Témoignage 604 - Orlane B - L’étau se resserre

 

Bonjours à tous.

Voici mes dernières impressions et interrogations. Je suis toujours à la recherche de la vérité.  A vous de voir si vous voulez le publier. Je vous envoie deux photos avec des tableaux que je peints. Il y a les bulles de passage sur l un d entre eux j en parle dans ma lettre. Si vous ne les ressentez pas et bien poubelle.
Je continu mon chemin et espère avoir la force de vaincre me peurs.
Merci à tous.

 

° ° °

 L’étau se resserre

 

Dernière nouvelle en ces temps troublés. En décembre j’ai annulé un rendez pour un scanner du genou. En 2012 je me suis blessé ce même genoux. J’ai annulé car je sais maintenant qu’il faut se positionner. Voici ce que j’ai justifié : je ne voulais pas passer de test PCR car j’estime être en plein santé physique et moral et que je ne voulais plus enrichir big pharma. J’ai fait mon choix je garde l’intégralité de mon corps physique et je fais confiance à la nature.

Mon concubin et ma fille ne sont toujours pas vacciné mais pour combien de temps. Je lutte avec moi-même, la peur de l’avenir d’être enfermer, je ressent l’oppression de la perte de liberté. Mais en relisant les réponses des derniers messages, je prends conscience que je ne suis pas seul dans ce combat. Depuis le 20-21 décembre, pour moi l’épée divine vient de tomber c’est ce que je ressens. Je ne sais pas ce que sera le futur.

 

Cette année je dois apprend a vivre au présent c’est un cadeau, je dois me reconnecter à mon cœur, et faire preuve de tolérance et pardonner. J’avance sur mon chemin de non vacciné. Il n’est plus temps de faire marche arrière « les carottes sont cuites ». Pour l’instant j’ai encore un travail. il va falloir que j’accepte leur façon de penser différente de la mienne, j’ai envie de crier réveillez-vous.

Juste avant les vacances, j’ai eu la réflexion que je ne porte pas le masque et qu’en plus je ne suis pas vacciné. J’allais contaminer toute le monde. J’ai répondu en colère que de toute façon, s’agissant d’une grippe, l’année prochaine se sera pareille. Il va me valoir un centrage et un travail quotidien pour ne pas céder à la colère et accepter leur pensée limitante. Même si je me sens enfermer dans un étau, et que je veux en sortir.

La petite voie me dit : n’ont ’il pas fait juste un choix diffèrent du tient. Qui je suis ? J’aime la nature, le jardin, la peinture, et le modelage avec la terre l’argile. Ces activités c’est du pur bonheur.

Mais qui suis-je ? une personnalité tronqué ? ou suis-je endormi dans un rêve ?

 

J’ai toujours des difficultés pour dormir. J’ai toujours du mal à respirer, je respire avec une narine sur deux et cela me réveille. J’ai l’impression d’être dans un néant un vide. Je n’ai plus de sommeil profond, mais je ne suis  pas plus fatigué. Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive ?

Jeune, j’avais vu une machine infernale me semblant électrique ou magnétique, j’étais dans l’astral, et il semblait que c’était le seul passage, mais je savais qu’il ne fallait pas l’emprunter lors de ma mort, mais alors aller où ?

 

Aujourd’hui, j’ai donc pris la décision de me créer une protection, je visualise mon propre  tunnel me reliant de la terre à l’infinité des mondes d’en haut, je n’en vois pas la fin. Je me raccroche aussi au dernier rêve éveillé que j’ai fait ; est-il vrai ou est-ce un autre mensonge de la matrice ? Je ne sais pas, mais je me sentais libre heureuse et être dans un bien être infini : Une terre, tout est plus léger, fluide, même nos corps.

J’avais l’impression de ne pas marcher sur le sol mais d’être au-dessus de l’herbe a une certaine distance. Cette espace est : « aura » me dit-on. On peut se connecter aux arbres, aux animaux, aux fleurs, ce monde n’est pas figé comme ici. Une pensée, et nous pouvons changer de forme, c’est l’impression que j’en ai eu.

Une petite voix joyeuse répétés « ils s’arrivent, ils s’arrivent » tout en rigolant de nous car nous ne savions plus comment faire pour simplement marcher. Je voyais descende du ciel plein de petit étoile-bulle, c’est nous, nous avions réussi a passer. 

 

Lorsque je lutte contre la tristesse de la séparation d’avec les êtres que j’aime, je me console en me disant que de toute façon, ils m’oublieront quand même, puisqu’il traverseront le fleuve de l’oubli (co cette machine dans l’astral). Peut-être, là-haut, notre conscience nous permettra de leur envoyer de l’amour pour les aider à passer dans un prochain temps. 

Beaucoup de courage pour tous les chercheurs comme moi, que notre éveille continue sans relâche.

Merci infiniment à vous tous  pour les connaissances que vous nous apporter et votre soutien.

 

Orlane B

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0