Comment je fais pour accroitre ma conscience - François Y

Suite au Cahier C7.3 - Sexualité et karma ou l'illusion de l'amour Luciférien de la 4ème densité ?

 

Bonjour les Léos,

 

Comme ce message est très long, j’ai préféré le décomposer en trois parties :

A - Mes prises de conscience.

B - Comment me prémunir du parasitage de la prédation avant de lire ou écrire un texte.

C - Amour inconditionnel et amour humain.

 

Ce nouveau cahier 7-3 ne m'a pas fait grincer des dents, pas plus que les précédents, mais j'imagine bien qu'il peut choquer, déstabiliser, faire réagir l'immense majorité des internautes, y compris dans la communauté New Age.

Cette réaction me semble tout à fait "normale" dans ce monde au "Service de Soi - SDS".

Ne résulterait-elle pas du conditionnement-enfermement dans la matrice et donc de la limitation de la connaissance ?

 

Si j'avais lu ce texte à mes 30 ans, il m'aurait vraisemblablement fait bondir, mis en colère, je l'aurai trouvé inepte, absurde et mensonger.

Ce n'est plus du tout le cas aujourd’hui et je vais m’en expliquer.

Je voudrais dire aussi que j’aime écrire.

Mes messages sur le réseau Léo ne consistent pas à assouvir un besoin egotique ou besoin de reconnaissance, mais plutôt d’exprimer cette partie créatrice en moi qui m’anime depuis mon enfance.

 

Ecriture, ébénisterie, menuiserie, travaux dans le bâtiment, bricolage, dessins, écriture ont toujours accompagné ma vie et je me suis rendu compte en parcourant vos messages et vidéos que vous aviez aussi cette créativité en vous et ce besoin de l’exprimer.

 

Ecrire, c’est un moyen d’exprimer cette créativité, c’est partager, ne pas garder mes compréhensions pour moi seul. C’est un désir de communiquer, de faire part de mes prises de conscience, de mes compréhensions, pour expliquer par exemple, comment j'ai pu résoudre avec succès mes problèmes de dépressions.

J’ai du temps pour cela, je suis à la retraite.

Youpi ! Enfin, une plus grande liberté ! Après 37 ans d’esclavage, de soumission.

 

A - Mes prises de conscience : 

 

Ce temps, je le prends depuis deux ans en ne regardant plus la télévision et c’est une véritable libération, une déconnexion partielle mais importante à la matrice.

La télévision n’est-elle pas un puissant outil de programmation mentale ?

Je me tiens cependant informé par d’autres sources.

Je souhaite donc partager sur ce réseau Léo en relatant mes expériences et prises de conscience pour sortir de cette satanée prison et pour me préparer à cheminer vers cette voie "au service d'Autrui - SDA".

Je suis conscient et désolé d’utiliser le "Je" aussi souvent dans ce message, mais il s’agit de mes prises de conscience. J’espère que cela ne vous agacera pas trop.

 

Voici dans ce message quelques suggestions qui m’ont permis de me prémunir du parasitage de la prédation lors de la lecture ou de l’écriture d’un texte.

N’est-ce pas nécessaire avant de lire ce cahier C7.3 que je qualifie de fondamental ?

J’ai remarqué que les enfants et adultes autour de moi ou ailleurs avaient de plus en plus de difficulté à se concentrer, à être attentionné. Une étude récente fait remarquer une plus grande difficulté de concentration chez les jeunes et chez les adultes.

Cette étude indique que les journalistes ont dû raccourcir fortement leurs colonnes parce que les gens ne lisent plus jusqu’à la fin du texte.

Ils lisent en travers et ne se souviennent même plus, bien souvent, de ce qu’ils ont pu lire, cinq minutes avant.

C’est un fait ! Ce manque de concentration, d’attention, de recherche, de conscientisation de nos pensées et comportements ne sont pas dû au hasard mais à une volonté du consortium SDS.

La prédation transdimensionnelle m’était totalement inconnue, il y a deux ans encore.

Cette prédation est une composante incontournable dans le cheminement de l’âme dans notre densité 3D. 

 

Citation du réseau Léo :

"Mais n'oublions pas que les SDS peuvent devenir nos alliés, nos enseignants, lorsque nous savons reconnaître et accepter leur rôle dans l'équilibre de la Création".

 

Cette récente connaissance de la prédation 4D a été la clé qui m’a permis de comprendre tout ce qui se passe globalement sur ce monde et en particulier au niveau de la géopolitique 

Ben oui ! Cela n’a rien à voir avec la spiritualité, je vous l’accorde !

Cela n’intéresse que peu de monde et pourtant tout ce qui s’y passe est relié à la prédation 4D. Ce qui se passe réellement nous est savamment caché. Tout ce qu’on nous raconte est totalement manipulé, inversé.

 

Cette prise en compte de la prédation 4D est la clé qui m’a permis de comprendre que tout ce qui me paraissait illogique est soudainement devenu logique.

Comprendre que la manipulation du consortium SDS s’exerce dans les domaines* comme la politique, les médias, la géopolitique, les banques, les multinationales, les religions, les sectes, les enseignements, les sciences, l’astronomie, l’histoire, le médical, les dogmes divers, etc… depuis de nombreuses années m’a donné la réponse à mes questions.

 

J’en ai conclu que la prédation 4D impacte tous les domaines. Il ne peut y avoir au sommet aucun organisme, aucun gouvernement, aucun parti et aucune personne qui soit à l’abri de la prédation 4D.

Ce constat m’a permis de me débarrasser d’un grand nombre d’illusions.

Ce qui me motivait dans toutes mes anciennes recherches, ce n’était pas d’accumuler des informations pour nourrir mon mental et passer pour un érudit parce que de toute façon, tout ce que je pourrais dire autour de moi, tout le monde s’en fout ou presque ! Ce n’était pas le but ! 

Ce qui me motivait dans cette recherche d’information dans plusieurs domaines, c’était de comprendre ce que je ne comprenais pas, parce que quelque chose en moi ne me convenait jamais dans tout ce que l’on me racontait dans les enseignements officiels. (Absence totale de la reconnaissance de champs multiples qui gouvernent la matière par exemple).

Le but était de comprendre par moi-même pour débusquer le vrai du faux.

 

Si quelqu’un m’avait raconté il y a quelques années tout ce dont je parle, je ne l’aurais jamais cru et pourtant, c’est, cette prise de conscience grâce à l’information cachée qui me parlait vraie et l’intuition qui m’a permis de me libérer d’un grand nombre d’illusions et en particulier dans les domaines cités ci-dessus*. 

J’ai donc fortement atténué l’emprise de cette manipulation en me libérant de mes dogmes et illusions.

C’est pour cela que la quête de la recherche et de la connaissance est fondamentale.

Ces quêtes m’ont libéré, dé dogmatisé, désillusionné d’un grand nombre de croyances.

 

Ayant compris les tenants et aboutissants, je n’ai plus besoin d’approfondir tous ces domaines pour relever ce qui paraissait illogique, tordu, bancal, incohérent et mensonger et en faire un livre. Je sais pourquoi maintenant il y a tant d’incohérences.

 

Il ne sert à rien d’approfondir encore et les enseignements du réseau Léo m’en ont fait prendre conscience. C’est cependant ce travail préalable de recherche qui m’a permis de reconnaître et d’intégrer aussi rapidement les enseignements du réseau Léo.

Concernant les enseignements officiels, ce n’était pas de l’incompétence de leur part mais une volonté délibérée du consortium SDS de cacher une partie de la vérité, notre potentiel multidimensionnel par exemple. Passer par ce palier d’investigation m’a aussi permis d’intégrer cette connaissance qui a conduit à me débarrasser de mes illusions et de mes dogmes.

 

Maintenant, l’intuition a pris le relais. C’est une agréable surprise. J’ai tout de suite intuitivement compris pour le Brésil et le Venezuela. Les mêmes schémas se répètent. Plus besoin d’enquêter avec des informations contradictoires parce que je sens où réside la vérité. Le processus est toujours le même.

 

L'ouverture d'esprit est la condition première pour faire sauter les limites et pour accéder à la connaissance. Dépasser ainsi la limite des cinq sens, aller au-delà de la matière, de la matérialité. La vie est multiple et l’on ne perçoit qu’une infime partie du tout.

La prise de conscience est vraiment ce qui me tient le plus à cœur, elle est comme éternelle, je le mets au tout premier rang parce que je ne désire vraiment pas finir comme un robot, être manipulé en permanence sans le savoir, faire, parler, penser comme les autres, rester dans l'illusion permanente de ce monde et me faire tondre comme un mouton qui ne cesse d'alimenter inconsciemment la matrice à cause de son ignorance. 

Il n'y a donc que la prise de conscience, l'ouverture d'esprit, la profonde intuition, la vigilance, la quête de la connaissance, de la compréhension et le discernement qui puissent me sortir de l'illusion collective entretenue dans cette matrice.

Ce travail, personne ne peut le faire à ma place.

 

C'est à moi de la faire ! L’aide, l’appui est en moi et il n’y a rien à attendre de l’extérieur en tant que sauveur.

Je ne vois pas d'autre voie pour en sortir et cela semble être la plus belle mission qui m’est offerte dans cette dimension. Je l’avais, un temps, tout simplement oublié ! Ma mission sur cette terre serait donc de faire grandir ma conscience !

Et je n'ai pas trouvé mieux que les enseignements du réseau Léo comme support pour accomplir ce cheminement avec vous, vers la voie SDA.

 

La connaissance des autres est bien sûr indispensable, c’est le but du réseau Léo. Confronter nos expériences, nos compréhensions, ce que l’on en retire sont des indices, des signes qui doivent nous permettre de mieux nous comprendre mais le travail d’intégration, personne ne peut le faire à notre place.

 

B - Comment me prémunir du parasitage de la prédation avant de lire ou écrire un texte.

 

Ce Cahier C7-3 demande une attention soutenue et une réelle ouverture d'esprit, notre potentiel à tous, pour vraiment comprendre.

Je suis un être SDS+ qui désire cheminer vers la voie SDA.

Je ne suis, ni un sage, ni un être SDA, ni un professeur qui pourrait se permettre de donner des conseils et dire comment il faut faire.

Je vous présente seulement ma recette, comment je procède et ce qui me convient avant de lire un texte comme ce Cahier C7-3 ou avant d’écrire. 

 

J’attends que mon esprit ne soit plus préoccupé par quoi que ce soit pour retrouver ce calme en moi, cette plénitude. Je préfère m’isoler, écouter de la musique comme en ce moment, la symphonie numéro 6 de Beethoven que j’ai trouvé sur le réseau Léo.

Je peux aussi prendre le texte à lire et aller dans la nature près d’une rivière.

Je sens alors venir petit à petit en moi un état propice pour commencer la lecture car il n’y a plus, ni résistance, ni émotion, ni pensée qui me parasite ou brouille mon attention.

Je suis dans un état méditatif, serein, attentionné, à l’écoute. Je suis dans l’instant présent car rien ne vient parasiter mon esprit. 

 

Ma conscience est totalement ouverte, concentrée sur ce texte, chaque mot, chaque phrase à son importance. Tous mes sens sont en éveil. J’accueille, conscientise l’information au fur à mesure qu’elle se présente. Mon intuition, ma réceptivité, mon ressenti et mon intelligence sont là, présentes, et je comprends presque tout de ce texte, surtout au niveau de l’amour humain. 

Dans cet état, il y a absence totale de jugement et de notion de temps. Ce qui est dit me parle énormément. Le tantrisme me parle moins mais je comprends ce qu’ils veulent dire et je sens que ça parle vrai. 

 

Il y a des informations et termes scientifiques qui pourraient rebuter certaines personnes, je le comprends tout à fait comme le spin, dextrogyre ou lévogyre mais ça me parle encore. Il m’a fallu écouter trois fois à des moments différents pour saisir le contenu de ce cahier dans sa totalité.

Mais souvent, on croit comprendre et en fait, c’est en réécoutant ou en relisant que l’on s’aperçoit que l’on n’avait pas tout à fait compris. 

 

J’ai dû écouter certains "dialogues avec l’Ange" sept à huit fois pour en comprendre la totalité. Mais tant que je n’ai pas compris, je ne suis pas satisfait. Je suis comme ça.

Il ne s'agit pas de tout gober ou de tout exclure et c’est valable pour tout enseignement, mais de toujours mettre en éveil la profonde intuition, le profond ressenti, la profonde honnêteté venant des plans les plus élevés de mon êtreté afin de ressentir ce qui me parle vrai.

Comprendre comme un petit enfant qui découvre pour la première fois, qui se pose des questions et qui n'est pas encore parasité par des idées reçues.

Les enfants savent le faire, mais nous, adultes, sommes trop conditionnés.

 

L'état dit "normal" de l'être humain est d'être parasité en quasi-permanence par des pensées et émotions de son prédateur attitré, il se balade entre passé et futur et n’est jamais content de l’endroit où il se trouve. Je l'ai suffisamment éprouvé et je l'éprouve toujours dans une bien moindre mesure !

C'est ce qui pour moi empêche l'intégration de la connaissance. Le prédateur qui croit tout savoir refuse de comprendre, il refuse toute nouvelle connaissance. Il a peur de s’aventurer dans l’inconnu. Sous son contrôle, il n’y a pas d’ouverture d’esprit mais fermeture d’esprit. Il n’y a pas d’ouverture de conscience mais fermeture de conscience. Il entre en résistance et ne veut rien savoir qui puisse le déstabiliser, le déranger. C’est ainsi !

La nouvelle connaissance, si elle est acceptée, reconnue, validée, comprise et intégrée au plus profond de mes cellules mettra à jour l’ancienne connaissance devenue désuète, inappropriée. 

Cela se fait implicitement sans même en avoir conscience. C’est ce que j’ai remarqué.

 

Un jour, je me suis aperçu que tous mes dogmes étaient tombés d’eux-mêmes, les uns après les autres, comme des pans de sable qui se détachent de la première enceinte d’un château de sable sous l’effet d’une vague.

Une image m’est venue à l’esprit :

Je construisais un château de sable sur la plage.

Il y avait au moins trois enceintes concentriques. Chaque vague, l’onde de Laura Knight venait saper les fondations jusqu’à écroulement de la première enceinte. Puis la deuxième et la troisième enceinte se désintégrait sous l’effet des vagues. Je finis par me retrouver nu dans la tour de guet. J’avais beaucoup de dogmes politiques, syndicaux, scientifiques et même New-Age etc…. 

C’est en me retrouvant nu que j’ai pris conscience que j’avais une grande quantité d’habits.

 

Dans cette quête de connaissance, je ne reste pas dans un état de confusion ou de contradiction entre l’ancien savoir SDS et la nouvelle connaissance. L’intégration de la connaissance est essentielle pour ne pas rester dans un état de confusion au niveau de ces informations.

Sans cette lecture méditative, il y a de grandes chances pour que ma compréhension de ce cahier soit erronée, influencée, ou partielle parce que parasitée par mon ego prédateur. Alors, les informations dans ce cahier entrent en conflit avec mes idées reçues.

Etant conscient de cela, je relis plusieurs fois à des moments différents.

 

Etre à l'écoute de ce texte ou d’un autre et vraiment écouter implique de s’immerger dans une certaine énergie ou l'ego SDS ne parasite plus la véritable compréhension.

C'est comme cela que je suis sorti de mes dépressions chroniques, il y a une douzaine d'années, par cette lecture méditative et certainement pas par des antidépresseurs.

 

Quand j'atteins cet état de sérénité, cet état de conscience, on peut l'appeler comme on le veut, état méditatif ou état modifié de conscience, peu importe, l'important est de ressentir cet état, alors la véritable compréhension peut voir le jour.

Dans cet état, c'est comme si je me dédoublais, me dissociais de ce moi egotique. J'ai rompu l'identification avec lui.

Alors il y a ma conscience, mon vrai moi, ma présence qui s'est dégagé de l'emprise de l'énergie prédatrice.

Cela ne peut durer qu'un instant mais c'est un instant de liberté !

 

C'est comme cela que j’ai conscientisé il y a douze ans mes pensées et mes émotions, que j'ai pu observer mes jugements, mes comportements, mes agissements dans mes relations, dans mon activité salariale. Dans cet état, il n'y a aucun jugement, aucun parti pris, aucune émotion, aucune tension, c'est un état de paix, de quiétude et de liberté ; c'est comme le déroulement d'un film ou l'on se voit par le trou d'une serrure et ou la présence qui observe dit :

Tiens, tiens, à quoi joue-t-il celui-là ?

 

Dans cet état, j'ai pu voir comment j'avais échafaudé ma personnalité, l'image de moi-même que je voulais qu'on perçoive, celle de quelqu'un de sérieux, d'intelligent, de courageux, d'honnête, d'efficace, y ajoutant mes excès de zèle pour mieux coller encore aux exigences de la société ou de l'entreprise, mais je me rendais compte que j'étais toujours malheureux, maladroit, mal à l’aise, pas convainquant, pas bien dans ma peau, et que tout cela était fragile, bancal, mensonger et pouvait s'écrouler comme un château de carte, et j'avais toujours peur de ne pas être à la hauteur, et peur que cette image soit mise à mal, que je perde la face.

 

Cette image de moi était construite sur mes propres mensonges, sur de l'hypocrisie, sur du déni, sur mes mobiles les plus secrets et sur la peur de ne pas être comme il faut, de ne pas être reconnu. Tout cela était essentiellement construit sur de multiples peurs. Mais d'où peuvent provenir ces peurs? J’ai maintenant la réponse.

Il était important pour moi de paraître et je n'avais aucune conscience qu'il fallait Etre.

 

NOTA : Il est important de constater son comportement, de se comprendre, de se respecter mais de ne jamais se juger, se culpabiliser. Tout est expérience ! Tout est leçon !

Je cachais donc ma grande sensibilité d’adolescent, ma timidité maladive, mes peurs, je me mentais à moi-même. 

Je percevais qu'il n'y avait aucune place pour la sensibilité, pour la compréhension dans cette société et je pensais que je devais me comporter comme un crabe dans le panier à crabe sociétal pour être le plus efficace possible. Mais qui est-ce qui pensait cela ?

Je n'avais aucun savoir spirituel à l'époque et ce n'est que tardivement, grâce aux lectures de Krishnamurti que j'ai enfin pris conscience de pourquoi ça n'allait vraiment pas en moi.

L’aide par la lecture, c’est aussi très important !

 

Cette prise de conscience m'a définitivement sorti de mes états dépressifs, il y a une douzaine d'années. 

Je pense donc que l'on peut toujours s'en sortir par soi-même grâce à l'intégration de la connaissance et de la prise de conscience.

Alors bien sûr, la connaissance libère !

 

Cette connaissance qui m'a permis de mieux me connaître, de mieux me comprendre, de guérir et qui a fait grandir ma conscience est libératrice parce que je l'ai intégrée au plus profond de mes cellules. Il n'y a donc plus aucune raison de retomber dans des états dépressifs quoi qu'il arrive.

C'est un peu comme quelqu'un qui roule en voiture dans un endroit inconnu. Il s’aperçoit tout à coup qu'il s'est trompé de route en lisant un panneau de signalisation.

Il prend connaissance de son erreur, il n'est plus dans la bonne direction. Il intègre son erreur puisqu'il fait aussitôt demi-tour sur la route souvent même sans attendre la prochaine intersection.

Il ne veut plus perdre de temps ou d'énergie essence, il ne continue pas dans la mauvaise direction, il dit Stop ! Et met un grand coup de frein !

Il ne peut plus rester dans cette illusion d'être sur la bonne route et il ne peut donc pas revenir dans cette illusion puisqu'il a compris que cette route ne l'amènerait pas au bon endroit.

Pourquoi cela ne se passe-t-il pas ainsi dans toutes les expériences de vie ?

Ainsi, ma vie devrait m'amener à la prise de conscience de mes erreurs et de mes illusions !

C'est bien ce qui me porte, toujours comprendre, toujours apprendre de mes erreurs et de mes illusions !

 

Alors, pour en revenir au texte de Sand et Jenaël, enfin, j’y arrive, je me mets dans cet état, disons méditatif, pour bien ressentir la teneur de ce qui est dit tout en mettant en œuvre mon discernement et mon intuition.

 

C - Amour inconditionnel et amour humain

 

Ce texte me parle bien notamment pour tout ce qui est relatif à l'amour, ce qui est dit, je sens bien que c'est vrai.

Ainsi, j'avais découvert par mes lectures, il y a quelques années ce que ne pouvait pas être l'amour, par la négation, comme le faisait Krishnamurti en général.

Il est beaucoup plus difficile d’exprimer ce qu'est l'amour inconditionnel parce qu'il faut le vivre, y être dedans pour le ressentir, pour comprendre et en parler, mais j'imagine qu'il n'est plus besoin de le définir lorsqu'on y baigne dedans ! 

 

Comme je n'y suis pas dedans, je ne peux vraiment pas définir l’amour inconditionnel, si tenté que des mots puissent le faire, je ne peux pas définir l’inconnu, mais le connu, oui ! Je peux cependant essayer d'en imaginer ses caractéristiques ou tout simplement me rappeler.

Pour examiner ce qu'est l'amour humain, je dois être profondément honnête avec moi-même, ne pas me mentir, ne pas avoir peur du jugement des autres, penser par moi-même, ne pas tenir compte de ce qui se dit, de ce qui est conventionnellement admis dans le dictionnaire, à l'université ou dans nos relations parce que cela ne sent plus la vérité.

 

Définir cet amour humain en faisant appel à l'intuition, au discernement, à l’expérience, à la connaissance enfouie au plus profond de l’être, en découvrir tous les rouages et toutes les implications.

Cela ne peut se faire qu'en étant dans un état de conscience hors de l'influence de l'ego SDS, du prédateur qui nous dira toujours ce qui l'arrange mais qui ne nous arrange pas. (Humour) 

 

En procédant par la négation, l'amour inconditionnel n'est certainement pas possessif. L'amour inconditionnel est libre de toute condition.

L'amour humain, lui, est possessif. Vous croyez posséder votre femme ou votre homme ou vos enfants et vous croyez les aimer, mais sous condition !

Si un jour, ils vous quittent, ils vous trompent, cet amour se transforme en haine, en frustration ou en douleur. Ce n'était certainement pas de l'amour inconditionnel mais de l'amour humain et l'amour humain enferme, il est tout sauf l'amour véritable.

L'amour véritable est inconditionnel.

 

L'amour inconditionnel n'est certainement pas sentiments. L'amour humain est sentiments, il est émotionnel, il est affectif. Mais les sentiments, l'émotionnel et l'affectif fluctuent, varient en permanence dans le temps.

Ne serait-ce pas la même chose pour l’amitié ? 

 

L'amour humain doit cependant être vécu à mon avis, il se réalise au travers des diverses fractales de notre âme ou au travers de multiples incarnations si l'on tient compte du temps linéaire.

L'amour humain fait partie des expériences humaines, c'est un tremplin indispensable pour justement prendre conscience par la suite des limites et de l'asservissement de cet amour.

 

Savoir intellectuellement qu'il existe des entités qui nous manipulent par la pensée et nous pompent nos énergies, c'est déjà un grand pas pour sortir d'un pan de l'illusion, mais ne faut-il pas intégrer cette connaissance en se posant cette question ?

Par quel biais peut se faire le soutirage d'énergie émotionnelle ?

 

La centaine de témoignage de personnes sous hypnose diffusé par Rachel Fortun que j’ai visionné ou de quelques autres thérapeutes illustre bien comment s'effectue ce soutirage d'énergie même si je ne suis pas d'accord sur sa manière de procéder, comme le mentionne Sand et Jenaël dans la rubrique "Exerçons notre discernement".

Par quel biais se fait ce soutirage d'énergie est la question que je me suis posé, aidé par les vidéos du réseau Léo.

 

Cela peut choquer mais à mon avis, cela se réalise entre autres choses par les liens humains, par l'amour humain.

Prendre conscience qu'il y des liens qui s'établissent dans l'amour humain et que ces liens sont des autoroutes pour la prise d'énergie est un autre grand pas que j’ai accepté de voir.

 

Par exemple :

Un enfant n'arrête pas de vous réclamer des bonbons, il vous prend par les bons sentiments ou devient coléreux, vous avez tendance à lui donner ce qu'il réclame pour éviter toute culpabilité, pour avoir la paix, mais ce n'est que partie remise.

Il reviendra à la charge indéfiniment tant que vous n'aurez pas cédé ou dit : Non ! Ça suffit !

Dire non est un acte d'amour. Dire non au soutirage d'énergie est un acte d'amour envers soi et envers l'autre et il n’y a aucune culpabilité à manifester dans cet acte.

 

Cela va peut-être encore choquer mais les enfants sont aussi manipulés par leur prédateur.

L'attachement n'est pas non plus de l'amour inconditionnel.

Voir "Attachement et culpabilité, les deux menottes de la matrice". "Dialogue avec mon Ange" de Sand et Jenaël numéro 38.

Et la jalousie non plus ! C’est une énergie très destructrice.

 

Sentiment, tendresse, affection, dépendance, possession, émotion, attachement, jalousie, culpabilité, amitié, sexualité ne sont pas vraiment de l'amour mais l'humain aime à le croire parce qu'il ne comprend pas ce qu'est le véritable amour et que ce dernier est inconditionnel et rend libre. 

Le véritable amour respecte le cheminement de l'autre, celui de ses enfants par exemple. Il est certainement acceptation du cheminement d'autrui.

L'amour inconditionnel ne rend pas prisonnier mais libère. Cet amour est détachement aux êtres et aux choses. 

 

Comme il est dit dans ce cahier :

"L'Amour inconditionnel va à l'encontre de toutes les représentations de l'amour humain".

 

Ecrire ce message a été un véritable plaisir pour moi. N'hésitez pas à me reprendre si nécessaire dans ce que j'énonce et dans mes certitudes.

N’y aurait-il pas deux sortes de certitudes ?

Celle du prédateur et celle du soi supérieur ?

 

François Y. (inscrit au cénacle dépt. 09)

 


 

Quelques mots de l'équipe LEO :

 

Merci François pour cet écrit à nouveau très riche qui s'aligne avec le principe fondamental du Réseau LEO : un vécu partagé en toute transparence que la recherche d'information vient approfondir. Nous allons, tout comme nous l'avons fait pour Nina, créer une page "Les confidences de François Y" dans l'onglet Vos expériences de vie et Recherches.

 

Par rapport à ta question sur la certitude, on peut effectivement dire qu'il en existe deux sortes, et avec l'expérience, on peut parvenir à faire la distinction : l'une, celle du prédateur (donc de notre fonctionnement au service de soi), est une certitude qui provient de la sphère cérébrale, tandis que l'autre (celle de notre polarité du service à autrui), émerge de chacune de nos cellules. C'est une certitude intuitive.

 

Mais il est normal et même essentiel d'apprendre à faire fonctionner les deux ensemble. Énergie forte et énergie faible ne sont pas en lutte, elle doivent seulement s'équilibrer. On peut donc dire que la "certitude forte" et la "certitude faible" doivent aussi trouver le juste équilibre.

 

A bientôt !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Sagnes (jeudi, 24 août 2017 15:08)

    Merci d'être beau partage

  • #2

    Nina (vendredi, 25 août 2017 01:08)

    Lire pour l'Être & Écrire pour libérer L'Êtreté !
    Passionnant cheminement.
    Merci François !

    Ps: Félicitations pour ton onglet : c'est ce qui arrive quand l'ego-predaté accueille assidûment les leçons des expériences de l'âme-guide ;-)

    Bien à toi.

    Nina