Mon positionnement avec le système et Pôle Emploi - par Marielle

Suite à l’accompagnement que j’ai suivi fin 2016 pour créer (réactiver) mon activité de Thérapeute et les prises de conscience qui en ont découlé (voir ici) je fus convoquée par ma référente Pôle Emploi que je n’avais jamais rencontrée depuis mon inscription. 

Je découvris dans le courrier son nom et prénom qui me donnèrent des indices en langage des oisons.

 

Son prénom se décompose ainsi : âme-élie

Son nom fait référence à « ce qui brille »

 

J’avais gardé de l’administration en général dont j’avais expérimenté avec malaise  son fonctionnement de l’intérieur pendant 25 ans, un sentiment de déshumanisation flagrante dans laquelle les employés sont des « robots » au service d’un système, veillant à appliquer les règles de ce système sans état d’âme pour l’Humain.

 

Je compris alors qu’il ne fallait pas que je reste attachée au passé, que depuis 8 ans les consciences avaient dû aussi évoluer parmi les employés administratifs, en tous cas pour certains comme  la personne qui devait me recevoir.

 

J’allais donc au rendez-vous avec une confiance relative. Mes peurs restaient présentes mais tapies dans un coin, comme assoupies.

Lorsque cette ‘’âme’ ‘ vint me chercher dans la salle d’attente de Pôle Emploi, je découvris une jeune femme souriante avec un regard clair, lumineux (ne dit-on pas que les yeux sont le reflet de l’âme ?)

 

Pendant tout l’entretien qui dura bien 40 mn, elle m’écouta attentivement et semblait sensible à mes propos.  Elle comprenait que je faisais le choix d’être en alignement avec mes ressentis et mes valeurs humaines, que ce choix ne correspondait pas avec les conditionnements du système qui pousse à trouver un emploi reposant sur l’Économie, le profit, la rentabilisation (le service de soi!).

Elle me dit qu’elle me laisse du temps, qu’elle ne m’importunera pas avec l’obligation de trouver un emploi et que nous nous reverrons dans 5 mois pour faire le point et voir où j’en suis.

 

Elle me donna une copie du compte rendu de notre entretien qu’elle rédigea ainsi :

« Madame C.

Veuillez trouver ci-joint un résumé de notre échange.

Vous laissez de côté votre projet de création d’entreprise car vous vous êtes rendu compte finalement que l’aspect pécunier proéminent dans la création d’une structure (recherche de clientèle) ne correspond pas à vos valeurs personnelles. Vous réalisez en ce moment la rédaction d’articles au sein d’un blog et vous travaillez à l’écriture d’un ouvrage sur le thème de ‘’ l’Éveil de la conscience pour une société humaniste ‘’. »  

 

Je remerciais en mon fort intérieur cette « envoyée du Ciel » qui n’était en fait que le reflet de ma propre vibration.

Sur le chemin du retour chez moi me vint cette phrase :

« Si vous voulez du changement, manifestez-le dans votre vie »

 

Pour autant, il me restait ‘’une épine’ ‘ douloureuse à retirer, relative à un autre rendez-vous donné par le Conseil Départemental concernant « mon contrat d’engagement réciproque » qui me permet avec justificatifs, après concertation d’une commission, de continuer à percevoir l’allocation RSA. 

J’arrivais à la date limite de ma reconduction du RSA et le Conseil Départemental me demandait cette fois d’apporter des justificatifs de recherche d’emploi.

 

J’avais cette demande sous le coude depuis le 21 janvier 2017 et j’avais reçu en avril 2017 une convocation pour le 17 mai 2017 avec ma référente en insertion Socio-Professionnelle.

 

« Toute absence injustifiée à ce rendez-vous entrainera la suspension de votre allocation RSA »

 

Le ton était donné, le conditionnement par la peur continuait.

 

Je consigne depuis janvier sur des cahiers, par l’écriture, tout ce que je vis, au travers des situations, au travers de mes relations familiales, amicales et de couple ainsi que les résultats de mes propres recherches dans la Connaissance, confrontés avec les partages et recherches du Réseau Léo.

C’est pour moi un soutien important pour travailler à me libérer de mes peurs et de mes conditionnements.

J’avais donc commencé à écrire une lettre pour expliquer au Conseil Départemental, mon ‘’impossibilité de justifier une démarche de recherche d’emploi’ ‘.

 

Cette lettre fut réécrite plusieurs fois, sur plusieurs mois, au fil de mes changements d’humeurs. Le ton allait de la colère envers le système, à l’analyse de ce système, à mes prises de conscience et mon choix déterminé de sortir de la peur du manque d’argent, la peur de l’inconnu, la peur de trancher avec le passé, la peur d’être rejeté, incomprise.

Au fur et à mesure que je cheminais dans un travail personnel de dissection de mes émotions, de mes pensées, de mes croyances, avec le discernement nécessaire pour voir qui de mon mental, de mon prédateur, de mes autres « moi » multidimensionnels ou de mon ‘’En-Je’ ‘, dirigeait ma vie à chaque moment, la date de mon entretien approchait à grand pas.

 

Pour finir, je décidais d’être dans la transparence, le non-jugement et écrivis la lettre ultime que je joindrai au ‘’contrat d’engagement réciproque’ ‘ .

Pour précision, ce contrat est organisé sous forme de tableau avec des cases que l’on doit remplir, des phrases que l’on doit cocher.

Étant résolue à partager mon cheminement (qui ne peut rentrer dans des cases :-)) il était vraiment nécessaire que je joigne un courrier.

 

Ce courrier que j’ai donné à lire à ma référente ce 17 mai 2017, le voici :

 

« Je ne peux répondre à votre demande de justifier une démarche de recherche d’emploi.

En effet, depuis mon inscription à Pôle Emploi le xx xx 2016, j’avais le projet de reprendre mon activité de thérapeute psycho-énergéticienne. 

J’ai alors suivi, en accord avec Pôle Emploi l’accompagnement par Bxx Ixxxx du 10/10/2016 au 14/12/2016 afin de réactiver mon activité de thérapeute en tant que travailleur indépendant (dispositif ACTIV’ CREA) 

En parallèle j’ai participé en novembre 2016 à une réunion d’information sur Oxxxxxx proposée par la CAE Oxxxxxx Cxxxxxxx de R.. J’y avais rencontré Mme G., gérante de cette CAE qui m’avait remis un dossier d’inscription à compléter car j’étais décidée à intégrer la CAE courant 1er trimestre 2017.

Mais il m’a été impossible de compléter ce dossier car depuis la fin d’année 2016, je vis un processus d’ « Éveil de Conscience ».

 

Toutes mes croyances et certitudes ont volé en éclat. Cet éveil de ma conscience me donne accès à une Connaissance (différent du savoir) qui bouleverse ma perception de Qui Je Suis et de la réalité qui m’entoure.

 

Cet éveil me révèle les illusions sur lesquelles se repose l’Humanité, par ignorance et conditionnements, entretenues par un Système sociétale, politique et économique.

J’ai compris alors qu’exercer une activité de Thérapeute n’avait plus de sens pour moi.

J’ai entrepris depuis janvier 2017 des recherches transdisciplinaires, associant entre autres les neurosciences, l’épigénétique, la métaphysique, l’Histoire des civilisations, la cosmologie, la physique quantique afin de comprendre le processus que je vis.

J’ai commencé un travail d’écriture dans lequel je témoigne de mon vécu et des résultats de mes recherches. 

 

Je partage aussi le fruit de mon expérience sur le web, sur un blog et je participe avec d’autres personnes concernées par ce processus à des réunions de mises en commun de nos découvertes et expériences liées à l’Éveil de la Conscience. 

De plus en plus de personnes expérimentent ce processus et leur vie en est bouleversée. 

 

Certaines de ces personnes se sentent vulnérables, incomprises et complètement démunies, pouvant sombrer dans la dépression quand d’autres sont dans l’impossibilité de continuer à participer à un « système » basé sur la PEUR*(*peur du chômage, peur de manquer d’argent, peur de perdre ses biens matériels, peur de perdre sa santé ), à participer à un système basé sur la MANIPULATION par le mensonge et la malhonnêteté, à participer à un système gouverné par la Finance, par l’économie, par la technologie au détriment du VIVANT, de l’Épanouissement de l’Humain et du respect de son environnement.

 

Tout mon temps et mon énergie sont consacrés aujourd’hui à la communication et à la transmission d’informations et de témoignages sur ce processus d’Éveil de la Conscience ainsi que sur le partage de connaissances et d’expérimentations personnelles permettant d’aiguiser son discernement sur les vérités concernant notre réalité d’Être Humain et notre pouvoir de développer des potentiels génétiques non exploités jusqu’ici (liés à notre ADN).

 

J’apporte à mes nombreux lecteurs, mes compréhensions et mes connaissances afin qu’ils puissent développer leur discernement et observer « en conscience » toutes les intrications (des pensées, des croyances, des conditionnements éducatifs et sociétaux ainsi que des interactions transdimentionnelles sur d’autres espace-temps) participant à la création de leur réalité.

 

Mon processus d’Éveil de Conscience m’a permis de voir que mon projet professionnel reposait sur des peurs conditionnées qui me poussaient à développer une « clientèle fidélisée » permettant de m’assurer un revenu financier régulier.

Trouver un emploi pour sortir des statistiques du chômage tout en continuant de croire qu’il faut « travailler » pour avoir le droit de « vivre », n’est plus en adéquation avec ma perception de la Vie.

Car c’est parce que je suis « dans la vie » ‘’en conscience‘’ que je peux proposer un service qui apporte une transformation dans la société en replaçant l’Humain au cœur de la Vie.

 

Le travail aujourd’hui est assimilé à une fonction sociale économique permettant de créer de nouveaux besoins chez les consommateurs (immobilier, technologie, loisir). Le travail n’est plus facteur de créativité et d’épanouissement mais de pouvoir d’achat.

Le travail est devenu un moyen d’engranger d’énormes profits financiers pour une poignée de « privilégiés » qui abusent du pouvoir de l’argent contribuant ainsi pour une majorité de travailleurs à accepter un emploi stressant et aliénant par peur du chômage et de la pauvreté.

 

Mon activité actuelle ne m’apporte pas de salaire car elle touche principalement des personnes sans revenu. Pour autant, j’ai la satisfaction d’être en accord avec ma conscience et avec la Vie, dans le respect de mes valeurs humaines.

Ma contribution au service des autres pour l’Éveil des Consciences est rétribuée uniquement actuellement par l’allocation RSA que je perçois, tandis que certaines personnes se font rémunérer 7000 € par mois pour un emploi fictif ou portent un costume à 12000€, réglé par les contribuables.

 

L’équité n’est pas encore une des vertus de notre société.

 

Ce courrier est ma réponse franche et honnête à votre demande de justification. »

 

 

Ce 17 mai, au fur et à mesure que ma référente en réinsertion professionnelle lisait mon courrier, je voyais sa tête acquiescer de temps en temps à la teneur de mes propos.

Lors des précédents rendez-vous, elle était aussi sensible à ma démarche et à ma perception de la réalité du système, comprenant que le Monde devenait fou, que la notion de ‘’travail’ ‘ était de l’exploitation de l’Humain, que l’argent conditionnait le quotidien.  

 

A la fin de la lecture, comme si elle se sentait désolée, elle me dit :

« Ce n’est pas moi qui ai le pouvoir de décision de la reconduction du RSA. Vous recevrez comme d’habitude la réponse par courrier après délibération de la commission »

 

Je ne sais pas quel sera le résultat. J’ai seulement la satisfaction de m’être positionnée pour créer un nouveau futur tendant au service des autres. 

 

Ma confrontation au système est sûrement nécessaire pour me libérer de certaines peurs et pour accepter de me laisser informer par la Vie en conscience, plutôt que de rester dans la survie telle que la Matrice-Système, nous conditionne à être.

 

Malgré les turpitudes émotionnelles qu’occasionne mon cheminement, je reste persuadée que « celui qui est prêt, rentrera dans la nouvelle réalité », même si je ne peux actuellement percevoir la forme qu’elle revêtira pour moi.

 

Je ressens aussi l’appel de plus en plus fort pour changer de région et aller vers le sud de la France.

 

Ma rencontre physique avec le Réseau Léo dans les Pyrénées Ariégeoises du 13 et 14 mai m’a conforté en ce sens.

J’ai vécu cette rencontre comme une réunion avec ma famille d’Âme.

Les expériences de chacun faisaient écho avec mes propres expériences. Ce fut un moment très intense.

 

Je témoignerai prochainement sur les préparatifs et mon voyage de 900 kms pour rejoindre le groupe. La prédation transdimentionnelle a essayé de m’empêcher d’y participer et pourtant j’ai été merveilleusement accompagnée.

 

Bien à vous tous, 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0