Peur du manque, rébellion et victimisation face à l'autorité patriarcale - par Nina

Coucou Les Léos, 

Un immense merci pour cet échange qui a été vraiment source de compréhensions : " Et si dans Gaïa vivait actuellement l'âme de mon ex-mari Henry...???" lol ! (Je témoignerai prochainement à ce sujet.)

Avec de nouvelles clés, on ouvre de nouvelles portes : j'observe et j'expérimente... Ce qui est sûr c'est que cette piste m'apporte une certaine libération, elle m'aide à me décharger de ce carcan de responsabilité parentale qui a tendance à me peser. De même que cette intuition de Sand m'éclaire sur les possibles raisons de cette colère qui peut se manifester en moi soudainement à son contact, ainsi que le rejet et l'impatience que je peux ressentir par rapport à son côté puéril... du coup, avec cette "nouvelle paire de lunette", j'élargis nos horizons et accepte davantage le détachement dans notre relation : d'ailleurs, c'est avec bcp de facilité qu'elle m'appelle tantôt Nina (d'ailleurs plus souvent), tantôt maman... bref, une harmonie s'installe progressivement entre nous... de ce côté ci, ça va.

En revanche, ce qui me rattrape c'est la peur du manque, la rébellion et la victimisation face à cette autorité patriarcale : ça s'est manifestée par 2 contraventions de 90 € (défaut de Contrôle Technique et de changement de Carte Grise) à payer dans les 15 jours, sinon majorée de 135 € à 375 €. 

Et voilà qu'alors j'étais déjà sous le coup de la réflexion-prédation : à me dire : "je paie ou je paie pas ces 2 amendes au Trésor Public"... je reçois, une condamnation du tribunal de Police à payer 375 € pour une contravention similaire de décembre ! Suite à "l'offrande" de cette voiture le 07/07/2016, je n'avais pas souhaité m'acquitter des formalités administratives, je me disais vouloir vivre libre et sous la protection de ma Supraconscience...

 

J'ai le sentiment que le fait d'avoir conscientisé, suite à notre rencontre, la nécessité comme dit Jenaël "d'être réglo avec le système pour que celui-ci soit réglo avec moi", fait remonter les peurs de devenir son esclave, sa vache à lait et de devoir me sacrifier pour le nourrir lui... A un moment crucial où justement je me confronte à ma peur de manquer et à un certain manque d'estime et d'amour de soi, en achetant essentiellement des produits bio !

 

Je vois bien qu'il y a une progression dans les prises de conscience : désormais je ne vole plus dans les magasins et cette boule au ventre lorsque je paie des articles bio, tend à disparaître, car d'une certaine manière, je perçois les conséquences de mon acte pour ma santé et pour mon karma.

 

Toutefois, j'ai l'impression que cette boule appuie sur quelque chose de viscéral que mon prédateur me pousse à ne pas accepter : "non seulement je dois cesser de contrevenir aux lois de cette matrice SDS (en payant un CT et en mettant la CG à mon nom) et en plus, je dois m'acquitter des sanctions pour avoir contrevenue à leurs règles." 

Et à l'heure actuelle, la facture est salée 555 € (375+90+90) !!! Forcément un clin d’œil de la Supraconscience, mais quoi comprendre ?!

Une partie de moi veut régler ce qu'elle doit à ce système pour accepter le flux énergétique, ne plus y faire obstacle et vivre la prospérité. Alors qu'une autre se voit paralysée par la peur du manque en hurlant que c'est pas le moment de leur payer ce qu'ils me demandent (que de toute façon, c'est bientôt la fin du monde ! qu'ils se servent de notre argent pour mener à bien leurs sombres desseins, etc...), et qu'en plus, c'est carrément stupide de vouloir leur donner un mois d'allocation et ensuite, jouer la carte freestyle...! 

 

A ce monologue mental initié par la prédation, s'ajoute la culpabilité d'être aussi désinvolte et négligente face à la gestion de l'argent : je suis un vrai panier percé ! 

 

Depuis que je me suis mise sous la protection d'une procédure de surendettement et d'une interdiction bancaire, je réalise que j'ai peur d'avoir de l'argent et de faire des économies... Je pensais que ne plus vouloir travailler était lié au fait que je m'étais détachée du besoin de consommer pour se valoriser et être socialement reconnue... 

 

Or, je m'aperçois que ce que je prenais pour un détachement du matériel, de la peur du manque ou du besoin d'argent, cache en fait la peur que l'on me prenne mon argent, le refus des règles et l'absence de confiance en ce système : donc je dépense mes allocations et vide mon compte par sécurité, là où d'autres, économise et le garnisse.

 

Ces contraventions permettent de faire remonter à la conscience, à quel point j'ai peur de ce système et que je rejette l'idée d'en être sa victime.

 

Si je m'obstine dans mon refus des règles, dois-je accepter que les huissiers viennent saisir mes meubles pour expérimenter le détachement matériel ?... Vision d'horreur ! Dois-je la considérer leur répression financière comme une profonde injustice sociale ? moi qui organise mon insolvabilité, car je ne veux pas payer... mais pourquoi, ne veux-je pas payer ?! J'irais voir le Trésor Public pour qu'il accepte un échéancier, mais j'aimerais comprendre plus en profondeur, ce qui se trame...

Ça brasse énormément, plus que je ne l'aurais cru pour quelques centaines d'euros ! J'entends Jenael me dire : "Paies tes amendes, tu verras bien, et puis c'est tout !" 

 

Mais si j'agis dans l'attente d'être sauvée par la Supraconscience ou que celle-ci vienne me remplir le frigo, n'est-ce pas le meilleur moyen de faire obstacle à la prospérité ?! 

Je sens bien qu'il y a quelque chose en lien avec l'argent, la rébellion et la peur du manque qui demande à être conscientisé. Après notre rencontre, je me suis vue régler une facture d'électricité de plus de  200 € que j'avais en attente, avec la conscience d'accepter les règles de la matrice et de faire circuler l'énergie (surtout que symboliquement c'était Direct Énergie ! ). 

Mais là, pour ces contraventions, ça bloque ! Est-ce une croyance New Age que de penser que si je me considère dans le besoin ou que j'agis dans ce sens (en disant que je n'ai pas d'argent pour payer) alors je ferai l'expérience du manque et de l’impossibilité de payer ? 

Est-ce que, ce que je perçois comme un acharnement, est la conséquence pour avoir exprimé l'intention de me conformer aux lois de la matrice SDS, et donc de me libérer de ce karma de victime, pour transiter vers une autre réalité SDA ? Enfin, dernière question, qui m'est venue à l'issue de ce texte fleuve, serai-je en train d'expérimenter les effets de la cétose et notamment le sevrage du sucre, susceptible - comme vous l'avez vécu à vos débuts - de remonter des mémoires de peur du manque ?

Ça tombait pile poil de revoir nos échanges sur l'argent et la peur du manque, mais je perçois bien que je bataille encore avec mon radin de prédateur et sa tendance de rebelle anarchiste !

 

Merci de m'avoir lue et de participer à cette quête !

Bisous à tous

 

Nina

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Isa (jeudi, 15 juin 2017 21:50)

    Bonjour Nina,
    Je me permets de partager une expérience qui m'est arrivée un jour de mon anniversaire il y a une dizaine d'années pour un bout de route terminée d'un trottoir de qq cm, que j'ai pris à vélo (je pensais sincèrement que c'était une voie privée entre des immeubles). Amende de 90 E également, policière tatillonne qui m'a mise en retard et fait rater l'heure d'entrée à mon atelier . La totale. Après réflexion j'ai envoyé un chq de 9E (10%) en demandant un échéancier. J'attends toujours leur réponse. (Chut faut pas le repeter). C'est assez cocasse quand même.