
    Mais accepte tes peurs pour te rendre plus fort, renaît de tes cendres comme le Phoenix, ou comme Laura knight, traverser le monde des morts, écraser tes os jusqu'à à la moelle.
    Continue ton initiation !
    Courage Marielle la Leonine! (On sent ton énergie dans ce que tu décris ton expérience)
    On es la! On a toujours été là !
    Merci de ton partage, cela va te renforcé et nous aussi.

    Vyninho