"Ni bien ni mal, simplement animal !" de Ghislaine Lanctôt

Évaluation du réseau LEO

SDS SDA

Commentaire :

 

Pour vous faire votre propre avis et exercer véritablement votre discernement, il est conseillé de visionner la vidéo avant de lire ce commentaire.

 

Nous précisons ici que l'évaluation se rapporte spécifiquement aux informations délivrées dans ce film.

 

 

 

Ghislaine Lanctôt ou Ghis est une femme qui a traversé de profondes initiations, telles que des conditions carcérales sciemment vécues. Au travers de nombreuses expériences et informations constructives qu'elle transmet, elle a acquis une certaine lucidité quant aux pièges de la Matrice prédatrice.

 

Les informations pertinentes qu'elle met à disposition et qu'elle va chercher au-delà du voile du mensonge, sont extrêmement précieuses pour approcher d'autres réalités. Son regard généralement avisé – comme lorsqu'elle s'exprime dans le contexte actuel d'une telle loi sur la sexualité –, peut aider à développer un discernement quant au fonctionnement "pervers" du monde de 3ème dimension.

 

Affirmer que la sexualité n'est ni bien, ni mal, simplement animale, est tout à fait approprié puisque la sexualité charnelle fait partie des conditions de 3ème densité dans lesquelles par ses pulsions à satisfaire, l'humain s'apparente bien plus à un animal, qu'à un être doté de conscience, de sensibilité et de discernement. Et pour cause !

Lorsque nous parvenons à entrevoir et accepter que l'entité qui pense à travers nous et exprime sa réalité à travers notre conscience humaine, nous pouvons tout à fait comprendre que les besoins que nous projetons et manifestons, sont ceux de notre prédateur et certainement pas les nôtres.

Son fonctionnement primitif et bestial, propre à sa nature, se prolonge jusque dans notre dimension et conscience humaine et se manifeste dans notre réalité, jusqu'à ce que nous réalisions que ce n'est pas nous qui manageons notre quotidien et nos besoins, mais que ce sont ces besoins primaires (que nous autorisons), qui nous mènent par le bout du nez. Nous sommes tout simplement gouvernés par les pulsions du prédateur aussi longtemps que nous n'en avons pas conscience.

 

Ghis a très certainement vécu et perçu les pièges que lui tendait la sexualité et partage légitimement une théorie sur laquelle nous sommes en accord. Par contre en ce qui concerne la pratique, il y aurait encore à redire. Et c'est en ce sens que la prédation use de ses stratagèmes, nous laissant croire que nous "devons" atteindre un objectif bien précis pour nous libérer. Ce qui est vrai ! Mais ce qui est omis et n'est pas précisé, c'est que cette "libération" nécessite un long cheminement, un processus d'expérimentation et d'évolution, au travers duquel notre conscience apprend à s'accroitre.

 

De plus, le mécanisme d'évolution de l'instinct sexuel varie d'une personne à l'autre et à 30 ans, il n'est certainement pas le même qu'à 70 ans. Cette différence est due au vécu, donc à la conscience qui acquière une certaine maturité au fil de ses expériences.

 

Transmettre crûment ce genre d'informations, sans passer par l'explication du vécu, peut s'avérer une belle porte d'entrée pour la prédation et devenir sujet à multiples interprétations. Mais seuls ceux qui sont capables de percer le voile de la 4ème dimension sont à même de repérer cette porte, la faille par laquelle s'immisce le prédateur.

 

La sexualité "animale" est le moteur de toute vie en 3ème densité, et reste indispensable pour la reproduction de l'homme soumis au cycle de "mort - naissance" du processus de réincarnation, alors qu'elle n'est plus nécessaire, donc quasi inexistante, dans les densités supérieures au "Service d'autrui - SDA", dans lesquelles l'esprit de l'homme retrouvera toute la conscience de son immortalité.
La transition autorisera alors celui qui se sera préparé, à la maîtrise de son corps et son passage dans les densités plus élevées, dans lesquelles le programme/réflexe de procréation sera complètement obsolète.

 

C'est donc en vivant et expérimentant le plus consciemment possible les pulsions du prédateur (tel que le relate Nina-Edwige dans son expérience courageusement dévoilée) que, par l'acquisition de la Connaissance, nous nous autorisons progressivement à inviter "la bête" à évoluer avec nous vers une nouvelle conscience d'un futur au "Service d'autrui - SDA".

 

De cette manière nous redécouvrirons la véritable androgynie, qui est libre de toute sexualité dépendante l'un envers l'autre, donc dépourvue de ses pulsions animales et prédatrices…

 

Mais pour le moment, nous sommes encore incarnés en cette densité pour expérimenter le difficile parcours de la polarité SDS vers la polarité SDA, et c'est un apprentissage de longue haleine que de se désidentifier des égrégores de pensées qui manifestent encore notre réalité actuelle.

 

La sexualité est un programme à la fois, très difficile à outrepasser mais peut également se révéler très efficace pour prendre conscience du piège de la matrice "sexuelle". Il se manifestera quasiment sur toutes nos lignes dimensionnelles d'existence pour que nous puissions nous libérer de ses mémoires karmiques et transdimensionnelles.

 

Ces étapes se jouent nécessairement par une oscillation expérimentale (tel un pendule) avant de trouver l'équilibre. Cet équilibre sera salutaire lorsque nous serons plongés dans des fréquences de résonance de consciences supérieures, propres aux univers au "Service d'Autrui - SDA".

 

Les mémoires de viol sont un bon exemple chez la femme qui dans un premier temps a tendance à se réfugier dans les extrêmes :

- soit elle se conforme complètement au moule sexuel et pervers du patriarcat dont son prédateur se nourrit,

- soit elle se coupe délibérément ou inconsciemment de tous ses sens et n'éprouve que très rarement du désir. Et là encore son prédateur se nourrit, mais de manière plus détournée…

 

C'est donc en traversant ce mode boulimique ou anorexique en rapport avec la conscience de la prédation (que l'on peut aisément reconnaître dans le lien à la nourriture), que le pendule tend à s'équilibrer.

Car ce n'est ni par l'abstinence, ni par une sexualité débridée, qu'une réelle émancipation des frontières de 3ème vers la 4ème densité, est possible.

 

En orientation SDA, nous savons que notre prédateur personnel de 4ème densité SDS, qui a néanmoins un besoin vital de se nourrir, continue à se sustenter. Mais c'est simplement le "type" de nourriture (la fréquence vibratoire) et le mode de nutrition (physique, hormonal ou émotionnel) qui graduellement évolue.

 

L'aliment énergétique "sexuel" passe de la qualité excitative à la qualité extatique, et au lieu d'être extraite "de force" (par l'excitation), l'énergie "offerte" est alors partagée d'un commun accord entre l'individu et "son prédateur" (par l'extatique) pour que ce dernier puisse jouer le rôle de l'enseignant. (Voir à ce propos le dialogue n°37 de Sand & Jenaël)

 

(Ce principe complètement opposé aux règles de conduite d'une conscience humaine, est très difficile à expliquer "simplement" et encore plus "immoral" à concevoir. Il fera certainement l'objet d'un dialogue ou d'un reportage à venir.)

 

L'animal sauvage en passe d'être accepté et apprivoisé, a de moins en moins de raison de montrer sa face "sombre et prédatrice"…
Et effectivement l'humain prêt à basculer dans une cheminement SDA de conscience supérieure, ne sera plus conditionné à "faire l'amour", s'accoupler ou copuler, mais un réel échange d'énergie aura lieu à un autre niveau. Il ne passera plus par le chakra sexuel et primaire (pulsions sexuelles animales), mais s'établira au niveau des chakras supérieurs (pulsions "énergétiques" de pensées, sentiments et perceptions spirituelles) qui engendrera un échange de ressentis et d'informations (la véritable Connaissance) qui surpassera de loin le "domaine de la sexualité charnelle".

 

La nouvelle forme d'échange "sexuelle" entre masculin-féminin en 4ème densité, consistera donc à échanger de la lumière/informations et non plus à se soutirer de l'énergie vitale par le sexe. L'Être humain retrouvera donc une forme d'androgynie proche de celle qu'il connaissait avant de se perdre dans les mondes de 3ème densité SDS.

 

L'aspiration profonde de chacun serait précisément d'allier ces deux polarités (féminin, masculin) par leur collaboration dans un travail de recherche d'informations et d'échange de connaissance. Ce rééquilibrage ne doit-il pas justement se manifester au travers d'une véritable alchimie du couple, mariant l'intellect et l'intuition ?

 

Nous avons bien conscience qu'en 4ème dimension, nous ne sommes pas censés savoir ce qu'il advient de la sexualité, mais nous pouvons nous en faire une idée.

 

Tant que nous évoluons en 3ème densité, notre physiologie répond encore, un temps soi peu, à des besoins "primitifs-animal". L'acte sexuel, s'il subsiste toujours pour la majorité des gens, va dépendre de la conscience et de l'importance que nous lui accordons.

 

Il équivaut à la conscience que nous entretenons vis à vis du corpus prédateur et de son mode opératoire, du "décryptage et la Connaissance " et enfin, de notre rapport envers notre prédateur attitré.

 

Les voies chamaniques ou alchimiques pratiquées et enseignées par les vrais initiés, décrivent les différentes étapes d'une déconstruction totale de l'être par lesquels chacun doit devoir passer (c'est la Nuit Noire de l'âme ou l'Œuvre au Noir). Cette déconstruction passe par une reconnaissance du rôle du prédateur et un rapport intime avec son univers.

Les seuls êtres qui parviennent à s'affranchir des lois de la Matrice (donc réaliser le Grand Œuvre) sont ceux qui renaissent enrichis par la connaissance qu'ils ont puisé du monde SDS et qui surtout par la Connaissance, ont acquis un regard sans parti pris sur la réalité de ce monde.

 

Alors oui, la sexualité charnelle est animale, mais c'est uniquement en apprivoisant (sans culpabilité) l'animalité en soi – ce qui veut dire apprendre son langage, ses besoins et y répondre au mieux –, que nous acquerrons en retour la Connaissance indispensable à l'évasion. Évasion qui nous ouvre sur de multiples univers, dont certains au Service d'Autrui, seront vraisemblablement dépourvus de l'énergie de l'attraction sexuelle et d'une libido débridée, alors que d'autres au Service de Soi, en resteront très fortement dépendants.

 

Finalement Ghislaine Lanctôt, a certainement "recueilli" des informations transdimensionnelles via son Soi supérieur, et c'est certainement l'une des rares qui, à propos de la sexualité, s'exprime ouvertement de cette manière.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Nina (dimanche, 22 janvier 2017 23:07)

    Merci beaucoup pour cette analyse pertinente et percutante !
    Je souscris tout particulièrement à ces deux paragraphes qui me parlent énormément, mes commentaires sont entre parenthèses :
    "La nouvelle forme d'échange "sexuelle" entre masculin-féminin en 4ème densité, consistera donc à échanger de la lumière/informations et non plus à se soutirer de l'énergie vitale par le sexe. (D'autant plus que ce soutirage d'énergie sexuelle se ferait surtout au détriment de l'évolution de nos âmes comme l'enseigne le tantrisme blanc).
    L'Être humain retrouvera donc une forme d'androgynie proche de celle qu'il connaissait avant de se perdre dans les mondes de 3ème densité SDS. (Cette chute dans la 3D à l'origine de notre perdition aurait été causée par le fait d'avoir succombé à l'orgasme sexuel, fruit défendu de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. En d'autres termes le fait pour l'humanité d'avoir privilégié la sexualité charnelle pour le seul plaisir physique, à la sexualité spirituelle dont la finalité est de nourrir l'âme.)
    L'aspiration profonde de chacun serait précisément d'allier ces deux polarités (féminin, masculin) par leur collaboration dans un travail de recherche d'informations et d'échange de connaissance. Ce rééquilibrage ne doit-il pas justement se manifester au travers d'une véritable alchimie du couple, mariant l'intellect et l'intuition ? "
    (En effet et pour ceux comme c'est mon cas, qui n'ont pas la possibilité de réaliser ce cheminement en couple dans cette densité, il incombe de travailler à l'équilibrage et à l'intégration de toutes ces polarités duelles d'abord en soi et pour le Soi.)
    Tout est parfait ! Merci pour ce partage !

  • #2

    omayo (samedi, 28 janvier 2017 10:36)

    Bonjour tout le monde, cette video de Ghis m a fait sourire, car je me retrouve tout a fait dans cette demarche , ca fait en effet quelques annees que je refuse tout contact sexuel, apres avoir eu une vie riches en aventures amoureuses .Mes refus (assez nombreux finalement puisque inscrite sur meetic....lol) ont ete compris comme venant d une femme judeo chretiennement bloquee dont les hormones ne fonctionnent plus correctement, ce qui peut etre vrai aussi, et moi meme je ne me comprennais ni ne me reconnaissait plus, sans compter que mon attitude me condamne a la solitude puisque visiblement vivre a deux inclus forcemment une relation sexuelle, simplement pour soulager les hommes qui disent etre soumis a une insupportable pression sans copulation ...moi je tourne le dos et pourtant je laisse la porte ouverte a une relation exceptionnelle ou il y aurait des echanges profonds et ou tout serait envisageable! Ce sera une relation spirituelle...ou rien...Ce que voulais dire c est que mon attitude qui etait instinctive et non reflechie est finalement tout a fait dans l ere du temps et que je n ai pas a chercher en moi ce qui cloche, heureuse de constater que je suis plutot saine d esprit et surtout que je peux me faire confiance.Merci aussi pour votre texte qui confirme que le veritable Amour tant recherche est a notre porte!

  • #3

    Sophrone (lundi, 30 janvier 2017 10:20)

    Et que la Femme Soit ! ... beaucoup plus qu'une simple génitrice.