Un centaure à la rescousse - par Sylfaen

 

Parfois, lorsque l'accès à la conscience et de fait à la Connaissance est dévié, bloqué, difficile, la supra-conscience a recours à différents stratagèmes d'alerte. C'est si subtil, si puissant. Et sans la Connaissance, pas de décodage possible, juste un plafonnement, un enfermement (enfer me ment).

Ma supra-conscience  me lance sans répit signe après signe pour me mettre sur la voie du cheminement véritable et me propose un large éventail d'outils pour mes recherches.

Toujours aidée de dico, entre autres. Des sens, une symbolique, s'y cachent. Cela me permet de conscientiser parfois le rôle d'un alter, l'influence d'une programmation.

 

*******

 

Un matin, au réveil, prise de conscience :

dans les précédents partages, j'avais parlé de me libérer de mes chaines, de mémoire d'esclave, du métier d'origine de mon père, charpentier et d'une adresse à laquelle j'avais habitée, justement, rue des charpentiers.

 

Je fais le rapprochement : ces éléments de puzzle se sont présentés sous la forme d'un centaure (être hybride issu d'une manipulation génétique transdimentionnelle tombé en 3D, d'après les explications de Jenael ; vidéo  l'esprit de la nature et la nature de l'esprit).

 

Voila comment cela s'est mis en place.

Emménagée dans la maison en avril 2018, des coups assez violents retentirent dans sa structure mi-juin. J'avais mis cela sur le compte de la chaleur de l'été, responsable de ce phénomène suite à l'humidité installée du fait que la maison n'avait pas été habitée pendant plusieurs mois.

Quel "manège" !

(dictionnaire étymologique du français : manège : lointain dérivé de "main" ; XVIe s. : équitation, XVIIs. :  intrigue ; XIXe s. :  chevaux de bois : emprunté à l'italien : maneggio, derivé de manegiare : "manier", lui-même dérivé de mano, du latin manus)

 

Quel vacarme !

(même dico : moyen néerlandais  wach arme  : "hélas ! pauvre de moi", nettement senti comme flamand au Moyen-Âge) vacarme qui dura plus d'un mois et demi et fini par perturber le sommeil de mon alter victime (pauvre de moi, tout ce bruit !).

 

L'alter/j'avais tellement besoin de repos après ce déménagement physiquement éprouvant. Fallait-il se laisser enquiquinée cpar un phénomène incompréhensible, pensais-je alors, excédée ? Dixit l'alter.

Un jour, à bout de patience : c'en tait trop. En plein emménagement, laissant le déballage des cartons de coté : spontanément en introspection, je demande à la maison quelle est la nature, la cause de ce phénomène. Ça semblera new age, mais je ne trouve pas d'autre "moyen" à ce moment là. J'évite cependant tout rituel que ce soit, genre prière, bougie, encens, pierres, etc. Je sens "instinctivement" que c'est entre la maison et ma conscience, sans autre Connaissance particulière. Après tout, me dis-je, je verrai bien. Puis, retourne à mes occupations.

 

La réponse arrive quelques temps après, lors d'une énième série de coups violents : Un centaure. Sa patte arrière gauche frappe les murs, la droite étant enchaînée. Les coups s'entendent au-delà de la rue ! Le centaure ne peut repartir d'où il est venu.  

Retour au dialogue. Ce jour là, une personne qui habite dans les environs depuis 1 an et que j'ai connue en Auvergne est présente.

 

- je reçois l'image d'un centaure, en es tu un ?

- R : oui

- pourquoi te manifestes-tu ici ?

réponse en image :  l'homme-annimal est enchainé et furieux (c'est puissant)

- même pas peur... euh quoique surprise que tu sois là.

Silence. J'observe, et me demande, "c'est bien gentil tout ça, mais qu'est ce que je peux y faire ?" Je ne suis pas responsable de ton état, si ? Et un centaure, ça devrait être assez puissant pour casser ses propres chaines ?

- R. :  Aide

- as tu besoin d'aide ?

- R. : oui

- Alors là, ça m'échappe, comment puis je faire pour t'aider à te libérer si tant est que ce soit possible ?

je fis silence en moi, sceptique au début, puis neutre, attendant la suite.

 

L' amie me propose son soutien ; "à 2, ce serait plus puissant ?" ; nous demandons alors la libération du centaure, avec son consentement, visualisons l'éclatement de ses chaînes et son retour d'où il venait. Merci.

Fin définitive des coups violents et retour à un à un repos salvateur.

Fin de l'histoire (pensais-je alors). Sauf que, quelques mois après avoir oublié l'incident, au cours d'une promenade, je ressens la présence d'un centaure, cette fois dans une ancienne forge transformée en musée. Je pris acte, non sans le saluer silencieusement. Je me garde cette fois d'intervenir.

 

*****

 

Tout ce tohu-bohu n'est-il qu'une manipulation transdimensionnelle ? Un autre caillou blanc de ma supra-conscience ?

(Bim, re-conscientisation : dans le jardin, des petits cailloux d'un blanc pur m'intriguent ;  j'en ramasse des poignées et les dispose ça et là, "pour faire joli". Ben voyons !)

La réponse est oui, je retrouve là les éléments du puzzle, "personnifié" si je puis dire, par le centaure :

- hybridation de l'homme-animal : analogie avec la modification génétique de ma constitution initiale ?

l'idée que des êtres puissent avoir été modifiés génétiquement et qu'en soient résultés des hybrides ne m'est pas incongrue, qu'il soit tombé dans cette densité non plus. Par analogie, mes gênes ont certainement été manipulés, ma conscience bridée. Possible(s) implant(s). Le chemin est long pour se reconstituer et déjouer/dénouer le complot d'enfermement. Qui sait, j'y ai peut-être été acteur sur d'autres plans.

Intuition. Je ne m'attarde pas sur la libération de cet être, je ne sais trop quoi en penser, si ce n'est que l'approche est SDS, les alters sauveuse et victime s'en étant mêlé. (Aller va, pour ma décharge, l'élan est bien un peu SDA ?)  J'en conscientise du coup des miasmes en écrivant, et poursuit la déprogrammation.

 

- centaure :

"sans torts". Vraiment ? Quelles sont mes parts de responsabilité dans ce que j'ai vécu de souffrant, d'aliénant, d'entropique ? dans cette vie et sur d'autres plans. Accepter mes choix, mes expériences, leurs conséquences, se désidentifier et déprogrammer les émotions énergivores :  culpabilité, déni, souffrance, joies excessives...

 

La force de l'hybride : je l'ai au fond de moi, n'est ce pas, puisque je suis encore en vie, alors que "j'ai" /l'alter victime a pensé quitter ce monde à plusieurs reprises.

 

- La patte arrière gauche du centaure (symbolisme inversé) :

mon féminin enchaîné, en furie et demandant à être libéré du masculin (mémoire d'esclave enchainée (texte : petits cailloux blancs de mon soi supérieur) ; le  nom de ma rue (mes pas vers le réseau Léo). Le centaure est mi-homme, mi-cheval. Mon signe astrologique est taureau.

 

- furie :

Dico étymologique du français : du latin furere : "être hors de soi, égaré, fou". (Note perso : fractalisée)

Dictionnaire Littré qui en dit très long, entre autres :

"Terme de polythéisme gréco-romain :  nom des 3 divinités infernales qui tourmentaient les méchants (...) encore la mythologie ! (texte : petits cailloux blancs de mon soi supérieur) ; "mouvement violent et impétueux d'un animal irrité. Le lion en furie". Le lion : le Léo en allier.

 

- Les coups sur la structure de la maison :

La maison, symbole de ma bulle de perception, encombrée d'innombrables programmations dont j'en déballe les cartons ! Ma supra-conscience frappe de plus en plus fort, la dormeuse doit se réveiller, même si elle est fatiguée. Elle doit s'alléger de ses programmations tout autant que de ses cartons. C'est en cours.

 

- l'amie présente ce jour là :

D'avec qui j'ai rompu toute relation quelques temps après. Je me sens vidée en sa présence. Pourquoi l'aider à l'excès, tant amicalement que financièrement, jusqu'à ce que mon compte bancaire atteigne des débits alarmants. Je m'en rends compte, mais suis incapable d'arrêter l'hémorragie énergétique. Actrice et prise au piège d'une situation énergivore. Effet miroir et sans Connaissance pour le comprendre, je ne reconnais pas la prédation à l'œuvre. Entrée, plat, dessert : l'alter victime-sauveuse et son ingérence cherchant à se donner bonne conscience, culpabilisant et souffrant des possibles manques de cette personne. Projections inconscientes.

 

Tout rentra dans l'ordre dans l'année, non sans avoir allégé et procédé à un tri dans mon environnement matériel telle une tornade. Puis je rendis légitime mon surnom, Sylfaen : "fondations" en langue celtique, l'apprendrai-je plus tard. Se (re)construire intérieurement (être) avant de faire. 

 

- le manque de confiance en moi :

un des outils de la prédation. Demande une vigilance accrue de l'alter atteint, et de dire STOP à ce jeu séparatif. J'en saisi l'urgence de déprogrammer cet aspect, sans tomber toutefois dans le piège opposé, la suffisance, fermant la porte à l'enseignement.

Participer ainsi à la consolidation de la connexion avec mes instances supérieures.

 

*******

 

Les petits cailloux blancs ramassés ça et là dans mon jardin ne sont plus désormais si insignifiants. Ils symbolisent le rappel de l'observation sans relâche nécessaire dans l'apprentissage des signes envoyés par ma supra conscience.

 

Hélène indiquait son mot d'ordre pour sortir de l'imaginaire du monde des alters : "respire". Je choisis "Pause ; caillou blanc".

 

Sylfaen (cénacle 56)

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0