Questionnement d'Alicia-Atmaja suite à son histoire du sanglier

Suite à l'histoire du sanglier

 

J'apprends ce jour que mon voisin est astreint par jugement du 17/05 à me restituer le chemin d'accès à ma maison, ce qui a pour effet de me libérer car je vais enfin pouvoir la mettre en vente ou en location, et la quitter, pour me mettre à marcher, découvrir, rencontrer, trouver un petit endroit où poser une maison en bois, et continuer cette vie qui s' allège...

Est-ce là le résultat du travail de conscience réalisé avec "mon" prédateur ?

 

Ou bien est-ce simplement la justice humaine qui reconnaît l'abus de ce Mr Sansous ?

 

Je ne sais... et vous, que pensez-vous de ce retournement de situation, matérialisée en 2012 et dont l'échéance maxi est le 17/7/2017 (date limite pour enlever la clôture qui me privait de l'accès chez moi) ?

bises amicales.

 

Alicia-Atmaja (cénacle dépt 32)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Johannes (samedi, 08 juillet 2017 20:34)

    Bonjour Alicia-Atmaja,
    Si je me posais ces questions, je chercherais à observer mes différents états intérieurs. Suis-je sous l’emprise de la Prédation dans mes pensées, mes émotions ? Y’a-t-il de la réaction en moi ? Des peurs ? De la sérénité ? Des évidences ? Quelles croyances sont touchées ?
    Et puis je me souviens que tout est lié, intérieur et extérieur, donc justice humaine et travail de conscience avec la prédation, toi seul peut savoir s’il y a un leurre ou si tu récoltes les fruits d'un réel travail accompli. "On reconnait l'arbres à ces fruits." Tu peux observer les fruits. Et c'est en ton for intérieur que tu as (ou auras) la réponse. (Car parfois, il est nécessaire de creuser plusieurs couches avant de la découvrir, cela peut nécessiter d'aiguiser l'acuité et faire preuve de patience...)
    Et peut-être que lorsqu’on s’ouvre à soi-même sans jugement et qu’on accueille tout, alors toutes les barrières s’enlèvent… ?
    Bien cordialement