Pourquoi avoir transformé les termes SDA et SDS - par Emma et Johannes

 

Bonjour les Léos,

 

Nous avons pris récemment connaissance du cahier 14, dont voici l’extrait qui nous concerne :

« Sur le Réseau LEO, quasi perpétuellement sujets à des attaques transdimensionnelles, des lecteurs – et il y en a toujours – quelques uns prennent la liberté de redéfinir l'orientation et la typologie de ces deux voies de conscience et cheminement de l'âme que sont le Service de Soi et le Service d'Autrui, ce qui est bien dommage. »

 

Déstabilisés, nous nous sommes évidemment demandé pourquoi vous pensiez/ressentiez que le fait de tenter d’adapter la nomenclature « est dommage » et correspond à une « attaque transdimensionnelle » ?

Nous avions l’impression que notre approche présentée dans notre texte « Essai sur l’Enjeu de l’Orientation de la Conscience » que nous vous avons envoyé respectait la ligne SDA. Et même si les termes évoluaient pour nous et que l’expression SDA devenait « Présence à la Vie, la Vérité, au meilleur intérêt d’autrui », nous pensions être dans le même train. Alors pourquoi n’était-ce vraisemblablement pas le cas ?

 

Notre réponse est constituée de 3 parties.

 

La première partie est plutôt théorique, la deuxième présente nos prises de conscience et la dernières en expose les causes profondes.

Pouvez-vous s’il vous plait nous signaler si des erreurs apparaissent, même partielles ?

 

Partie 1 : Définition

Tout d’abord, nous sommes tombés sur cet extrait du chapitre 13 d’Hélène qui nous parait très proche de celui présenté dans notre essai que nous vous avons envoyé :

 

« Pour clarifier un peu, l'individu au Service de soi qui ne fait aucun effort pour s'en sortir est voué, à plus ou moins long terme, à être "désintégré" ou "recyclé". Il est donc cloisonné dans une dimension "négative". Alors que l'être au Service d'autrui n'est plus cloisonné dans une dimension "positive". Par l'altitude qu'a pris sa conscience, il englobe les deux polarités, le Service de soi en synergie avec le Service d'autrui. Il incarne le Yin-Yang. Alors que l'être SDS incarne seulement la partie sombre (avec cependant une graine de conscience – le point blanc – qu'il peut décider ou pas de faire germer). »

 

Nous avons cherché d'avantage et relevé 3 extraits qui nous paraissent pertinents.

Extrait 1 (citation d’une communication avec les Cassiopéens trouvée dans un texte d’Hélène):

 

Q : (L) […] Dans votre cas Service d'autrui signifie que vous servez même ceux qui servent le soi, c'est ça ?

R : Oui ; nous vous servons, vous, et les Lézards ont programmé votre espèce pour le Service de soi, souvenez-vous.

Q : (L) Donc, je suis toujours un individu du Service de soi, est-ce exact ?

R : Mais qui se dirige lentement vers le Service d'autrui. Tous les humains ne le font pas. […] Le Service d'autrui fournit le parfait équilibre de ces deux réalités ; le Service de soi est l'extrême opposé qui ferme le grand cycle en parfait équilibre.

Q : (L) L'existence d'une voie SDS est donc nécessaire pour que la voie SDA puisse exister ?

R : Oui.

 

Extrait 2 :

 

“Toute énergie de don envers une personne SDS ne sert qu’à intensifier la polarité SDS” (L’onde tome 6 p 196)

 

Extrait 3 :

 

« Dans le service à Autrui, cet "Autrui" est simplement une autre version de nous-même, infiniment plus consciente des réalités transdimensionnelles et des lois qui la soutiennent. » Cahier 14

 

En croisant les informations de ces extraits, on peut dire que servir autrui qui est SDS en développant son potentiel SDA, c’est servir son Soi futur ayant accompli son potentiel SDA.

Servir autrui qui est SDS sans que cet « autrui » ne développe son potentiel SDA est une activité SDS.

Et pour nous qui sommes majoritairement enfermés dans la fréquence SDS, se focaliser sur la fréquence SDA en apprenant de notre condition SDS, permet d’engendrer à terme la neutralité et « fermer le grand cycle en parfait équilibre. » La voie SDA est donc la voie de la Libération de la Conscience fragmentée.

Fort de ce constat, nous poursuivons notre raisonnement.

Pour commencer, la définition que l’on donne à l’expression SDA, est représentative du degré de conscience SDS ou SDA de celui qui la donne, au moment où il la donne. A notre stade, c’est une exploration continuelle qui aboutit à une nouvelle prise de conscience à chaque nouvel indice recueilli.

 

Par exemple, voici ce qui nous frappe l’esprit à l’instant : dans notre version « Présence à la Vie » à la place de SDA, on est présent à tout et on choisit l’objectivité, l’observation de la vérité et du mensonge, on cherche à voir le tableau global de la réalité pour accroitre notre conscience, sortir de la réaction et mieux discerner les forces agissantes de notre expérience. C’est une étape essentielle, mais le choix fait par la conscience pour appliquer la vérité n’y apparait pas directement, ni clairement. L’expression SDA indique à ce propos beaucoup mieux l’importance de notre engagement par les actes en raison du mot «servir».

D’autre part, comme il est crucial de s’entendre sur le vocabulaire utilisé, dans l’expression « SDA », il est très important aujourd’hui de définir plus précisément cet « autrui ». Car pour une conscience comme la nôtre empêtrée dans le service de soi, la terminologie peut facilement prêter à confusion et créer un « bug » entre le cerveau « droit » et le cerveau gauche.

 

Comme par exemple si l’on s’arrête à la première définition de Wickipédia :

« Autrui désigne un autre que moi, les autres, l'ensemble des hommes »

 

Vu que l’humanité est principalement sclérosée dans le SDS, ce service-là est voué à être une voie SDS. Cette information reste donc dramatiquement incomplète et frustrante pour le cerveau droit qui sait pourtant, lui, de quoi il est question dans l’expression SDA !

 

Allons plus loin. Définition étymologique, toujours sur Wickipédia :

 

« Ancien "Cas régime" cas régime de "Autre" autre, formé à partir du datif du mot latin alter, *alterui, altération de alteri d’après cui. »

 

« Peut être rapproché de l'expression alter ego" alter ego (« autre moi »). »

 

Et puis la définition de l’alter ego :

 

« Second "moi" moi ; "âme sœur" âme sœur. »

 

Premièrement, l’autre est bien une partie de moi, de mon âme. Reconnaitre ce miroir, c’est retrouver sa capacité de renaitre avec ses différentes fractales d’Ame divisées. Et nous notons au passage que dans « naître », il y a d’abord « être ».

Ainsi aujourd’hui, nous comprenons mieux ce qu’est cet Autrui et entrons en résonance avec sa signification profonde. La voie qui « sert Autrui », c’est la voie qui sert le potentiel SDA réalisé, l’Ame réunifiée, c’est-à-dire le Soi Supérieur.

 

Cela induit et confirme ce que nous ressentons :

Au-delà de toute définition et avant tout, le plus porteur reste et restera l’intuition première que l’on reçoit de la voie vibrée et vécue qui est désignée par l’expression « Service d’Autrui » au travers des informations des Léos, des Cassioppéens ainsi que des applications que nous en faisons. Cela fait partie de notre Guidance qui informe et forme notre conscience.

Et si l’on ressent un bug, se fier d’abord à son intuition, et ensuite en chercher les raisons !

 

Partie 2 : nos prises de conscience

Instantanément à la relecture de cette première partie, des informations nous parviennent à la conscience. Il nous semble identifier le « bug » d’origine transdimensionnel qui représente une attaque à travers notre texte qui introduit la notion de « Présence à la Vie ». Récapitulant encore sur l’origine de ce texte, Johannes s’exprime :

« Au départ, au fait mon intuition (cerveau « droit ») et mon décodage logique (cerveau gauche) buggaient l’un par rapport à l’autre ! »

Emma constate avoir eu le même genre de « bug ».

Nous avions cherché à résoudre ce « bug » et cru y être parvenu en rédigeant ce texte qui présentait la terminologie « Présence à la Vie ». Mais apparemment, il restait du travail !

 

A l’instant de la rédaction de ces phrases, notre fille tire une carte d’un jeu qui se nomme « Etre-ange » (Etre En-je!)

Voici la carte et son dessin, avec le commentaire de notre fille sur son dessin :

 

 

 

« C’est rond, c’est de lumière, ça brille. Il y en a d’autres autour et plus loin. Le trait « or-ange » est pour montrer que ça change de monde. Le cadre que c’est un autre monde. »

 

Puis je lui montre une photo de Jenael sur le site des dialogues avec l’Ange :

 

 

Elle commente spontanément : « Oh c’est exactement ce que j’imagine ! »

Quelle illustration inattendue de notre Supraconscience !

L’intuition était-elle belle et bien en train d’être enfin reconnue et intégrée au sein de notre couple et famille ?

Enrichis de cette information, nous reprenons le cours du texte. 

 

Emma qui était à la base du questionnement des termes SDA et sa remise en question dit : 

« Au fait je fais un lien, je ne voulais pas servir le vice des autres ! Mais je réalise que je sers le vice (SDS) de mes enfants avec beaucoup de conscience en sachant qu’en faisant cela, leur prédateur bien satisfait pourra ensuite servir leur conscience Supérieur »

 

Johannes ajoute : 

« Oui, si nous observons du mieux que nous pouvons les canaux de prédation qui interviennent au sein de notre famille, que nous intégrons les leçons et que nous appliquons la Connaissance, l’aînée peut facilement entrer en résonnance avec sa propre Supraconscience qui nous pose des questions sur le prédateur, la voie SDA, les mondes invisibles, etc. elle s’imbibe de notre démarche, au point de nous demander d’écouter les rencontres du réseaux Léo avec elle ! »

 

Au fait la voie SDA peut tout à fait être vécue en famille du moment que les deux parents la suivent.

 

Partie 3 : Les causes profondes

Pourquoi était-ce belle et bien une attaque transdimentionnelle ?

Le bug entre cerveau droit (intuition) et cerveau gauche (analyse) correspond à un bug entre le féminin et la masculin. Le bug provient en réalité de l’effacement du féminin face au masculin. 

L’intuition féminine était soumise au Patriarcat. L’intuition, c’est la Guidance, si elle est purifiée par l’application de la Connaissance. 

D’où vient ce bug ? 

Emma et Johannes ont des histoires personnelles qui exposent clairement les origines de ce bug.

 

Johannes, porteur de mémoires sataniques (voir textes « Résonnances à la programmation satanique » 1 et 2, (seront-ils sont publiés ?), incarnaient des forces patriarcales qui agissaient à travers sa programmation pour annihiler la Puissance Féminine, pourtant inscrites en lui-même.

 

Actuellement, Johannes, qui porte le même prénom que le père adoptif de sa grand-mère, peut, grâce son travail de déprogrammation accompli en bonne partie, permettre à l’équilibre de reprendre ses droits en incarnant le géniteur ET le père à la fois ! Un père qui soutient de plus en plus l’énergie Féminine entourée (= accord intuitif) de trois êtres féminin. Un homme qui parvient à écouter d’avantage son intuition. (Petit illustration : 20min après la rédaction de ce paragraphe, la cadette me dessine en jupe avec des tresses !!!)

 

Emma a aussi des mémoires fortes d’esclavage sexuels et d’abus liées entre autre, aux rituels sataniques. Elles ont été remontées à la conscience une première fois il y a plusieurs années, lorsque notre aînée avait été amenée par Johannes chez une thérapeute sur une table de massage pour être brisée dans son esprit d’origine vivace et libre ! (= fragmentation de l’Ame) Elle refaisait pipi au lit après coup. Emma qui avait tout ressenti, en a souffert pendant des années après. Emma a aussi des visions et des rêves d’avoir été prisonnière dans des cages.

 

Quelques aspects historiques de la vie d’Emma :

Suite à divers événements, Emma a récemment appris pourquoi elle a été nommée par son deuxième prénom toute sa vie. Son frère aîné qui avait des problèmes intellectuels et de langage, n’arrivait pas à prononcer son premier prénom, mais parvenait à dire « Emma » ! Sa mère, qui préférait clairement ce deuxième prénom au premier, a sauté sur l’occasion pour nommer sa fille définitivement Emma. 

 

L’existence d’Emma posait par ailleurs d’énorme problème à son frère. Ce dernier lui reprocha toute sa vie de lui avoir pris sa place ! Elle vivait inconsciemment tellement de culpabilité par le simple fait d’exister, qu’elle fut toute sa vie une « gentille fille rayonnante qui fait plaisir à autrui » pour mériter le droit d’exister. Elle s’était même rigoureusement promis de rester un ange pour autrui pour toujours !

 

Après bien des périples et prises de conscience, elle a fait petit à petit face à ses peurs de déplaire aux autres pour parvenir à exprimer avec authenticité son vécu et ses propres choix. Bien qu’il reste encore du chemin à parcourir, elle était devenue allergiques à tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin au « sert-vice d’autrui ».

 

En conclusion

Il nous est vertigineux de s’apercevoir à quel point notre interprétation d’une expression pouvait, malgré tout notre bonne volonté de discernement, véhiculer nos mémoires passées non conscientisées et de ce fait, représenter une attaque transdimentionnelle !

Merci infiniment à vous les Léos, de votre discernement désarmant la prédation et toute la suffisance inconsciente qui nous habitait !

 

Emma et Johannes (inscrits au cénacle - Suisse)

 

 

° ° ° ° °

 

L'équipe LEO : 

 

Bonjour Emma et Johannes,

 

(Dans cette réponse, nous nous adressons plutôt au masculin, c'est-à-dire à Johannes, puisque c'est son énergie qui transparait d'abord dans les textes.)

 

Au travers de tes derniers écrits, nous reconnaissons une sincère remise en cause de ton travail. Nous avions effectivement un peu ciblé notre critique par rapport à ce que tu avais écrit dans le texte que nous avions choisi de ne pas publier à l'époque.

Il nous semble désormais inutile de te donner plus de précision par rapport à ce "carton jaune" qui signe un simple rappel à la réflexion, puisque tu as découvert par toi-même la faille dans laquelle s'est immiscée la conscience prédatrice.

 

Comme tu l'as relevé toi-même, il s'agit effectivement d'un bug entre cerveau droit (intuition) et cerveau gauche (analyse) correspondant à un bug entre le féminin et la masculin. Ce bug provient de l'effacement de ton côté féminin face au masculin, ou plutôt de la prise de pouvoir du masculin face au féminin, autrement dit de l'intellect face à l'intuition.

 

Dans certains textes que tu avais rédigés à l'époque, nous avions ressenti un sentiment difficile à décrire, une sorte de rébellion intérieure, de compétition à l'encontre du féminin mais aussi avec le Réseau LEO, quelque chose de pas très clair. Il en ressortait une énergie de "donneur de leçon", du type enseignant. Peut-être des mémoires de druide ? Il s'agissait donc simplement de ton prédateur personnel qui, à certains moments, prenait trop d'importance dans ces moments-là.

 

Comme tu le découvriras dans les prochains cahiers et dans la vidéo 9 de Graulhet, les attaques transdimensionnelles telles que celles dont tu avais été sujet, peuvent devenir sournoises au point que généralement, nous passons à côté. Mais lorsque nous parvenons à rester vigilants, elles se révèlent souvent par après, lorsque les dégâts sont avérés.

Ainsi, lorsque nous ressentons la présence d'un prédateur psychique, que ce soit chez l'auteur – toi en l'occurrence à ce moment-là, ou chez nous lecteurs de ton texte –, nous préférons ne plus tenir compte de ce type d'écrits et cela sans aucune concession possible, afin de parer à toute attaque ou prise énergétique sur le Réseau LEO. Car en permanence, des lecteurs qui ne sont pas encore assez expérimentés se font rattraper et manipuler par leur prédateur personnel lorsqu'ils nous écrivent, ce que nous ne nous autorisons plus à laisser passer.

 

Le cheminement SDA est semé de multiples embûches. C'est pour cette raison que nous sommes appelés à communiquer et travailler en réseau. Et prochainement, ce réseau devra être ramené (constitué) dans le monde de matière. Nous devons donc rester très vigilants et travailler plus en profondeur nos programmes du service de soi.

 

Alors à bientôt !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    GENEVIEVE M. (jeudi, 16 août 2018 18:22)

    Merci à Emma et Johannes de nous relater cette expérience, qui montre les embûches du cheminement spirituel et analyse les étapes de la prise de conscience.
    Je vais m'exprimer en considérant les faits, bien au delà des personnes citées, car je suis pour ma part largement concernée par les travers que je vais évoquer : j'en en fait l’expérience encore très récemment.
    Il faut être gonflés pour vouloir changer les termes SDS et SDA ! Ce sont "les termes opératifs dans les réalités hyperdimensionnelles de type quantique" comme le dit Laura qui s'appuie également sur le travail de RA Matérial.
    Ces termes sont non seulement repris dans le Réseau LEO, mais ils structurent également les réflexions, recherches et avancées de toute une Communauté internationale : l'heure est au Collectif et pas aux échappées solitaires,si brillantes soient-elles.
    Peut-être, ces termes sont -ils ressentis comme contraignants par certains ; je n'en veux pour preuve que l'utilisation du mot "nomenclature" pour les désigner (les mots "appellation" ou "dénomination" eussent été plus neutres): le "nomenclator" à Rome, était un esclave, chargé d'annoncer les plats ou les invités...
    Pour ma part, j'ai déjà bien du mal à comprendre les concepts SDS/SDA, et encore plus de mal à tenter de les appliquer au quotidien . Je n'ai aucune envie d'en changer!
    "Vouloir être calife à la place du calife", is no good ! (humour, cette citation est tirée de la bande dessinée "IZNOGOUD", héros anti-héros).
    SDA certes peut se lire "sert le vice d'Autrui".....il peut également se lire "sert mon (propre) vice à Autrui, tant il est vrai que nous sommes rapides à coller sur Autrui ce qui nous dérange chez nous , et que nous ne pouvons pas ou ne voulons pas transmuter .En ce sens, vouloir changer une dénomination, c'est à dire un élément extérieur, est un réflexe qui nous évite de scruter notre "intérieur" dans un premier geste ....après vient le temps de la réflexion et de la prise de conscience, heureusement!
    Pour conclure, j'avais beaucoup apprécié en son temps le préliminaire au Dialogue 14, qui remettait les pendules à l'heure : c'est pour cette rigueur et cette exigence que j'ai rejoint le Réseau LEO, c'est pour moi un gage de sérieux et d'authenticité.....et dans ce cas, SDA peut se lire aussi "serre (la) vis à Autrui", ce qui m’apparaît réellement ici comme un acte SDA!

    Geneviève

    P.S.: pour la ré -harmonisation des hémisphères cérébraux , le programme Eiru Eolas, c'est pas mal! ( voir question 36)