Expérience-questionnement : l'articulation "boulot conventionnel-mission d'âme" par Kaouthar

Bonjour à tous,

 

Je souhaite partager avec vous quelques éléments de mon expérience, qui mêle les enjeux personnels "supérieurs" (relatifs à ma mission d'âme) et professionnels, et qui m'oblige, encore une fois à choisir et à décider, mais surtout à voir et comprendre ce qui se joue, et ce qui se trame. 

Je suis reconnaissante de pouvoir le faire ici, le seul endroit où ce que je vis est susceptible d'être reçu et compris. Je vous remercie de me permettre, dans l'autre sens, de recevoir les synchronicités que sont pour moi vos écrits et vidéos, notamment les plus récents (l'espoir, les liens familiaux et de couple...) 

 

En faisant un rapide bilan, je peux voir mon évolution de posture et attentes, par rapport à ceux avec qui je vis, travaille, ou fréquente.

Une posture qui est passée de la résistance-rébellion-incompréhension (avec en prime tous les ressentis d'injustice-désespoir-rejet), à l'acceptation, plus ou moins grande. 

 

Le pivot, entre ces deux modes de perception en est la compréhension-intégration qui mènent à un véritable changement de réalité, comme je le remarque dans l'expérience professionnelle que je raconte ci-dessous. 

 

Professionnellement, j'exerce dans le social. Au fond de moi, je sais, que mon travail consiste (partiellement) à être présente aux côtés des jeunes. Une autre partie de moi me commande de tout plaquer, mes ambitions de vouloir délivrer mon message étant vaines, dans un contexte sociétal nihiliste de la grandeur de l'être humain. Le défi est colossal, rester soi-même, vivre une voie (voix) en décalage complet avec le système sociétal. Outch !

 

Je me sens comme un virus dans un organisme qui s'en défend. Les anticorps arrivent de tous côtés : de contrées lointaines ou plus proches. Anticorps institutionnels, ou bien gouvernementaux (par la décision de pérenniser tel dispositif social ou non, par exemple), partenariaux (au travers de la nature et forme de la collaboration - ou son absence) ou bien alors hiérarchiques, par l'entremise de ma cheffe, qui me prend pour cible, depuis un certain temps. Notons que cette dernière a eu un choix à faire : se détacher du système ou se soumettre. (Inutile de préciser ce qu'elle a choisi !). Son comportement hostile envers moi m'oblige par ailleurs, à mettre en lumière mon refus d'accepter son choix...

 

Face aux attaques exponentielles, à la pression toujours plus forte, face au carnage monumental en terme de perte d'énergie pour moi, j'ai postulé ailleurs ! 

Un poste équivalent au mien, absolument sur-mesure pour mon profil pro, et très bien payé (400 euros de plus que mon salaire actuel).

 

Ma candidature a été retenue, et nous n'étions plus que deux "en finale". Le jury d'entretien était constitué de 4 personnes, 3 hommes (dont l'ancien maire de ma ville) ultra-présents et à l'énergie ultra masculine, et... une seule petite femme, qui s'excusait presque d'exister ! Une ambiance complètement patriacale donc. Je me souviens, avant d'entrer dans cette salle, avoir demandé à en-je de m'aider à être moi-même, dans la paix. Je me suis sentie tout du long, très calme et centrée.


Pour la première fois de ma vie dans ce contexte, je n'étais ni dans la justification, ni dans un ressenti "d'infériorité" (un léger flottement tout de même à la question de mes prétentions salariales... sujet pas anodin du tout, dans mon travail perso !). Je voyais ce qui se jouait là, par les postures de ces trois hommes, par les questions posées... Comme autant de démonstrations de leur suprématie, et de celle de leur système. Je pouvais sentir en moi une force très puissante ; Une sorte de paix qui rayonnait vers eux tous, et qui neutralisait littéralement et absolument toutes leurs tentatives de semer la division, sans aucun effort de volonté de ma part!. Trop cool !


J'ai senti à la fin de l'entretien, une forme d'épuisement chez les trois hommes, qui ont mis un terme à l'entrevue. Leur décision m'est parvenu exactement au moment annoncé, j'ai admiré cette précision chirurgicale!. Ils ont pris soin de m'envoyer un mail très étayé pour expliquer leur décision de ne pas "retenir ma candidature" : "La raison principale en est la concurrence avec le candidat qui a été finalement choisi. En effet, ce candidat est issu d’un mouvement d’éducation populaire et a déjà un réseau partenarial et professionnel conséquent, de même qu’une expérience importante dans la mise en œuvre d’actions éducatives, y compris sportives. Il a donc semblé à la commission que la passation avec l’actuel délégué serait ainsi moins périlleuse." lol !

Je note la longueur et la complexité de la phrase, qui appuie une véritable justification (envers moi?). Ces compétences et expériences qui sont mentionnées sont bel et bien les miennes! Ce qui me distingue de l'autre candidat, c'est mon genre! Je vois que la phrase essentielle ici est la dernière, clairement: leur décision de choisir un homme "serait moins périlleuse". Le péril pour qui ? Tout est dit !

 

J'ajoute qu'ils termine leur mail par un paragraphe élogieux sur mes capacités à être "autonome dans des conditions difficiles" et "ma manière de m'impliquer"...

Voilà qui est clair !

 

Lorsque j'examine les vraies motivations qui m'ont conduites à postuler, je vois qu'il s'agit principalement d'une motivation financière... Il devient clair que pour mon cheminement, ce n'est pas une motivation recevable ! Par conséquent, cette route m'est barrée !

 

Cette expérience me montre que j'ai franchi un cap important ; je ne suis plus dans la ré-action, à ce niveau-là du moins, et j'ai pu les remercier par mail, sans ressentiment aucun, et avec gratitude ! Ils ont été mes enseignants ! De bon augure pour ce qui m'attend !

 

Consciente que je suis loin d'avoir exploré toutes les facettes de cette expérience, je suis vraiment preneuse de vos remarques ou conseils. 

J'ai à coeur d'étudier, encore et encore l'articulation possible entre une activité professionnelle "conventionnelle" (un contrat signé avec le système) et ma mission d'âme...

 

Bonne quête à tous !

Kao (Kaouthar - cénacle dépt 90)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Nina (vendredi, 21 juillet 2017 11:16)

    En réponse à Kaouthar, Nina a écrit l'article suivant :
    "Parcours d'une retraitée du marché de l'emploi"
    https://www.reseauleo.com/parcours-d'une-retraitée-du-marché-de-l'emploi-par-nina/

    A lire dans l'onglet "Mon ami le cancer"