Frédéric A - Genève

 

Bonjour,

 

Je m'appelle Frédéric, je vis à Genève.

Je m’intéresse à la spiritualité et aux médecines alternatives depuis mes 21 ans, à cette époque j’ai failli sombrer dans une schizophrénie dû à la prise intensive et répétée de LSD et d'ecstasy. Il m’a fallu des années pour me reconstruire mais petit à petit j’y suis arrivé et j’ai pu m’intégrer et travailler en société.

 

En 2009 je commençai cette fois l’héroïne, cela a duré 3 ans sevrage inclus. C’est après coup que j’ai compris qu’une partie de mon mal-être résidait dans ce que je mangeais, et en arrêtant progressivement lait, gluten, produits animaux je retrouvais la santé. L’alimentation crue et jus de légumes pendant 1 année m’ont complètement régénéré, hors mis mes dents bien endommagées. Je me suis retrouvé, physiquement, moralement et surtout spirituellement. J’ai entrepris donc de propager la bonne parole du tout cru, jus, vegan et de la bienveillance en reprenant un petit magasin bio et en quittant mon emploi confortable à l’état où je « fonctionnais » depuis 16 ans. 

 

Depuis peu, je sature des sempiternelles et redondantes infos « spirituelles » diffusées par les milieu new âge jusqu’à ne plus avoir envie de m’y intéresser.  Et un jour Marc (inscrit au cénacle), un client-ami, m’a transmis le lien sur les récits de Sand et Jenaël en m’expliquant que ça valait le coup de s’y attarder car les informations relayées étaient incroyables. Cela l’avait mené à remanger des produits animaux, entre autres, lui qui était végétalien depuis tant d’années. Cette idée de remanger de la viande était inconcevable pour moi, après tout ce cheminement et l’orientation de mon magasin vers le véganisme. 

 

Les récits m’ont tout de suite passionné et peu à peu j’ai commencé à transiter, petit à petit à mettre en pratique le régime paléo-cétogène, le jeûne intermittent, la prise de Iode, je me sentais de mieux en mieux ; plus ancré, plus là, plus lucide à tel point que je commençai à promouvoir ce mode d’alimentation, j’ai remis des produits animaux de qualité au goût du jour dans les menus et produits car je fais aussi de la petite restauration. Et actuellement mon objectif est d’orienter cette boutique vers des produits et une nourriture pauvre en glucide.

Bref, je sais que cette activité est temporaire que le métier de commerçant n’est pas compatible avec la voie SDA et que bientôt il va falloir que je prenne « La Décision ». Je suis en train de me libérer des liens familiaux et ce n’est pas une mince affaire.

 

Pour l’instant je mets en place dans ma vie certains enseignements qui sont expliqués et expérimentés dans les vidéos et récits et c’est incroyable ce que cela m’apporte, j’ai encore du chemin pour la mise en pratique mais c’est cela dont j’aspire et je le sais au plus profond de moi.

Merci de m’avoir lu et merci au Léo pour leur Œuvre.

 

Frédéric A.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sabine B. (mercredi, 25 octobre 2017 19:41)

    Merci pour ce beau témoignage Frédéric, tu montres qu'il est possible de vivre sans drogue et de se reconstruire. Actuellement, j'interviens avec mon compagnon, dans un centre de détention (peines longues) où la drogue et l’alcool ont fait beaucoup de ravages chez des jeunes gens sans éducation, en rupture avec la société. Ton témoignage est un éclairage intéressant, car il s'appuie sur une alimentation saine (chose difficile en milieu fermé) qui peut transformer le comportement. Je vais donner ton exemple de cheminement. Nous leur enseignons les techniques de permaculture, de fabrication du sol à partir de déchets organiques, à faire des semis, à prendre conscience que le sol est vivant et que nous devons en prendre soin, comme on prend soin de Soi, de l'Autre et de la Terre. C'est fou comme remettre les mains dans la terre les transforme au fil du temps et leur donne des perspectives optimistes pour leur sortie par le biais de la production de sa nourriture saine et vivante.