Témoignage 516 - Denis C - En route vers ma libération

 

Bonjour à toute l'équipe,

 

N'ayant pas trouvé d'onglet présentation (la raison de ce courrier) je passe par l'onglet contact. 

Je me prénomme Denis, j'ai bientôt 52 ans, j'habite Piennes, petite commune minière (mes grands parents italiens sont venus travailler dans les mines, mon père aussi) du nord de la meurthe et moselle. Je vis seul depuis bientôt 6 ans, j'ai deux enfants de 20 et 22 ans et je survis en ayant occupé des emplois différents. Actuellement je travaille en MAS (maison d'accueil spécialisée pour personnes handicapés mentales et physiques) depuis 2015 en CDD.

 

J'ai connu votre site voilà quelques temps, en 2017 je crois. je n'avais fait que le survoler quelques jours. Et étrangement je retombe dessus en ce début de janvier. Mais là je ne l'ai pas que survolé, je l'ai dévoré. Plus moyen d'arrêter, je suis plongé dedans. Tellement dedans que je me rends compte que je n'ai rien fait d'autre depuis bientôt 3 semaines. 

 

Ce que je sais maintenant c'est pourquoi je n'ai que survolé votre site en 2017. Je m'explique. J'ai passé ces 3 dernières années à lire, me documenter sur différents sujets très variés afin de trouver des réponses aux questions que je me posais. La question centrale étant : Qu'est ce que je suis venu faire dans cette galère, c'est quoi ce "jeu' ? Pourquoi ?

 

Je me disais depuis bien longtemps, c'est un sacré bordel ici quand même. Nous sommes tous là à nous plaindre que pas grand chose fonctionne, à faire l'autruche sur la misère du monde, à se regarder le nombril etc. Quand on croit que ça va, vite fait y a un truc qui nous fait dire, ben non ça va pas... des vraies montagnes russes.

 

Toutes les infos collectées m'ont permis d'ouvrir un oeil sur le voile cachant la réalité de notre condition humaine. J'ai pris conscience. Elles m'ont surtout permis de bien comprendre vos écrits, de bien sentir la vibration qui s'en dégage. Là je pleure, tellement, tellement ils sont édifiants, plein de Vie, de Réalités. Je pleure (c'est mon prédateur qui pleure, il sait que je sais, alors il a peur et, moi aussi lol).

 

Bon, ben je ne sais plus ce que je voulais dire là. Pas grave, j'ai réussi à faire un pas c'est déjà ça. Je dis réussi car comme beaucoup, des pensées du genre, à quoi bon écrire, ils ont d autres choses à faire, ça va pas servir à grand chose etc, sont apparues. Tiens, Il y a les cloches de l'église qui sonnent pour un enterrement (un signe) au moment où j'écris. Belle synchronicité, là je souris. Ben oui je dis à mon prédateur, n'ai pas peur c'est pas toi qu'on va enterrer...

 

Surtout que moi j'ai encore plus peur que lui. Par exemple j'ai souvent envie de tout envoyer balader, et ben il me retient fort. Il sait que j'ai peur, il joue là dessus le bougre. Je ne sais pas de quoi sera fait mon avenir, ma nouvelle conscience s'installe. Je sais juste que j'ai des nouvelles cartes en main, comment vais-je les jouer c'est une autre histoire pour le moment. Simplement à l'instant présent je suis content de vous avoir découvert. 

 

Je suis en état d'isolement la plupart du temps, isolement plus ou moins volontaire. J'ai du mal à être en relation comme avant avec les autres car je ne peux pas parler de ces choses. J'ai essayé, maintenant au boulot on m'appelle l'illuminé. Mes autres relations écoutent un peu mais je sens que ça les intéresse pas vraiment. Je comprends pourquoi et ça ne me dérange pas je le vis bien. Simplement je sais qu'il me faut progresser, apprendre toujours et encore. C'est comme une drogue, ça occupe mes pensées tout le temps. Je sais que ce que je vis au quotidien entouré de gens inconscients ne me permet pas d'Être. Là je suis en congés depuis 3 semaines et j'appréhende le retour. Alors bientôt se posera la question (elle se pose déjà en fait), je fais quoi maintenant que je sais ? Je ne sais pas, je ne projette rien, je vais laisser germer.

Peut-être un jour passerai-je vous voir, peut-être des personnes se réveillant vont se mettre sur mon chemin ? Comme vous dites, je sauterai ou je sauterai pas.

 

Voilà, j'aurai encore plein de choses à dire. Je vais arrêter là en vous remerciant d'avoir pris le temps de me lire. Et surtout un énorme merci pour vos écrits qui permettent d'agrandir ma conscience. Je vous fait des gros bisous plein de Respect.

 

Denis

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Pau (vendredi, 07 février 2020 14:25)

    Bonjour Denis,
    ton message résonne avec ma situation. Que faire maintenant que je sais, pas où commencer? Avoir confiance...plus facile à dire qu'à faire...Sauter ou ne pas sauter. J'ai peur, moi aussi, mais je sens bien qu'il faudra la surmonter et SAUTER, pas d'autre alternative sinon la galère de revivre ces mêmes souffrances encore et encore... Et ça il en est hors de question!!! Plutôt mourir, façon de parler car on sait maintenant qu'elle n'existe pas mais n'est le début d'un éternel recommencement...

  • #2

    Denis C (dimanche, 09 février 2020 22:31)

    Bonsoir Pau,

    Je viens de prendre connaissance de ton message à l'instant, et je t'en remercie.
    Quand tu dis "Pas d'autre alternative sinon la galère de revivre ces même souffrances" et, "...il est hors de question!!! plutôt mourir". Tu donnes la réponse à que faire il me semble.
    Nous ne nous connaissons pas mais si tu veux échanger sincèrement je suis ok.
    Au plaisir, Denis.

  • #3

    L'équipe LEO (lundi, 10 février 2020 20:47)

    @ Pau
    Si tu souhaites entrer en contact avec des lecteurs-enquêteurs LEO, nous t'invitons à t'inscrire au cénacle en te présentant un tant soit peu et en relatant brièvement ton parcours.
    A bientôt !