Les Cassiopéens nous parlent de l'iode

 

Extrait de la séance du 21 novembre 2015 entre les Cassiopéens et l'équipe de Laura Knight :

 

Il est important de garder à l'esprit que toute communication avec d'autres lignes temporelles, est parasitée par un certain degrés de fréquence SDS entrant en résonance avec la propre fréquence SDS du groupe de personnes qui pose les questions. L'échange qui suit est très intéressant, mais c'est à vous de prendre le recul nécessaire pour exercer un bon discernement !

 

[…]


Q : (L) Alors, que peut-on faire, si l'on peut faire quelque chose ?

R : Aider les autres à être prêts.

Q : (L) Eh bien la seule chose que je connaisse pour aider les autres à être prêts c'est de les informer, leur faire savoir ce qui se passe et essayer de les aider à prendre en main leur santé. S’ils ne sont pas en bonne santé, ils ne sont pas en mesure de faire face à quoi que ce soit. Ils ne sont pas capables de faire face à la vie telle qu’elle est, et encore moins si cela devient encore plus bizarre ou pire. Donc, sur ce point, permettez-moi de poser des questions au sujet de cette thérapie par l’iode. Je viens tout juste de lire ce livre sur l’iode par un certain David Brownstein : “Iodine: Why You Need It, Why You Can't Live Without It”  [L'Iode : Pourquoi vous en avez besoin, Pourquoi vous ne pouvez pas vivre sans elle – ouvrage non traduit en français, NdT].

Ce type parle de comment l’iode peut tuer les champignons, les bactéries, les virus, éliminer les métaux lourds de notre corps, même ceux que les autres méthodes de détoxication n’arrivent pas à éliminer, enlever le sale fluorure, et fondamentalement n’a que des effets miraculeux sur tous les systèmes du corps. Il dit que 96 % de la population totale de la planète est carencée en iode. Quand les gens vont le voir, il leur prescrit généralement des doses assez élevées, comme de 50 à 100 mg par jour, et parfois deux fois par jour. Ceci est censé non seulement réapprovisionner le corps en iode, mais aussi éliminer le brome, le fluor, les métaux, etc. Cela peut aussi tuer tous les microbes qui ont élu domicile suite à l'affaiblissement du système immunitaire de l’organisme à cause de toutes ces toxines. Mais j'ai lu un autre livre qui mentionne qu'on doit commencer lentement et augmenter progressivement à cause des effets secondaires de détoxication et autres trucs du genre. Ainsi, certaines personnes ont commencé lentement et aussitôt qu’ils prennent quelques gouttes, ils commencent à avoir des symptômes. D’où viennent ces symptômes ? Est-ce la détoxication ou quoi d’autre ?

R : Activation des microbes puisant la plus grande énergie.

Q : (L) Nous nous demandions en quelque sorte si ce n’était pas le cas. Pour plusieurs d’entre nous, aussitôt que nous avons pris de l’iode pendant quelques jours, de vieux malaises ont refait surface, comme l’herpès labial et d'autres choses similaires. Plusieurs d’entre nous ont commencé à ressentir des douleurs, de la fatigue et le déclenchement d’un état viral ou un autre, un torticolis, et un paquet d’autres choses. C’était similaire à la réaction de Herxheimer que nous avons connu avec le protocole d’antibiotiques. D’un autre côté, c'était plus comme si les virus étaient stimulés par l’iode. Chu a même eu une attaque de son virus coxsackie qui réapparaît dans son pancréas une à deux fois par an. C’est ce qui m’a fait penser qu’au lieu de faire marche arrière et de diminuer la dose, la meilleure chose serait d’augmenter la dose et d'atomiser ces bestioles. Donc, Chu a doublé la dose puis a pris deux doses par jour. Tu es passée de 5 gouttes par jour à 10 gouttes deux fois par jour ?


(Chu) Ouais.

(L) Donc, au lieu de faire marche arrière comme le suggère cet autre livre, elle y est allée à fond et les a atomisés. Est-ce recommandé ?

R : En effet. La bataille est difficile à gagner si vous fournissez continuellement de la nourriture et de l’énergie à ces « bestioles ».
 
Q: (Chu) Et auparavant, ils ont dit que les gens qui ont des symptômes, c’est l’activation des microbes puisant la plus grande énergie…   

(L) Donc si vous êtes plein d'énergie en prenant de l’iode, cela stimule également vos bestioles, et elles deviennent plus actives. Mais votre dose n’est pas assez élevée pour les tuer. Vous en prenez juste assez pour vous stimuler, ce qui les nourrit parce que vous ne prenez pas une dose microbicide.

R : Exactement.

Q : (L) Timótheos a fait la même chose ainsi que le reste d’entre nous. Quand on a commencé à avoir des symptômes, nous avons augmenté jusqu'à la dose que Brownstein mentionne :  50 à 100 mg par jour ou plus. OK. Une des choses dont parle Brownstein dans son livre c'est que les problèmes de beaucoup de personnes ne proviennent pas tant de bestioles que des métaux lourds. L’iode élimine le cadmium, le mercure, le plomb, toutes les sortes de métaux de l’organisme. Il les évacue même des systèmes endocriniens, systèmes où ils se logent de préférence — il élimine même le fluorure de la glande pinéale qui est son endroit préféré pour vivre. Est-ce vrai ? Est-ce qu’elle fait cela ?

R : Oui, oui, oui.


Q : (Galatea) Un de plus...

R : Oui

Q : (Galatea) Superbe. [rires]

(L) Bref, si l’on se fie à ce que dit Brownstein, l’iode est un élément antimicrobien qui élimine les métaux lourds de notre corps dans la mesure où notre système de détoxication fonctionne, et en gros cela semble être trop beau pour être vrai ? Quel est l’inconvénient ?

R : Pas beaucoup. Mais cela peut prendre des mois voire des années pour nettoyer l’organisme selon le niveau de toxines de chaque personne.


Q : (L) Je suppose que si des microbes commencent à mourir, on devrait simplement foncer et les atomiser. Je suppose que ce qui prend le plus de temps c'est l’élimination des métaux. Si on tue des microbes, il faut aussi éliminer leurs corps de notre organisme et c’est ce qui provoque la réaction de Herxheimer.

(Andromeda) Qu’en est-il des cofacteurs ? Est-ce qu’il y a d’autres cofacteurs que nous devrions prendre ?

R : Ce que vous faites est bien mais vous pourriez augmenter l’eau salée et aider le foie.

Q : (Galatea) Bon sang ! J’allais demander si je pouvais arrêter de prendre de l’eau salée.

(L) Je pense que l’eau salée est l’une des choses les plus importantes si je me base sur la façon dont je me sens.


(Chu) Est-ce possible de faire une overdose ?

R : Très difficile.

Q : (L) Quelques sites web mentionnent qu'il n'y a pas de danger jusqu’à 6 grammes, ou quelque chose comme cela, par jour. C’est une sacrée quantité ! Je ne sais même pas comment quelqu’un peut parvenir à en prendre autant. Probablement qu’un gramme par jour est le maximum que l'on puisse prendre sans avoir des maux d’estomac. Est cela ?

R : Oui

Q : (Chu) Ce serait le double de ce que je prends.


(L) Et je ne pense même pas qu’une dose aussi élevée soit nécessaire.

R : Pas habituellement.

Q : (L) Donc, dans certains cas, cela pourrait l’être. Ce livre de Brownstein mentionne que l’iode est un excellent antibiotique pour toutes sortes d’organismes incluant les bactéries, la tuberculose, les champignons, les levures, les moisissures et les virus ; qu’il n’y a pas d’effets secondaires comme pour les antibiotiques pharmaceutiques, et qu’il ne se développe une résistance contre cela. Apparemment la seule raison pour laquelle on n’en parle pas c'est parce qu’ils ne peuvent pas le breveter et faire de l’argent. Bon, évidemment, ils veulent que les êtres humains soient faibles et souffrent : l’inhibition transmarginale et tout cela. Les gens sont plus facilement détruits psychologiquement s’ils sont malades ou infectés par quelque chose. Alors permettez-moi de vous demander : Est-ce que l’iode pourrait combattre le SIDA.

R : Oui.

Q : (L) L'ebola ?

R : Oui.

Q : (L) La peste ?

R : Oui.

Q : (Galatea) La varicelle ?

R : Oui.

Q : (L) La rougeole ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, pourquoi diable ne nous en avez-vous pas parlé auparavant ?! [rires]

R : L’auriez-vous cru ? Aussi, c’est une très bonne chose que tu aies déjà suivi diverses méthodes sinon tu aurais fait partie de ceux pour qui la normalisation prend des années et tu te serais découragée et aurais arrêté trop tôt.

Q : (L) Donc c’est arrivé au bon moment.

(Galatea) Tout arrive quand il se doit.

R : Oui

Q : (Galatea) Est-ce qu’il existe d’autres remèdes miracles dont vous ne nous avez pas parlé ?

R : Non.

Q: [Rires] (Galatea) Juste pour être sûre !

(nicklebleu) Nous avons fait différentes choses, et nous avons fait des recherches sur de nombreux aspects différents de la santé. Toutes ces choses aident certaines personnes, mais d’autres n'y voient pas vraiment d’avantages, comme par exemple le régime cétogène. J’essaie toujours de trouver quel est le problème prépondérant dans la santé ou la maladie en général. Est-ce que finalement cela se résume à la toxicité, et que tout le reste découle de cela ? Comme les infections, les maladies auto-immunes, les inflammations, les maladies dégénératives... Est-ce que le problème ultime est la toxicité, et tout le reste découle de cela ?

R : Oui

Q: (L) La toxicité. C’est le terrain, pas le microbe. Je lisais qu'une carence en iode dans n’importe quel tissu peut causer des problèmes dans cette partie du corps. Si vous êtes carencé, vous pouvez avoir la bouche sèche, les yeux secs, une incapacité à suer, l'esprit embrumé, des nodules dans la peau qui sont communs avec l’arthrite, une fibrose et des fibromes, de la fibromyalgie, de la fatigue chronique et encore et encore la liste continue. La chose importante est la défaillance du système immunitaire permettant aux soi-disant conditions auto-immunes de se développer.

(Chu) Mais Data par exemple, s’il prend 4 ou 5 gouttes...

(Data) Je prends 5 gouttes, et j’ai l’impression d’avoir pris un café très fort.

(Chu) Mais peut-être que tu nourris tes bestioles ?

(Data) Peut-être que je dois les atomiser !

(Scottie) Bon, est-ce que tu ressens un mal quelconque lorsque tu en prends ?

(Data) Non.

(L) Peut-être que tu n’as pas de problèmes. Peut-être que le terrain est déjà propre. Il a bien dit que tout le monde n’est pas carencé au point de déclencher une maladie. Mais presque tout le monde a besoin de plus d’iode que ce qu'on en ingère, ne serait-ce que pour éliminer les métaux. Apparemment, on a besoin d’au moins 12,5 milligrammes par jour, PAS des microgrammes, et c’est seulement pour le corps : pas de détoxication avec cette quantité ! Apparemment, ce n’est pas seulement la thyroïde qui réclame de l’iode. Il se concentre aussi dans les glandes salivaires, la paroi de l’estomac et de l’intestin grêle, les seins et les ovaires, les yeux, la partie du cerveau où le fluide cérébro-spinal est produit, et la partie du cerveau impliqué dans la maladie de Parkinson. Donc, un manque d’iode pourrait aussi être impliqué dans cette maladie !

(Perceval) Prendre de l’iode est censé vous donner de l’énergie, mais cela provient de quoi ? Tuer les bestioles ?

(L) Non, cela te donne de l’énergie pour d’autres raisons. Mais cela tue aussi les bestioles et enlève aussi les métaux qui pourraient interférer avec l’énergie. Tu dois lire le livre.

(Perceval) Comment cela te donne-t-il de l’énergie ?

(Alana) Cela nourrit tes glandes, essentiellement.

(L) Cela nourrit la glande thyroïde qui régule ton métabolisme ; elle a besoin d’iode pour faire ce qu’il faut pour permettre à l’énergie d’être utilisée par les cellules ; quelque chose comme cela. Il fait toutes ces différentes choses… lis le livre !

(nicklebleu) Il nourrit chaque cellule.

(L) Cela a aussi un effet profond sur ton métabolisme énergétique. Timótheos veut demander : Quel est le meilleur moment pour prendre l'eau salée par rapport à nos doses ?

R : Comme tu l’as appris, il est bon de démarrer la journée avec un verre d’eau chaude salée. Ensuite tu peux en prendre plus quelques heures après avoir pris ton iode.

Q: (L) Si on prend deux doses, on prend 3 verres d’eau salée.

R : Oui.

Q : (Perceval) J’ai remarqué que cela avait bon goût ce matin, accessoirement.

(Timótheos) Je prends l’eau salée et l’iode en même temps dès que je me lève. Ce n’est pas correct ?


(Chu) Non.

(Perceval) C’est bien de commencer sa journée avec l’eau salée aussitôt que tu es levé. Ensuite après le petit déjeuner, prends ton iode.

(Alana) C’est ce que je fais.

(L) Ouais. Donc, est-ce bien ?

R : Oui.

Q: (L) OK. Et il est mentionné qu’une personne doit non seulement prendre plus que la dose journalière recommandée, mais encore plus que cela pour faire face à la constante toxicité à laquelle nous sommes exposés tous les jours. Définitivement, on ne peut pas obtenir ce niveau d’iode à partir de notre alimentation, donc la seule solution est de prendre des suppléments.

(Chu) Ainsi, cela pourrait-il être une sorte d’antidote aux effets de la barrière fréquentielle.

R : Oui.

Q : (L) Donc si on n’a pas de métaux qui empoissonnent notre corps, et qu'on n’as pas de bestioles qui colonisent notre corps, alors le bombardement de fréquences des Pouvoirs en Place ne peut pas nous atteindre. Est-ce bien cela ?

R : Oui plus ou moins.

Q : (Galatea) Et cela bloque aussi les radiations en général.

R : Oui.

Q : (Perceval) La barrière fréquentielle fonctionne sur les gens parce qu’ils ont des toxines et sont faibles.

R : Oui absolument. Les gens seront surpris par la puissance que leur volonté développera !

Q : (Galatea) Je me demande si cela fonctionne aussi contre le cancer de la peau ?

R : Oui

Q : (Galatea) Ouais ! Je peux aller dehors.

(nicklebleu) On dit généralement que l’iode ne sert qu'à protéger la thyroïde lors de radiations ou de retombées nucléaires. A-t-il d’autres effets protecteurs à cet égard ?

R : Protège tous les systèmes glandulaires qui sont votre interface avec les densités supérieures.

 

[…]

 

« Last Edit: December 10, 2015, 07:12:56 PM by Gandalf »

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0