Témoignage 305 - Simon - Lettre à mon moi supérieur

 

Où es-tu ? Ange gardien, guide, conscience peu importe le nom que tu portes, où es-tu ? J’ai beau savoir que je ne suis pas seul mais comment ressentir ta présence si douce si lumineuse ?

Je me sens pris au dépourvu avec cette solitude qui me pèse année après année. J’ai beau m’être habitué, je me sens seul tellement seul que je ne rêve que d’aller te rejoindre mais je sais pertinemment que sauter une étape trop vite ne me fera que régresser et que tout sera à recommencer.

 

Et que dire de ma noirceur intérieure qui ne cesse de vouloir s’exprimer… je sais que la lumière peut transmuter tout cela mais où est cette fichue lumière ? Dans une boutique de luminaire ?

Combien ça coûte une séance de luminothérapie intérieure ? Comment on s’y prends ? J’ai beau savoir que tout est en moi (réponse, guérison, solution, intuition, etc.) mais merde pourquoi je suis toujours en mode « d’auto-sabotage » ? et pourquoi que je me laisse toujours prendre à mon propre jeu ? De quoi j’ai peur ? d’aller mieux ? pourtant je ne rêve que de ça, d’aller mieux… de montrer ma vraie nature ? mais quelle est ma vraie nature ?

 

Même après 45 ans je ne sais pas plus qui je suis, où je m’en vais et pourquoi j’ai atterri sur cette planète… Beau contrat de vie !! de la merde tout ça… je suis tanné d’être un esclave sur cette planète… oui je suis révolté de me voir « inadapté » humainement parlant… j’ai beau savoir que je suis « créateur » de ma vie mais merde je ne sais pas comment faire pour « créer » mon paradis… où est le mode d’emploi ? où l’as-tu caché ? Vas-tu m’aider à y voir clair ? car je ne sais pas si je vais « toffer » encore longtemps…

 

Désolé, ce texte n'est pas à sa place sur ce site... c'est un cri du cœur que je lance à moi-même en fait !

 

Merci de tout de même de m'avoir lu :)

 

Simon


* * * 

 

Petite touche de l'équipe LEO :

 

Un écho à ton cris du cœur revient sous la forme de deux extraits complémentaires :

 

"Je vais faire appel à ton esprit analytique, me dit don Juan. Réfléchis un moment, et dis-moi comment tu peux expliquer la contradiction entre, d'une part, l'intelligence de l'homme sur le plan scientifique et technique et d'autre part, la stupidité de ses systèmes de croyance ou l'incohérence de son comportement [de-même entre le fait que l'humain qui n'aspire qu'à la paix, ne crée que la guerre en lui et autour de lui...]. Ce sont les prédateurs, disent les sorciers, qui nous ont imposés nos systèmes de croyance, nos idées sur le bien et le mal, nos mœurs sociales." C.Castaneda, Le voyage définitif, p.266

 

 

"Quelqu’un a dit de la même façon à celui qui pensait avoir le pouvoir de le condamner ou de le gracier « tu n’aurais sur moi aucun pouvoir si celui-ci ne t’était donné d’en haut ». C’est ce qui m’a toujours rendue forte dans les situations de soi-disant victime. Car connaissant cette phrase, et l’intégrant dans la situation qu’on est en train de vivre, on ne peut plus être victime. Car les situations ne dépendent plus des prédateurs, mais de la conscience supérieure qui ne nous veut que du bien. A partir de là, la question à se poser n’est plus "Pourquoi je suis une victime", mais pourquoi la conscience supérieure me permet de vivre ça. Que veut-elle m’apprendre ? Qu’est-ce qui dans cette situation va me faire grandir ?" Anna l'en-quêtrice 

 

Bonne en-quête à toi !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0