Courrier de Sand, adressé à Pôle emploi, 25 déc. 2018

 

Le 25 décembre 2018,

A l'attention de Mme xxxx,

 

Lors de notre entretien du 19 décembre 2018, nous avons fait le point sur ma situation. Afin que notre rendez-vous prochain soit préparé au mieux, voici plus amples informations concernant mon projet en cours, celui de l'ÉCOLEO.

 

Suite à vos courriers reçus après notre échange, je me suis effectivement rendu compte que des données concernant mon inscription à Pôle emploi n'étaient pas à jour, puisque j'avais communiqué mon dernier CV à ma conseillère RSA. Pour y remédier, je l'ai déposé sur mon profil internet.

 

En effet, cela fait plusieurs années que j'ai quitté un emploi dans le secteur administratif pour le motif que j'ai déjà évoqué et que je vous rappelle ici. Je ne supportais plus de travailler au rendement, traitée comme une esclave... J'en étais devenue dépressive. Sur avis médical, j'ai quitté mon emploi en me promettant de ne plus jamais me laisser asservir par le "dieu argent" et ce système perverti en train de détruire ma santé, les relations humaines et notre planète. D'ailleurs lorsque l'on se penche sur l'étymologie du mot "travail" ("Tripalium" - sorte de croix de Saint-André utilisée pour dompter les esclaves), cela en dit long...

 

J'ai donc décidé de m'extirper de ce monde dans lequel l'humain est obligé de travailler pour survivre et dans lequel ceux qui nous dirigent, voudraient nous forcer à rester en nous faisant peur, en nous posant des convocations, des menaces, des ultimatums, etc...

 

Donc pour être claire, en effet je ne peux pas être à la recherche d'un emploi puisque j'ai créé ma propre activité que je partage avec d'autres, pour vivre notre passion. Le travail devrait donc être défini comme un art qui nous porte, qui nous tient à cœur, qui honore notre créativité, qui participe à la transition en cours de cette humanité et qui surtout, aide ceux qui dans le même cas que moi, réfléchissent comment à notre niveau, sortir de ce chaos sociétal. Et c'est à cet objectif que je travaille corps et âme.

 

Il est donc inutile d'essayer de me ranger dans la case "recherche d'emploi", d'autant plus que lorsqu'on observe l'état actuel de la société, il y a de quoi se poser des questions... Pour celui qui accepte de le voir, il devrait comprendre que ce monde est en train d'être détruit par des ignorants, qui par peur de perdre leur travail – ou qui n'en trouvent pas – sont en train de mettre la France à feu et à sang.

 

De même, rechercher un emploi d'Art thérapeute à une distance maximale de 10 kilomètres de mon domicile pour un salaire brut mensuel minimum de 1700 euros à temps partiel en contrat à durée déterminée, comme je l'avais préféré lors de ma première inscription, relève désormais, surtout par les temps qui courent, de la pure utopie.

 

J'ai donc créé l'activité qui me passionne et de plus, elle est à durée indéterminée. Seule ombre au tableau, cette activité est à but non lucratif puisqu'elle est associative. Pourtant, elle ouvre bel et bien une perspective d'avenir telle que l'ESS (chambre française de l'économie sociale et solidaire) la conçoit.

 

Je vous rappelle aussi que la dernière fois que Pôle emploi m'a radiée, parce que j'avais osé défendre mes droits et ma passion, j'ai dû faire une demande pour obtenir le RSA. Après inscription, la conseillère m'a clairement informée que je relevais des compétences de Pôle emploi, ce qui eut pour conséquence une réinscription auprès de vos services. Alors vous pourrez comprendre que la démission, telle que vous me l'avez si gentiment suggérée lors de notre entretien téléphonique, ne peut aucunement répondre à mon cas. Car ce dont j'ai besoin aujourd'hui est de votre appui, non pas d'une proposition de radiation. Un soutien afin de mettre mes compétences au profit d'autrui ! Cette fois-ci non pas en "me vendant" mais en proposant mon art, mon savoir-faire, mon savoir-être, cela de façon altruiste. Offrir à autrui la possibilité d'élargir son champ de vision vers une conscience d'une réalité plus élevée, est mon unique vocation.

 

Effectivement, je suis co-auteur de plusieurs livres et projets de livre qui pour l'instant existent seulement en Ebook et que j'ai comme idée de faire éditer dès que j'aurais trouvé un éditeur ou que l'association pourra créer sa propre maison d'édition.

 

Comprenez bien que je ne suis pas pour profiter d'un système qui de toute manière va à sa perte. Au contraire, notre idée est de promouvoir une nouvelle façon de voir notre rapport au travail. C'est pour cette raison que nous avons créé l'ÉCOLEO.

 

L'école-LEO a été créé pour ceux qui s'interrogent. Elle propose une expérience humaine. Par leur savoir et leur vécu, les initiateurs – dont je fais partie –, visent à démontrer qu'un autre paradigme de réalité est possible lorsque des humains se regroupent en communauté mixte, de mentalité ouverte, d'affinité d'esprit et d'idéologie au service d'autrui. Lorsque de telles individualités se rencontrent, elles forment une synergie à déplacer des montagnes, à réaliser l'impossible, afin de générer des ressources pour le plus grand bonheur de cette collectivité.

 

Cet esprit d'entraide ne peut se réaliser que lorsqu'ils apprennent comment partager leurs compétences, non plus pour s'enrichir et thésauriser à titre personnel, mais pour rendre plus riche d'esprit la communauté humaine. Et la rendre plus riche d'esprit, consiste à élever d'abord la conscience de l'individu par la recherche de la connaissance, pour ensuite, par la résonance de l'épigénétique, élever celle d'autrui, celle de la société humaine.

 

Cela ne peut se faire que lorsqu'on accepte de comprendre que la génétique de l'homme – son ADN –, est l'interface qui le relie à son âme. Mais tenter de rendre la communauté humaine plus consciente est très difficile à réaliser, lorsqu'on s'aperçoit que près de la moitié des humains sont dépourvus d'âme et sont régis par un automatisme qui les empêche de réfléchir, les poussant simplement à la survie.

 

Heureusement que parmi les hommes, d'autres possèdent la fibre créatrice et disposent de bon sens et d'imagination. Car ce sont ces derniers qui, parce qu'ils ont perçu le piège qui leur est tendu, peuvent agir. Le "Dieu argent" auquel ils vendaient leur âme, ne pourra plus les corrompre.

 

Sur la scène mondiale, certains chercheurs, scientifiques et politiciens dissidents, commencent à s'ouvrir à cette vérité et à la communiquer au grand public. C'est aussi ce que l'école-LEO, que nous avons créée, se propose d'offrir à ceux qui s'ouvrent à ce nouveau paradigme. Elle pourrait venir en soutien aux partisans de la décroissance car nous pouvons démontrer qu'il est inutile d'avoir beaucoup d'argent pour vivre heureux en sécurité et en harmonie avec autrui.

 

De plus, lorsque nous arrivons à percevoir ce chaos financier mondial sans précédent avec la disparition programmée de l'euro et du dollar qui se profile à l'horizon, nous avons déjà en poche des alternatives intéressantes, non pas pour survivre mais pour vivre en harmonie les uns avec les autres dans ce chaos.

L'ÉCOLEO est donc une école où l'on pourra apprendre et s'inspirer de ces alternatives.

 

 

Vous m'avez donc proposé un rendez-vous le 7 janvier, je viendrai avec joie, accompagnée de l'un de mes collaborateurs, puisque nous avons besoin de conseils et que votre métier, par le suivi que vous me proposez est précisément de me conseiller.

Alors dans l'attente de ce rendez-vous qui je le pense pourrait devenir passionnant, je vous prie d'agréer Madame xxx, l'expression de mes salutations distinguées.

 

Sand.

N° allocataire : xxxx

Écrire commentaire

Commentaires: 0