Témoignage 258 - Louisa - Par la peur, nous devenons des vaches à traire pour les SDS

Bonjour Léos, 

 

Les alter coincés dans la peur sont des vaches à lait faciles à traire pour les sds.

Au moment de la peur, on peut sentir la fragmentation /dissociation se faire (comme en un glissement -de dimension ?) et c’est elle qui « empêche » de voir la peur /souffrance qui en quelque sorte détourne le regard de cette peur. 

Ainsi cet « aveuglement » autorise et permet cette traite (et que cela dure).

 

Les cauchemars ramènent à cette ambiance pareillement et (ainsi encore) la traite peut se faire par notre conscience endormie, c’est le cas de le dire. 

Nos peurs si délectables !

 

J’ai « retrouvé » aussi un regard intense de ma mère qui se retournait sur moi. Mon autre moi qui m’a confié le soin d’en sortir par la naissance   ;- ?

J’ai reconnu que je n’avais pas de haine pour mon bourreau actuel (ma bourrelle) lorsque sa peur énorme vraiment m’est apparue il y a bientôt 2 ans, et le basculement produit de la peur au bourreau.

 

Peut-être cela fait-il partie du « harcèlement systématique » du petit tyran : en revenant systématiquement à cette confrontation de tous nos Bézus, c’est-à-dire au déclenchement de la peur /souffrance, on peut ralentir le processus (décortiquer). Bien-sûr après avoir traversé la couche d’émotions de panique qui couvre le tout et nous protège aussi, et permet pourtant de se jeter à l’eau.

 

L’isa-Louisa 

Écrire commentaire

Commentaires : 0