Carnivore de nouveau ! Un bond hors du New Age - Orsula

 

Bonjour à l'équipe LEO, je vous écris du Maroc pour vous remercier pour le travail que vous faites et pour vous faire part d'un témoignage.

 

 

Carnivore de nouveau !

 

1er signe :

Ma fille de 2-3 ans a tendance à faire le geste de manger toute créature qu’elle trouve « intéressante» (selon des critères bien à elle), que se soit des insectes ou des animaux. Des fois, elle me dit « Koula mama », qui veut dire, je veux la manger maman.

Un soir en jouant avec elle, je me retrouve à lui dire : « je vais te manger ! ». Bien sûr c’est une expression courante, mais elle fait tiquer mon mari, qui réplique : « tu vois, manger peut être un acte d’amour ».

Végétarienne alors, ses paroles n’ont aucun impacte sur moi « comme si tuer pouvait être un acte d’amour ?! ».

 

2ème signe :

Dans l’objectif d’être autonomes question nourriture, nous avions installé un potager sur le toit de la maison. Tout allait pour le mieux quand des vers sont apparus et ont commencé à ravager les plantes. Agacée, mais à fond dans le concept « amour et lumière », j’avais enlevé les petits vers verdâtres sans les tuer. Puis un jour, je tombe sur un gros vers, tout noir. Dégoutée, je demande à mon mari de s’en occuper. Réaction typique de mon compagnon, il le plante avec la pelle qu’il avait en main le coupant en deux. Là une pensée surgit « Bon débarras ! ». Je reste choquée, comment puis-je penser comme ça ? Ou est passé le principe d’amour.

 

3ème signe :

Alors que j’inspectais les plantes, je fus choquée de trouver une invasion de pucerons. Si les vers étaient gérables, comment allais-je me débarrasser des pucerons sans les tuer ? J’ai alors essayé plusieurs répulsifs naturels… sans effet.

Baignant dans le jus « amour et lumière » j’eus une idée : et si je leurs faisais du feu du cœur ? Il suffisait de les nourrir non ? Après tout en acceptant et en leurs donnant de l’amour, ils s’en iront…non ?

C’est ainsi que j’avais passé la soirée assise devant les plantes et les pucerons à les bombarder d’amour.

Deux jours plus tard, je monte et là boom, les pucerons ravagent tout le potager ! Je ne vous parle pas de l’émotionnel que cela a déclenché. « Mais pourquoi ? J’avais tout fait comme prévu ! ».

 

4ème signe :

Une nuit après cette expérience, j’avais fait le rêve suivant :

« Nous étions quatre filles avec un homme dans une grotte sous terre. Nous attendions Sa venue, puisque c’était prévu. Un immense serpent est venu vers nous, il est passé derrière moi, a passé la tête sur mon épaule pour la déposer au niveau de mon cœur. J’avais peur, si peur, parce que je savais qu’il lisait dans mon cœur et que s’il n’y trouvait pas ce qu’il cherchait, il me tuerait. Mais je savais aussi qu’il voyait au-delà de la peur.

Ayant passé le test, toujours vivante, le serpent passa inspecter les cœurs des autres filles.

 

Puis il revint vers moi et me posa la question suivante :

- Qu’est ce qui est Cuivre-Sucré et Malléable ?

- Le sang, fut ma réponse.

A peine ma réponse prononcée que je me retrouvais dans une grotte individuelle, avec le serpent. Ce dernier commença à changer, ses écailles disparurent pour laisser apparaitre une Femme. Elle me dit ceci :

- C’est bien d’écouter les messagers du haut mais il ne faut pas oublier le messager d’ici bas.»

 

A mon réveil, j’avais comprit que le messager d’ici bas pour moi, représentait mon corps. Mais alors, qu’est ce que je faisais de mal avec mon corps ?

Après tout, je suis végétarienne !

 

Comme toute newageuse qui se respecte, ma première déduction était la suivante :

- Peut-être ai-je un manque en cuivre ?

- Je devrais être plus malléable comme le cuivre ? Etre un bon conducteur d’énergie ?

- Mais alors, devais-je manger plus de sucre ?

Le sucre ne cadrait pas, puisque je souffrais perpétuellement de mycoses vaginales, et si le traitement du gynécologue avait marché la première fois, il n’avait eu presque aucun effet les fois suivantes. J’étais infestée quasi tout le temps. C’est ainsi que j’avais découvert sur un post que les pics d’insuline pouvaient stimuler la prolifération des mycoses. J’avais alors baissé la quantité de sucre que je consommais (sucre de table, pâtisseries…) et la mycose s’est calmée puis a disparu.

 

De ce fait, je prenais la phrase autrement. Elle m’avait dit « Cuivre-sucré », pas cuivre et sucre. Alors, j’ai commencé à chercher ce que pouvait bien signifier du Cuivre-sucré.

J’étais tombée d’abord sur la réaction de Fehling, l’action des oses réducteurs et l’oxydation. Puis par la suite sur l’oxydation des protéines par le sucre et les ravages causées sur les membranes cellulaires.

 

Par la suite je suis tombée sur un article (Carbohydrates in plant immunity and plant protection: roles and potential application as foliar sprays-2014) qui révélait ceci :

- Le saccharose seul diminue le nombre de fruits piqués par le carpocapse : l’utilisation de saccharose en spray sur des plantes sensibles aux lépidoptères (ponte), perturbe la ponte des femelles et diminue ainsi les dégâts sur les plantes.

- Des micro-doses de Fructose permettent de diminuer les doses de pesticide (à base de cuivre) utilisées dans la lutte contre le Mildiou (champignon des vignes).

Alors, le sucre (Saccharose, Frustose) agirait-il comme insecticide-fongicide ? Et puisque je suis une banque de bactéries et de champignons et je suis loin de pratiquer la photosynthèse, je me demande si le sucre ne déséquilibrerait pas la fragile symbiose qui régit mon corps ?

 

C’est en continuant mes recherches que je tombais sur le « CAHIER 4 - Le changement alimentaire, locomotive du processus épigénétique » et puis sur le « Dialogue avec notre ange 39, Rats, Fraises et Télomère » de Sand et Jenaël. Et là je reste bouche bée. Je vivais quasiment la même expérience !

 

Les signes s’assemblèrent alors dans ma tête :

- « tu vois, manger peut être un acte d’amour » ;

- La sélection que je faisais : le verre dégoutant pouvait mourir alors qu’un mouton, une chèvre … ben non c’est injuste !

- Obtuse, on m’envoya alors une invasion de pucerons dont je ne pouvais me débarrasser sans les tuer.

 

Quelques mois avant cette expérience, je suis tombée par « hasard » sur les dialogues avec mon ange. A la première lecture, ma peur prit le pas sur la curiosité concernant ce que vous écriviez, j’avais alors fermé la page. Quelques jours après, j’ai cherché votre site et recommencé à vous lire, même réaction : j’ai passé la nuit à fixer le noir, craignant que quelque chose ou quelqu’un en sorte. La troisième fois, c’était mon mari qui lança l’une de vos vidéos sur Youtube. Au bout d’un moment je n’en pouvais plus. J’avais si peur alors j’ai gueulé sur mon compagnon : « ce qu’ils disent m’effraie et naturellement baisse mon taux vibratoire, d’après ce que nous SAVONS toute chose qui nous écarte de l’état de bien être et de joie est de la fausse information ! Alors arrêtons de les écouter et de les lire ! ».

 

Le jour où je suis tombée sur le cahier 4 et le dialogue 39, je suis aussi tombée sur une page où quelqu’un critiquait une figure spirituelle dont je suivais les vidéos et les écrits. Et la phrase « allez hop encore mille ans de réincarnations pour vous (les lecteurs) » fit déborder le vase. Non, il éclata en mille morceaux.

 

La colère qui m’avait envahi en début de lecture me prouva que j’étais devenue quasi fanatique avec non seulement l’enseignement mais aussi la personne qui le promulguait. M’en rendant compte en parallèle avec la prise de conscience concernant le végétarisme, mon émotionnel explosa. Je pleurais pendant un bon moment.

 

Ce soir là je mangeais du poisson et quel plaisir !

 

PS : Je me rappelle d’une nuit où je me suis réveillée pour trouver mon mari enfermé dans la cuisine entrain de cuire un steak. Il se cachait de moi pour manger de la viande. Ça en dit long non ?

 

Un grand merci à vous.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Richard HAAS (mardi, 24 juillet 2018 15:07)

    Bonjour au lecteurs LEO,

    Je suis une ancien professionnel de la santé de près de 82 ans.

    Pendant ma carrière professionnel en transfusion sanguine il m'est arrivé d'avoir accès aux abattoirs pour récolter du sang d'animaux nécessaires à quelques analyses sanguines pour l'humain. Je ne vais pas expliquer ici l'horreur qui s'y passe. le plus cruel est certainement l'abattage rituel par égorgement. On qualifie souvent les bouchers d'êtres insensibles ce qui et souvent le cas car avec le temps "tuer" devient un geste habituel. Par contre je peux témoigner que certains ne se sentent pas du tout à l'aise dans leur métier.

    Etant un petit carnivore je me sens comme un faux cul car tuer me pose une grande question existentielle depuis pas mal de temps. Le végétarisme / végétalisme es-ce la solution pour tous ??

    Ma réflexion est la suivante. Pour rester en bonne santé ou la retrouver un végétarien mais surtout un végétalien, à plus ou moins longue période est obligé se complémenter en Vit. B12, d'acide folique et d'autres éléments. Une absence sur le long terme de vit. B12 etc.. peut même devenir mortel. Je sais que les végétariens / végétaliens vont me contredire mais c'est pourtant la réalité pour un grand nombre. N'es-ce pas aussi aller contre mère nature de devoir consommer des produits artificiels ??

    La deuxième remarque je je fais est la suivante. Un animal (de l'insecte au grand mammifère) ne se sacrifie-t-il pas pour nous pour nous permettre de vivre en bonne santé ?? Si on respecte l'animal en lui accordant notre amour et une mort douce et respectable es-ce mal ou non ??

    A ce jour je n'ai pas résolu mon problème. Il est clair qu'à mon âge je vais plus changer ma façon de s'alimenter mais si ma vie était à refaire, quelle serait le bon choix ??

    J'ai une adorable épouse et une petite chienne "Luna" que nous adorons. Cet amour nous le partageons avec vous autres lecteurs du réseau LEO.

    Richard.

  • #2

    Bruno (mardi, 31 juillet 2018 21:46)

    Bonjour Orsula,
    une suggestion au sujet des pucerons sur les plantes ...
    Je n'attendais qu'eux dans mon jardin cette année, et il n'y en eu pas...

    Bon, s'il y en avait eu, j'avais prévu de faire un feu du cœur, mais pas aux pucerons, qui doivent se nourrir de la plante, mais aux végétaux, pour qu'ils puissent supporter cette prédation. Ainsi renforcer l’énergie des végétaux pour qu'il supportent la prise énergétique, respecter le partenariat, pucerons / fourmis, qui vont de pair lors des attaques de végétaux.
    Merci pour ton partage
    Bruno