Croisement de lignes temporelles - Murielle S.

Aujourd'hui j'ai vécu un énième conflit avec Léo mon fils, 15 ans.

Ce matin je lui ai préparé un petit déj', crêpe aux pommes, envie de lui faire plaisir, qu'il se réveille avec cette bonne odeur dans les narines en descendant l'escalier... la maison parfaite des Bisounours parfaits... Et je me suis pris une réflexion avant un bonjour : je n'avais pas acheté ses céréales préférées, je lui avais dit que je le ferai. Je me souviens surtout lui avoir parlé de tout ce qui est céréales, sucre, ce genre d'alimentation encrassante, que la dernière boite (bio certes mais céréalière quand même) serait la dernière.

 

J'essaie donc de ne pas me mettre en colère, lui parle de son comportement (tentative de communication non violente d'une maman aimante envers son adolescent de fiston... quand je dis maison des Bisounours, j'aurais dû mettre « caricature de » avant). 

 

En coulisse en revanche c'est nettement moins beau, et j'ai eu les deux « scénarios » en simultané, il y en a un dont j'aurais aimé rester dans le déni (enfin le prédateur en moi), mais même si les images sont apparues et ont disparu en un éclair, elles étaient d'une netteté foudroyante ! Pendant que je m'accrochais à mon scénario hollywoodien, j'ai perçu, l'espace d'un instant, dans le regard de Léo un mépris incroyable, ce n'était pas son regard, c'était quelqu'un d'autre, un mépris glaçant.

Il est retourné dans sa chambre et je me suis retrouvée k.o. debout dans la cuisine avec une plaie non physique mais bien réelle dont je n'ai pas mesuré la béance sur l'instant. 

 

En rangeant et nettoyant, je me sentais coupée en deux entre une colère « dragonnesque » et un chagrin à remplir une piscine olympique, et c'est dans cette faille entre deux réactions que j'ai eu une image, un flash, une vision, je ne sais pas comment le nommer.

 

Nous étions un couple et la scène se passait dans une cuisine, plus grande, plus claire que celle de la maison où nous vivons, et si ce n'était pas de la haine qui viciait l'air que nous respirions on n'en était pas loin. Et il y avait une immense détresse en moi, je n'étais pas reconnue, probablement maltraitée psychologiquement, et j'avais peur de lui mais pas seulement, j'avais peur de voir l'effondrement de notre histoire (une méga lovebite où si je voyais le bourreau et la victime, je voyais également deux êtres qui n'avaient même pas conscience du jeu de rôle qu'ils avaient endossé).

 

C'est la piscine olympique qui a gagné, ce que j'y ai déversé a noyé le feu de la colère. Ce qu'il s'était passé entre une mère et un fils pointait d'une lame acérée ce qui se jouait sur une autre ligne temporelle entre un homme et une femme. Si on parle de « vie antérieure » nous avons été ce couple là et malgré la tentation dérisoire du déni il était urgent de traverser cette mémoire soudainement remontée et de laisser cette profonde douleur se déverser.

Ça m'a pris la journée. Dans l'après midi j'ai parlé avec Léo, je m'en suis tenue à ce que j'avais ressenti le matin, son comportement pas respectueux, celui de trop et que je ne supportais plus et que c'était pour ça que je pleurais, il a présenté des excuses, a demandé si on allait passer le weekend comme ça lui dans sa chambre, moi en pleurant en bas ?

Je lui ai répondu que je n'en savais rien et que je préférais rester seule pour le moment quelle que soit la durée de ce moment. Je savais que je n'abordais que la partie émergée de l'iceberg, et que je m'en tenais à « victime/bourreau » faute de mieux, et que ça n'en resterait pas là. En fait je savais ce que cette vision pointait, la peur de la non reconnaissance, l'attachement, la peur de perdre l'autre...

 

Lui est dans une période où il a mis de côté tout ce qui concerne « l'invisible », d'autres réalités. Sa vie c'est la moto, les copains, être « comme tout le monde »... mais il a en lui une sensibilité particulière qui peut lui faire entendre des choses que bien des jeunes gens de son âge ne peuvent même pas appréhender, ou alors dans des séries ou films de science fiction. 

 

Seulement là, il y a trop d'émotions qui demandent à être libérées, et j'ai peur de ne pas être comprise (tiens tiens !), qu'il me prenne pour une malade mentale (tiens, tiens, tiens !), et la prédation s'en mêle qui me culpabilise, est-ce que j'ai le droit de lui asséner cette histoire à son âge ? Et puis on est à 2 jours de sa rentrée au lycée, il a le trac... bla bla bla...

 

Seulement voilà, je sens intimement qu'il est important qu'il entende au delà des mots, là il s'agit d'une libération, d'une possibilité de dénouement d'un lien karmique, et c'est bien la première fois que j'ai cette conscience aussi aiguë d'une remontée de mémoire, ce n'est pas la première fois que j'ai des ressentis, mais flous, vagues. Hors là, je ne doute pas un instant ni de ce que j'ai ressenti, ni de ce que j'ai vu, la similitude et la simultanéité des deux scènes, c'est la même chose qui se joue sur une autre ligne temporelle, ça n'a pas « toqué à la porte » de Muriel et Léo pour rien !

 

Petit détail pas du tout anodin, tout se passe quand Georges est parti 3 jours aider des amis pour un déménagement. Et c'est vraiment très très bien, parce que je sens qu'il ne faut pas de tierce personne. Il saura après, et d'ailleurs ça va nous être éminemment enseignant et nous permettre de comprendre de l'intérieur certaines réactions, comportements, emportements de ma part dans le couple, pourquoi je peux être si pénible dans ma demande de reconnaissance, d'attention avec lui comme avec Léo, et dans une moindre mesure aujourd'hui, dans ma vie sociale.

Et il faut qu'il entende aussi ce qui me fait avancer, autrement qu'à travers le prisme déformant de ce qui reste de new âge et « d'angélique » en lui, ce qui me pousse littéralement de l'intérieur, que j'essaie de brider parfois pour ne pas « déranger » (mais déranger qui en vrai à part mon prédateur et peut-être le sien, celui de Léo ?).

C'est quelque chose que Georges accepte certes, mais ça doit rester à l'extérieur, ne rien bousculer, ou pas trop, et ça c'est impossible quand on vit ensemble.

 

                         …................................................

 

Voilà, c'est le soir et à force de me voir pleurer et lui dire que je voulais qu'on parle mais plus tard, il a demandé qu'on le fasse maintenant. J'avais peur, mais je lui ai tout raconté, tout ce que je viens d'écrire et d'autres choses encore, ce que j'avais commencé à comprendre au cours de cette journée, j'ai cassé le schéma de victime/bourreau que j'entretenais encore quelques heures avant, il était temps d'intégrer le tout sans culpabilité, ni douleur.

J'ai vu passer des tas d'émotions dans son regard, des nuages, des éclaircies, mais j'ai surtout vu qu'il était présent, de cette qualité de présence particulière à l'âme. 

 

Il ne se souvenait quasiment plus de son comportement du matin, je lui ai expliqué que ce n'était « pas lui » Le Léo de cette existence, mais néanmoins une partie de lui en tant qu'âme. Il a peu parlé, juste dit qu'il me croyait. Je ne sais pas s'il voudra en parler à nouveau, je laisse faire.

Léo, comme Georges, comme la majorité des hommes que je connais, ne livre pas ses émotions facilement.

 

Je ne sais pas ce que ça va changer, ni comment, mais comme je lui ai dit, rien de ce qui s'est passé au cours de cette journée n'a été le fruit du hasard, et il le sait.

 

J'ai touché quelque chose de profond, mon récit l'a touché plus qu'il ne l'a laissé paraître, et la « décantation » de tout cela va prendre un peu de temps. C'était bouleversant, dans le sens le plus positif du terme au delà des apparences, bouler et verser : mettre sens dessus dessous, pour remettre du sens.

 

Bonne quête à tous.

Murielle S.

 

L'équipe LEO : Un autre mail fit suite à ce récit que nous publions ici :

 

Depuis ce jour éclairant, au-delà d'une douleur qui n'était pas une souffrance (une douleur ne devient une souffrance que lorsqu'on s'y accroche, attache ou s'y identifie ; ça fait peu de temps que je vis la différence entre les deux), depuis avant hier donc, des souvenirs sont remontés, j'avais voulu les oublier parce que je n'en comprenais pas le sens et je me sentais coupable.

Par exemple le premier regard que Léo a posé sur moi juste après sa naissance était un regard de peur. Je l'ai allaité mais je n'ai jamais connu cette fusion des regards bébé-maman dont je rêvais tant (en référence au scénario hollywoodien de la famille lisse et parfaite).

 

C'était de ma faute forcément ça venait de moi puisque j'étais « La Mère Nourricière »... ma première pensée juste avant d'écrire a été « mère souricière »... je vous laisse apprécier l'énormité du lapsus hautement révélateur (souricière : piège pour prendre des souris. Expression : « se jeter dans la souricière », « tomber dans la souricière » : se mettre dans un embarras dont on ne peut pas sortir, tomber par imprudence dans le piège qui vous est tendu).

 

Un autre exemple est qu'on ne peut pas être ensemble, seuls tous les deux, trop longtemps, quoi que l'on fasse il y en a toujours un qui va chercher à provoquer l'autre, et ça finit en engueulade, conflit. Avec Georges ils ont une vraie complicité, des goûts communs, donc c'est de ma faute évidemment !

En fait depuis deux jours je désincruste toute les culpabilités de "la maman", tous ces petits poisons logés dans l'inconscient depuis tellement longtemps et dont certains enfin remontent à la surface, et puis ça m' interroge plus que jamais sur « c'est quoi être maman, papa, enfant de ? » (je crois que c'est un échange que vous avez eu à Vicdessos, je vais aller le re écouter!).

 

Pour l'instant ce sont mes intestins qui « trinquent », nettoyage karmique en cours :-)

Les témoignages les uns des autres via l'écrit, les rencontres nous font « travailler », même de loin, j'en suis sûre. Les vidéos de Vicdessos et surtout la dernière partie ne sont pas étrangères à ce que je viens de vivre, ni tous les témoignages de Nina et sa difficulté avec Gaïa parfois, je ne saurais dire en quoi exactement, une des conséquences de la fréquence de résonance ?

 

Merci encore et à bientôt !

Muriel S.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0