Sésame ouvre toi - par Layla

 

J'ai l'étincelle SDA.

 

Malgré les illusions et les fantasmagories dans lesquelles je me suis égarée, une idée fixe m'accompagnait : le souhait de comprendre qui je suis et pourquoi je suis là. De comprendre le monde et le sens de la vie.

J'ai essayé d'intégrer la vie sociétale, j'ai essayé d'être normale, de trouver un sens à la routine, j'ai essayé de taire ma souffrance, d'accepter mes troubles émotionnels, j'ai essayé d'être heureuse et satisfaite de ce que j'avais, vivais.

Des moments de vie m'ont permis d'accéder à des états où je me sentais unifiée à l'autre, des états où je vivais dans le moment présent.

Je fis très tôt semblant d'être ce que je ne suis pas. J'étais une enfant rêveuse, j'avais du mal à distinguer le rêve de la réalité.

 

A 5 ans, un pédophile m'attira aux toilettes et m'embrassa, ce qui suivit reste vague, cela conditionna plus tard mon rapport faussé avec les hommes et la valeur que j'avais de moi même.

 

A 7 ans, des entités me bousculèrent et je vis deux yeux rouges m'observer comme si j'étais une chose étrange, cet épisode me laissait à penser que j'étais une mauvaise personne.

 

Vers 10-11 ans je voulais mourir car je ne voyais aucun intérêt à la vie.

 

Adolescente, je servis d'exutoire aux colères de mon père. Je haïssais les hommes, leur pouvoir de domination et de contrôle.

 

Ces épisodes sont un peu la trame qui définissent les programmes et mémoires qui me collent à la peau.

 

J'ai été bourreau, c'est sûr, je le sens à ma façon de me nourrir des faits divers ou des témoignages des rescapés des abus. D'aimer comme le sadique se régale des souffrances causées et de l'horreur et puis par les rêves également dans lesquels j'ai été une pédophile ce qui en matière d'acceptation est difficile. "Ne pas s'identifier à l'expérience". Transmuter.

 

C'est aussi en ce sens que j'apprécie le réseau Léo qui aborde notre part sombre car dans les différents groupes observés, chacun fait semblant d'être la 8ième merveille du monde, pleins de bonnes intentions, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Je n'ai jamais intégré de groupes car je me considére-ais comme la mauvaise graine. Je me perçois ainsi et je suis perçu comme cela par ma famille. Je me sens être un melting pot de ce qui compose le meilleur comme le pire de l'être humain, le pire comme la lâcheté, la violence, la mesquinerie, la domination, la jalousie, l'envie...et le meilleur comme la douceur, la compréhension, l'empathie.

 

J'ai été victime, car lorsque je lis ces mêmes témoignages (MK abus rituel et contrôle mental), je me sens oppressée au plexus et à la gorge au niveau physique et au niveau mental j'ai l'impression d'être dans un puits, en enfer où j'aimerai que l'on me sauve, que l'on me console. Les mémoires de victimes d'abus sont présentes et influent dans la confiance que je porte à autrui, en moi.

 

Depuis l'enfance, j'ai souvent rêvé que j'étais violé par mes frères, qu'ils me traquaient, que je les fuyais. Ils avaient un ascendant sur moi, une emprise. Je connais la rage de celle qui n'est pas entendu.

Je suis davantage en réaction envers mon grand frère que je considère comme "maléfique". Nous nous ressemblons beaucoup sur différents aspects de notre personnalité. Nous partageons des mémoires communes.

 

Des mémoires difficiles à traverser, accepter. En sa présence, j'ai du mal à respirer, je ne suis pas détendue, je m'attends à être attaquée, dévalorisée, humiliée. Je ressens la rage du prisonnier. Nous vivons ainsi de nombreux conflits où il est le bourreau et je suis la victime, la dominée, la perdante.

 

Je perçois ainsi la vie sous les aspects les plus violents, à mon sens, celui de victime et de bourreau en majeure partie ce qui ne me permet pas d'accéder à plus de compréhension pour le moment. Je comprends de façon théorique ce qui est enseigné sur le réseau léo. J'ai vécu quelques rêves fabuleux et des états de conscience qui me rappellent quelle grandeur nous habite.

 

A des périodes différentes de ma vie, j'ai senti l'unité et cela je ne peux l'oublier. J'étais tout ce dont j'avais besoin et j'étais où je devais être, je n'avais plus aucun tracas fabriqué ou pas, aucune inquiétude, aucune rancœur ou culpabilité, aucune appréhension et aucun sentiment d'injustice. La dernière période en date dura quelques semaines fin 2015 début 2016.

L'année 2015 fut éprouvante émotionnellement et physiquement, j'avais suivi une formation en maraîchage bio pour sortir du système, la bonne blague, beaucoup d'illusions s'effondrèrent.

En 2016, après un été libérateur passé près de la nature, j'acceptai de renoncer à réussir professionnellement. Ce fut une libération. L'on me "dit" intérieurement de renoncer à mes croyances (je comprends mieux la signification maintenant). C'était ma guidance qui communiquait. J'étais ouverte, j'avais les réponses dont j'avais besoin.

Puis une conseillère pôle emploi, pleine d'empathie et de dévouement, (elle m'avait appuyée pour le maraîchage) me proposa de bosser avec les enfants. Une autre façon d'apprendre sur soi puissance 10.

 

Dans ma vie quotidienne, je n'arrive pas à être légère, ni à lâcher prise. Je suis rigide, je m'empêche de respirer avec assise, profondeur et joie. Je n'ai pas eu de relation intime depuis 2011. Je sens bien que je suis bridée par le prédateur qui appuie sur peur, dévalorisation et tout ce qui en découle, ne pas oser dire ou être. Donc soit j'oscille entre la soumission, soit je deviens folle et je gueule comme une possédée et toujours sur les mêmes point, je réclame respect et écoute.

 

Je suis un complexe composé d'expériences. Je me suis résumée sous cet aspect, j'aurais pu le faire sous un autre.

 

(Merci Déborah O. pour l'impulsion - Témoignage 341 - Déborah O - Écrire tout ce qui passe pour éclairer l'affaire)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    GENEVIEVE M. (lundi, 13 août 2018 15:23)

    Bonjour Layla,
    Tout d'abord merci pour l'indication du site des Cassiopéens: ça ma passionnée, j'ai donc fait l'acquisition du premier tome des retranscriptions et dans la foulée, du premier tome de l'Onde de Laura....pas déçue du voyage!
    Ton témoignage m'a beaucoup touchée , car j'aurais pu relater certaines étapes de mon parcours, identiques aux tiennes....les voir raconter par une autre personne , permet de faire le point sur la force de l'émotionnel qui résiderait encore en soi.
    Lorsque l'arrivée d'un ou de plusieurs Alter se fait très mordante, je me ré-ferre maintenant à un texte paru dans la 6ème vidéo des "Retrouvailles de Graulhet" ( à 1.55.24):
    "apprendre à ne pas se juger quand un alter se présente,et qu'il prend le dessus en notre psyché et dans notre comportement....ces alter, ces autres facettes de soi, font leur apparition pour qu'ils puissent être reconnus et acceptés, pour que leurs mémoires d'origine transdimentionnelle soient conscientisées, libérées et remise à neutralité par notre intelligence-esprit".
    Ce texte me donne beaucoup de force et d'apaisement....puisse-t-il en être de même pour toi!
    Et je ne résiste pas, pour terminer, de citer la conclusion des entretiens de cette même vidéo, dans la bouche de Sand et Jénaêl:
    "l'apprentissage, il continue tout le temps , tout le temps, mais ce n'est plus pareil, je ne donne plus la même force"
    "amusez vous de l'expérience!"
    Voilà , de quoi allumer le feu de l'étincelle SDA!
    Geneviève

  • #2

    Layla (dimanche, 19 août 2018 19:14)

    Je te remercie Geneviève pour l'intention.

    Il existe l'onde 1 en pdf :
    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Jadczyk-Laura-Knight-L-onde-Tome-1