22. L'ÉCOLEO - Les travaux herculéens des LEO

 

Juin /Juillet 2021

 

Le soleil de ce début d’été participe à décupler l’énergie des LEO sur le chantier.

Et ça tombe bien ! Car les ateliers se multiplient au sein de la bâtisse, autant dans la déconstruction que dans la reconstruction.

 

Vidéo sur notre chaine Odysée : 

ou sur Youtube :



  

Après une longue période d’introspection, l’ÉCOLEO connaît une progression fulgurante. Tous portés par le besoin de nous exprimer dans la matière, l’âme a agit ! Nous constations une soudaine avancée des travaux. Comme si la bâtisse était à l’image de notre corps de matière se syntonisant avec notre intense travail intérieur.

 

 

 

Le nid de vipère

 

Lors de la déconstruction du muret de Bim, nous nous retrouvions confrontés à un mortier d’une incroyable solidité. Celui-ci formait une épaisse semelle que nous décidions de faire basculer d’un bloc. Munis d’un pied de biche et de quelques morceaux de bois, le voilà sur le sol !

 

Nous découvrîmes alors qu’il servait de toit à une vipère qui y avait fait son nid.

 

Ce fut une rencontre hautement symbolique car, en l’observant quitter son refuge, comment ne pas penser à nos origines reptiliennes auxquelles nous devons faire face, pour pouvoir quitter ce monde de 3ᵉ densité !

 

Les limites et la protection que lui conférait cette toiture de mortier se sont littéralement écroulées. N’est-ce pas ce qu’il se produit à notre niveau ? La carapace protectrice fabriquée par notre ego, n’est-elle pas en train de basculer, nous offrant ainsi la possibilité de découvrir la grandeur de notre âme ?!

 

Son monde s’écroule et la voilà décidée, tout comme nous, à arpenter un nouveau chemin vers l’inconnu.

 

 

La première dalle

 

En hiver 2018, les premiers travaux de rénovation de la bâtisse avaient commencé par Bim et le démantèlement des anciens chenils (voir le diaporama :
2. L’ÉCOLEO - tombons les murs).

 

Aujourd’hui débute un nouveau cycle qui nous autorise à consolider ses fondations en y coulant une dalle. Tous ensemble autour de la bétonnière, nous avons expérimenté une nouvelle fois la force de l’unité tribale en action.

 

D’un point vue symbolique, cette première dalle nous montre la progression de notre travail de groupe, qui, au fils du temps, a pu acquérir de l’expérience.

 


Notre discernement individuel et collectif s’étant affiné, il participe à révéler les fondations d’une cohésion d’âmes où l’impossible devient possible.

Écrire commentaire

Commentaires: 0