Témoignage 167 - Dominique T. - Découverte de l'Epopée de la Conscience

Hélène,

 

Je commence seulement à lire l'Epopée de la Conscience, depuis 2 jours. J'explique pourquoi dans "expériences de vie", et encore, que de façon courte. Je devais éviter le net, l'autoroute que la prédation utilisait, mais comme tout est leçon. Je me ramassais ça en pleine figure, ou plutôt en pleine pression artérielle. L'utilisation des ondes, de la technologie, pour neutraliser un intrus dangereux ? (d'ange heureux).

 

Comme dans le genre de la "tique" que tu as vécu, dure apprentissage ! n'est-ce pas !

Alors ! il y en a tant à lire maintenant, et passionnant, que je commence aussi par les plus récents.

Avec cette publication, il y a une compréhension et surtout confirmation de ce que j'ai vécu ces derniers temps. Et je m'aperçois que j'ai souvent eu dans ma vie, un pas d'avance sur ce que je n'acceptais pas. Exemple ceci, "et qu'est-ce qu'une rupture amoureuse ? "

Ce mot "amoureux(e)", que j' ai toujours eu une "gène" a utiliser. Je ne l'utilisais même jamais. J'ai découvert pourquoi dans l'Onde tome 8 de Laura, " le mythe amoureux ", et puis cette fois sur ton article. J'ai vu, compris, intégré, fait l'expérience de l'élastique qui revient en pleine figure. J'expliquerai pourquoi et comment cela m'a permis de me "nettoyer", et comment il y a répercussion sur la matière. Dissolution de mémoires, de liens.

Le passage sur les rituels familiaux, extra aussi.

 

Hier matin, avant que je découvre cet article, ma mère m'appelle, elle a 93 ans, pour l'emmener à l'église, obsèques. Evidemment, ça ne fait plus partie de ce que je suis. Comment faire ? Je lâche prise comme d'hab', car je n'ai pas la solution de moi-même. (et ça me réussi bien depuis que je sais qui je suis). Une heure après, elle m'appelle et me dit, " J.P (mon frère) vient aux obsèques...." .

Et voilà, il suffit de ne pas "faire", mais de laisser les choses venir, ce que disait Gurdjieff. 

 

Merci pour ce travail de clarté, de compréhension.

Dominique (inscrit au Cénacle - dépt 27)

Écrire commentaire

Commentaires : 0