Témoignage 306 - Caty et Emmanuel - Bilan du visionnage de vos vidéos

 

Comme vous le savez, notre curiosité était d'en savoir plus sur le réseau Léo. C'est là que le visionnage de votre première vidéo nous amena directement à la dernière pour savoir où vous en étiez ! Et là, c'est le triple waouh !!!

L'addiction est en prise, les insomnies ont commencé. Nos soirées étaient réglées avec deux trois vidéos. À ce jour nous les avons presque toutes vues.

 

Il nous a fallu une semaine pour se rendre à l'évidence, qu’il était vital de passer à l'alimentation PaléoCèto (nous étions végétariens depuis 20 ans). La transformation a commencé rapidement, avec la régression rapide de symptômes pathologiques.

 

Mais la plus grande compréhension était celle de la prédation, la voyant chez les autres mais pas chez moi à ce point-là ! Cathy est plus affûtée à la reconnaître rapidement et l'apprivoiser au bon moment.

 

Le visionnage de vos mémoires "cagotes" ont fait resurgir les nôtres de manière exponentielle. Nous effleurons aujourd'hui nos mémoires communes de chiens errants persécutés, d'esclaves "Gorée au Sénégal". Les résonances du RSA et Pôle emploi avec cette autorité patriarcale ont rappelé ces étapes par lesquelles nous transitons encore !

 

Le lieu où nous vivons est devenu évident. Un mas de l'époque Templière (ancienne commanderie) qui avait été brûlé pour chasser les moines Templiers qui y vivaient.

Il paraîtrait que la route de Jérusalem qui passe par le Pompidou passe aussi par la propriété où nous sommes. De plus les propriétaires actuels qui sont de jeunes amis sont directement descendants de la famille Saillens qui est le nom du lieu (eau qui jaillit). Les Saillens étaient les gens du peuple à qui l'autorité catholique avait donné cette partie de montagne après l’expulsion des moines... toute une histoire génétique et de filiation incroyable.

 

Nous avons découvert il y a quelques jours avec Aude (la jeune proprio) et un sourcier qu'elle avait fait venir, qu'il restait des vestiges d'un ancien temple écroulé et des escaliers de géant datés de plus de 1000 ans.

 

Pour nous l'inquisition se rejoue sur les 2 lieux où nous avons habité près du village de Saint-Jean-du-Gard (30). Tout ceci pour nous faire comprendre que notre mission est aussi celle de pacifier ces mémoires à l'intérieur de nous.

 

Notre camion est son renouvellement d'assurance nous encre ici pour une quinzaine de jours encore. Nous aimerions vous inviter chez nous, car la maison est grande, pour vous faire partager ce qui s'y passe, découvrir ce lieu et ses mémoires. Ce vieux massif de l'époque primaire qui n'a jamais été englouti, ces menhirs, ces traces paléolithique et ces pierres sont bien là !

 

Si ça ne se fait pas nous venons de toute façon à vous plus tard que prévu, mi-décembre et avec un moteur neuf !

A bientôt.

 

Catherine (Caty) et Emmanuel

Écrire commentaire

Commentaires : 0