Je garde le cap ! par Larysa

 

Bonjour à vous tous,

 

Il ne fait pas trop de temps qu’on s’est laissé mais ce peu de temps à apporté une myriade de choses inattendues, dans le bien et le mal.

Mon choix de continuer à me mettre en jeu reste fixe comme un centre magnétique qui ne se détourne pas avec les affaires de la vie quotidienne, mais mon âme continue à se trouver devant beaucoup de souffrances.

 

Si j’essaye de faire un bilan des pas qui pourraient me rapprocher à l’Aude, me permettre de prendre le billet pour monter sur le train, et d’autres pas qui me tiennent cloué ici, on voit que je continue à être déchirée avec les jambes écartées comme dans l’image qui était apparue lors de mon séjour dans l’Aude.

 

En positif, il y a la vente de la propriété qui devrait bientôt se formaliser. Même si tout reste encore dans l’air avec des promesses, car rien de signé, je sais que cela arrivera bientôt. Mais, l’univers ne me donne encore pas un scenario léger et libre du poids financier car il reste à devoir soutenir 2 ou 3 loyers impayés et un compte bancaire très mince qui arrive à permettre les prélèvements mensuels pour payer services d’eau, électricité et impôts, mais laisse peu pour le reste. Mais grâce à votre travail des vidéos qui traitent le sujet, j’observe que je dois encore me détacher pour voire le message plus profond, sans tomber dans le piège de vibrer continuellement la peur de manque d’abondance.

 

Dans le bilan moins positif - dans le sens que cela m’est lourd et me mets devant un tableau émotivement difficile - il y a la perte de mon binôme Italien, Loredana… Cela fait encore mal car on semblait tellement en fusion. Je continue à réfléchir sur les faits de la traduction qui nous ont mené à nous séparer. La traduction en effet joue un rôle important dans ma vie quotidienne car elle m’aide encore à me soutenir… Je viens de conclure une thèse et autres petites choses, et suis à plus que la moitié de votre projet en anglais mais je vois que j’avance lentement car il y a une réelle dispersion d’énergie. Il reste le fait que j’aime ce travail et que la communication est un aspect qui joue un rôle très important dans ma vie, que cela soit verbal ou par écrit.

 

La difficulté en ce moment est ma tête qui est prise par nombreux challenge qui sont apparus dans ma vie.

Pour retourner au film de ma vie en date du retour de l’Aude, 12 janvier, le jour où ma maman, Viera, est venue me chercher à l’arrêt du bus pour m’aider avec tous les sacs que j’apportais et que ne n’arrivait pas à déplacer toute seule car ils étaient lourds et nombreux et ralentissait mon avancement sur le chemin. Ce jour-là, selon Viera, était son dernier en bonne santé. Elle semblait avoir pris une mauvaise influenza… Mais un mois après rien n’allait mieux. La seule certainté était qu’elle ne voulait absolument pas aller à l’hôpital ni voir de médecins. Morale de l’histoire, en fin février on arrive (mes enfants, frère et moi) à la convaincre de voir un médecin et les premiers jours de mars, elle va voir le docteur à l’hôpital qui ne la laisse plus sortir. Elle y restera jusqu’à hier. Viera avait 2 l de liquide dans son poumon gauche qui compromettait sa respiration et changeait sa voix en l’empêchant de parler. On sait aujourd’hui que cela est un adénocarcinome et on essaye de voir comment elle peut se remettre car elle est mince comme un clou.

 

Les miroirs de fierté, d'être têtu comme tout et de ne pas être à l’écoute de soi sont sortis et me hantent. Aussi les doigts qui pointent vers le fait que je suis très égoïste en allant en France et partout pour des mois sans comprendre les difficultés d’une femme, ma maman, qui vit seule et est toujours seule. Beaucoup de culpabilité dans l’air en ce moment.

 

En parallèle, mon frère, qui est rentré du Vietnam, où il travaille, pour venir ici à aider sa mère lui a couté le travail… Dans son cas aussi, j’observe la pression financière incroyable de la part de sa famille actuelle et son ex. Cet autre miroir du mercenaire qui encaisse n’importe quoi et fait dix mille compromis pour être esclave de quoi ? D’excuses qu’il se donne pour garantir un futur à sa famille etc, etc… Le miroir m’enseigne tellement clairement la leçon de rester centré sur les propres choix, mais en même temps, cela touche des cordes humaines très profondes car j’ai passé par là aussi.

 

En bilan difficile, mais qui apportera vers une liberté un jour, il y a aussi deux des trois chiens qui me semblent avoir des problèmes de santé. Je les observe et essaye de lire les messages. La santé de beaucoup de personnes et animaux en ce moment est vraiment faible et je note que je suis entourée par maladies et accidents partout.

 

Donc si d’un côté mon histoire Provençale, que l’hôtel à Torre Pellice m’avait préannonce, avec la rue Arnaud (mon agent immobilier) peut se conclure pour résoudre un aspect d’attachement et me faire avancer, les autres attachements, à Loredana, à ma mère, mon frère, les chiens sont encore en lente évolution et demandent d’être observés, vécus et assimilés. Pour moi, en ce moment, cette question de l’attachement sonne très fort.

 

La note positive est que ce beau et intensif voyage continue. Seule et en partie ensemble avec vous, je sens que votre projet reste le seul à pouvoir travailler continuellement sur le propre choix de l’âme.

 

S’il y des conseils ou des messages pour m’aider à voir comment me repositionner sans avoir jambes et bras écartés et pour ne pas perdre le train en course, j’apprécie cela.

A bientôt

 

larysa

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    damargi (vendredi, 22 mars 2019 23:19)

    Coucou Larysa

    Comme le dit le titre de ton partage garde le cap et continue de surfer sur la vague. Les épreuves sont toujours à la hauteur de ce que l'on peut supporter et surtout elles signifient bien que tu progresses sur ton chemin. L'ange sait par où tu dois passer pour trouver l'équilibre. Alors notre conseil est; décroche l'élastique avec lequel tu as sauté dans le vide, car décider c'est trancher. Concernant l'attachement qui génère en ce moment dans ta vie de la culpabilité, rappelle toi que chacun est responsable de lui même et de ce qui lui arrive.

    A MOLTO PRESTO

  • #2

    jeanluc44 (lundi, 01 avril 2019 18:28)

    Bonjour Larysa.
    Je suis actuellement en train de visionner la vidéo : décider de notre nouveau monde. J'aurai beaucoup de choses à te dire concernant ta situation qui, en apparence, paraît difficile à vivre.
    Attention !!! Dans ce que je vais écrire, il n'y a aucune volonté de nuire, blesser ou contredire qui que ce soit. Moi, je te livre mon opinion un peu brut de décoffrage. Mon signe astrologique est le Scorpion dont la planète majeure est Mars. Les Martiens ne sont pas diplomates, ils sont souvent militaires (je suis un ancien militaire). La partie du corps humain concernée par Mars est la tête, et dans ma jeunesse j'ai eu un accident de cyclomoteur avec traumatisme crânien.
    Tout ça pour dire et répéter que l'Astrologie nous donne énormément d'indications sur qui on est.
    Maintenant, pour en revenir à toi, voici mon ressenti :
    Arrivé à la minute 47 de la vidéo, j'ai le sentiment que personne ne t'a donné de solution pour émerger.
    Pour moi, ta situation actuelle est dû à plusieurs causes:
    - le fait que tu te victimises est le symptôme qui révèle que tu es victime de la programmation gauchiste qui submerge l'occident.
    - Il y a des fondamentaux que tu as oubliés:
    La conscience est l'unique réalité. Je répète : la conscience est l'unique réalité.
    Le subconscient est en contact permanent avec l'univers quantique, c'est à dire l'univers qui est la cause du monde matériel et évènementiel de 3D.
    Le subconscient ignore le bien ou le mal. Une croyance engendre toujours un ressenti. Un ressenti prolongé devient un état d'être et un état d'être prolongé devient une personnalité. Le subconscient, qui n'est pas sélectif, n'a de cesse de manifester les évènements qui correspondent à la signature énergétique émise par ta personnalité.
    As tu bien examiné toutes tes croyances?
    Un être humain fonctionne à 95% au subconscient. Les 5% de conscience qui reste servent simplement à choisir de succomber ou non aux pulsions subconscientes.
    Le monde qui nous entoure est un monde construit par le subconscient collectif (ou inconscient collectif).
    La principale conséquence de tout ceci est la suivante :
    On ne peut pas avoir ce que l'on n'est pas. Si tu veux vivre l'abondance, alors fait comme si tu étais déjà dans l'abondance.
    Il faut absolument faire abstraction des apparences et cesser de voir le bien et le mal partout. Tout est bien, chaque être humain joue parfaitement son rôle puisqu'il n'en est pas conscient. Les épreuves doivent être prises à la rigolade, car une fois que l'on a compris que notre société n'est là uniquement que pour le contrôle mental afin que les humains ne se rappellent pas qu'ils sont Dieu incarnés dans la matière.
    As ton avis, à quoi servent les médias? mais à programmer l'inconscient collectif pour que les masses manifestent elles même les évènements désagréables du quotidien.
    Reprogrammer le subconscient est une chose ardue qui demande beaucoup d'énergie. Il faut clairement focaliser le mental sur l'objectif souhaité et s'y tenir quoi qu'il arrive. Comme le dit Wallace Wattless, c'est le travail le plus dur au monde. Il faut que le mental soit concentré comme un rayon laser. C'est facile à comprendre mais difficile à réaliser.
    Pour se convaincre que l'objectif est déjà atteint, il faut remercier sans cesse. le remerciement à la Conscience permet de garder un niveau de conscience plus élevé que celle imposée par les apparences et permet de renforcer sa foi dans la réalité actuelle de l'objectif souhaité.
    Bon, je crois que j'ai fini. je te conseille de rechercher sur Youtube la traduction du livre de Neville Goddard : le secret est dans le ressenti.
    Si tu me demandes si cela a marché pour moi, je te répondrai que oui.
    Amitiés
    Jean-Luc

  • #3

    omayo (mercredi, 03 avril 2019 16:21)

    Bonjour Larysa, il me semble que la voie SDA est un potentiel universel qui peu se vivre ici ou là bas; tout le monde n'est pas appelé à vivre dans l'Aude pour autant ; il doit bien etre possible d'etre en contact étroit avec les Léos sans pour autant déménager pour ceux qui se sentent en harmonie avec l'endroit où ils se trouvent comme cela est mon cas.
    Je pense qu'aider sa mère malade est le comportement le plus naturel au monde; etre détaché ne veut pas dire fuir les gens; j'ai vécu moi meme avec ma mère les dix dernières années de sa vie, sans etre attachée; c'est elle meme qui m'avait appris le détachement tout au long de sa vie; je n'ai jamais versé une seule larme de tristesse lorsqu'elle est partie, car j'avais en moi ce sentiment que notre attitude avait été juste tout comme son départ aussi ...l'harmonie... et tout va bien; en tous cas pour moi ,c'est ça le détachement. Si rien ne va plus dans nos relations ,peut etre que là on peut tout quitter; mais l'entr'aide est une capacité propre à l'humain et n'est ce pas cela aussi etre au service d'autrui (SDA)?

  • #4

    Genevieve M. (vendredi, 05 avril 2019 06:36)

    Bonjour LARYSA
    Depuis ta première apparition sur le Réseau Leo, je suis fascinée par ton visage et ton prénom , que j’entends toujours comme cette épice d'Afrique du Nord , l'HARISSA
    ( originaire de Colombie, elle fut amenée en Tunisie par les Espagnols, rappel pour moi de mes origines en partie espagnoles et de mon enfance en Algérie et Maroc....)
    En arabe , le mot vient je crois du verbe "écraser, piler" et en même temps cette épice sert à relever les plats! Du coup dans ce nom de LARYSA/ l'HARISSA s'entremêlent pour moi l'énergie de l'écrasement mais aussi celle du relèvement .
    C'est tout ce que je te souhaite , en remerciement du cadeau que tu fais en exposant les méandres les plus secrets de ta vie personnelle.
    Gène Vie Ève (56)

  • #5

    larysa, la-risa ou harissa? encore à la découverte (samedi, 06 avril 2019 22:11)

    Un grand et gros merci à tous ceux qui ont donné leurs commentaires - ils m'aident à re-voir les événements d'angles différents, avec plus de distance, une sensibilité differente qui semble ouvrir à un nombre de possibilités.
    Donc d'où commencer? ....comme mentionné dans la video, je me concentre sur rester alignée, sur l'etre honnete avec moi meme, et à avoir confiance que tout ce qui est en train de se défaire me sers pour avancer.
    J'accepte que maintenant c'est le lavage de la machine à un cycle de 100 degrées car en ce moment je sens qu'il est temps d'aider qui m'a été proche sachant que cela sera pas une promenade.
    Je confie dans le fait que si tout bouge si vite et intensivement, cela veut dire que je dois renforcer ultérieurment mon choix et ma capacité de mieux détecter les predateurs pour finalement pouvoir etre la "la-risa" qui sourit et peut se mettre au service de l'autre en partecipant activement à l'écoléo.

    Je vous salue...mais je rentre à faire mes devoirs et à apprendre encore de lecons car il y a quelque jours que mon portable m'a abandonné et les gouttes de pluie, des derniers jours, m'ont apporté encore de petites infiltrations d'eau dans la maison...
    A' difference du passé, maintenant, ce qui me fait sentir complétement différemment est le fait de savoir que le groupe est là et cela me soulève et garde mon esprit vif.
    Je sens aussi que les jambes ne veulent plus etres écartées et sont en train de se préparer pour fair un saut...
    A' bientot