Témoignage 412 - Cédric L - L'amour détaché des choses

 

Je ne sais pas si la pertinence de ce texte vous est appréciable ou non. C'est une chose qui est sortie de moi, et qui végétait depuis un certain temps dans une case de choses à sortir durant une période incertaine. Je vous laisse l'appréciation d'en recevoir le partage et d'en accorder une continuité.  

 

 

Souvent on entend à tout va cette expression de « l’amour inconditionnel », mais comment envisage-t-on ce que cela implique dans les énergies ? Une autre formule qui semblerait plus juste serait « l'amour impersonnel ».

Voyons alors qu'est-ce qui peut différencier ces deux formes. Et n'oublions pas que les mots ont des valeurs très importantes dans les énergies, et dans le maintien d'attachements ou de possessions que l'Être peut exercer, sans forcément s'en rendre compte, sur les personnes et sur les choses et les animaux.

 

Lorsque l'on parle d'amour inconditionnel cela implique que l'on donne de l'amour sans condition, que l'on n’attend rien en retour, qu'on choisit de se mettre dans cette position pour donner de nous-même aux autres. On ressent en nous alors une certaine emprunte, celle de la valeur que l'on porte à cette forme. On parle de condition et de non condition. C'est à dire qu'on ne donne pas de condition à cela. Mais on s'aperçoit que nous exerçons une certaine volonté, que cela vient de cette volonté, de nous, de notre Être, de la personne, c'est moi qui donne de l'amour inconditionnel, par ce que je suis en train de suivre une forme de condition, un mouvement, une façon de faire qui est dans la mesure du moment, dans les pratiques de la civilisation dans laquelle je suis.

Ainsi je suis conditionné à suivre cette pratique, et je m'identifie à cela, je suis amour inconditionnel, c'est moi qui, c'est le je, qui participe au jeu. Ainsi je dépose une partie de moi dans cet effet, dans cette énergie, et je suis en train de suivre une forme de directive que je m'impose. Je suis alors encore dans un carcan, celui d'une forme spirituelle désaxée.

 

Désaxée pourquoi ? Par ce qu'elle suit des préceptes de préservation de l'identification, qui garde alors une trace d'accroche en l'Être, une valeur, un sentiment de gratification. L'Être en amour inconditionnel pose souvent des conditions en lui, il prétend qu'il ne veut pas donner d'amour à des entités qu'il considère comme néfastes, car il n'aura pas su accueillir en lui ces choses rejetées. Sous cette forme alors, dans cette identification, la personne agis sur les énergies et essai de les contrôler, et alors exerce encore, sans s'en rendre compte, et il n'y a pas à voir une chose bonne ou mauvaise en cela, une emprise sur ces choses, de par la valeur qu’il dessine dessus. Il ne faut pas se leurrer, c’est une forme d’attachement et de répulsion qui persiste.

 

L'amour impersonnel est impersonnel par essence. Il ne demande pas à la personne de s'identifier à cette force qui est l’amour, il ne l'invite pas à se prémunir de sa valeur face à l'élan de cette force qui émane de lui. L'Être sait pertinemment qu'il ne contrôle rien, que les flux de l'amour qui se véhiculent et passent en lui ne lui appartiennent pas, et qu'il n'est pas du tout en mesure de mettre une valeur dessus. Il ne peut être qu'observateur de ce qu'il se passe. Lorsqu'il se voit être dans l'amour impersonnel, même s'il exprime qu'il envoi de l'amour, il sait que cela ne vient pas de sa propre volonté, mais il exprime simplement qu'il sent que quelque chose se manifeste, il n'essaie pas de créer quelque chose, de faire en sorte que quelque chose se passe, de forcer les choses, il laisse juste l'amour faire ce que bon lui semble, et se voit alors juste être le réceptacle de cette force, qui passe dans son corps pour ensuite aller résonner dans d'autres corps.

Pour lui cet amour est libre, il n'a pas à y imposer sa volonté, ou une quelconque condition. Il sait que cet amour s'en va même sur des Êtres que d'autres rejettent avec force, et cela ne lui pose aucun problème, car c'est l'amour qui choisit où il se dirige, non pas l'Être, l'égo ou la personne. Il sait que l'amour est libre, et n'est pas condition de sa propre volonté, et qu'il n'y a surtout rien à bloquer. Cela ne lui appartient pas, il n'a pas à s'identifier à cela. Il voit les autres alors comme un ensemble, et non pas comme des éléments séparés, il ne peut rejeter les autres formes, ou considérer qu’elles n’ont pas le droit de recevoir cet amour, étant donné qu’il sait très bien que c’est l’amour qui fait que les choses existent, et que de les en priver reviendrait à vouloir les amoindrir. Il n’a pas alors à considérer si un Être devrait ne pas en recevoir ou au contraire en être baigné, car tout vie de par l’amour, et que cela n’appartient à personne.

 

Ainsi voilà pourquoi l’amour nous traverse et nous fait vivre tout un tas d’expériences, c’est juste pour nous faire comprendre cela, que ce n’est pas à nous de décider si l’on doit être en condition ou en non condition, il n’y a rien qui ressorte de la volonté d’une personne qui puisse exercer une quelconque emprise sur cette force, ou un quelconque maintien, ou un sentiment de le diriger nous-même, l’amour est liberté, l’amour est libre, il ne s’impose pas, juste il est, et dans sa grandeur il ne demande pas qu’on le glorifie ou qu’on en fasse tout un tas d’éloge. Il n’a pas besoin qu’on le représente, juste qu’on l’accueil lorsqu’il vient en nous, et qu’on le laisse nous guider dans l’expérience qu’il nous invite à faire.

Et c’est en cela qu’il n’y a rien à juger, car c’est l’amour qui décide, qui voudrait juger l’amour ? Les Êtres arrivent dans des expériences de vie parce que c’est cette force qui les y amène. L’acceptation de cela est l’acceptation de la vie, tout entière, sans restriction et sans condition. Nous avons juste à vivre l’amour, dans ces expériences. Bien sûr des fois cette force nous met des pièges, qui sont de l’utilité d’affiner notre discernement et notre sens moral. Il nous pousse dans des barrières, afin de voir si nous sommes capables de na pas les franchir tout en supportant la force d’attraction qu’il exerce en nous. Et ces exercices nous donnent parfois à vivre des choses fantastiques, mais dans ces choses se dresse la mesure de l’attachement par l’émotionnel. Et l’amour exerce alors sa pression sur cela, afin de nous mettre à l’épreuve. C’est à nous de savoir vivre les expériences et les relations sans nous laisser happer par cette force d’attraction de l’attache. Là est le réel enjeu de la vie, l’en-je, voir ce qu’il se passe en nous.

 

Cédric L

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Layla (samedi, 02 mars 2019 18:55)

    Texte très inspiré. Merci.