Question 69 - Pourquoi les Cathares ont-ils été exterminés ?

Finalement, je reviens à cette question de base. S’ils étaient en possession des connaissances nécessaires, n’auraient-ils pas pu éviter cela et réaliser le « grand œuvre » ? A moins que leur but était de prêter allégeance à l’humanité jusqu’à la fin du cycle pour qu’elle ait le choix de se libérer et que, entre-temps leur mise à mort était inévitable, simplement parce que le cycle n’était pas terminé et les temps de libération et de révélation (=Apocalypse) n’étaient pas encore arrivés ?

 

Je crois qu’ils avaient connaissance du système de contrôle et de la prédation, d’où leur « renoncement ». Mais leur principe initiatique, était-il au point ? Est-ce que le fait de refuser de se convertir à l’Église catholique, par exemple, était vécu comme une opposition réactive ? ou une affirmation neutre ?

 

Quoiqu’il en soit, pour une raison ou une autre, ils avaient besoin de faire cette expérience. Leur prophétie en témoigne : « dans 700 ans, le laurier reverdira. » Aujourd’hui, que peut-on apprendre de leur éradication d’antan ? Ont-ils fait des erreurs que nous pouvons connaitre pour éviter de suivre la même destinée aujourd’hui? Qu’en pensez-vous ? Au plaisir de vous lire !

 

Johannes avec la participation d’Emma

 

En complément à la question… En lisant les deux articles ci-dessous, je me rends compte que ce qui nous attend est particulièrement préparé. L’étau a été soigneusement apprêté. Je vois que le système de contrôle par la technologie 3D actuelle a pris une ampleur ahurissante et est tellement plus efficace que la Gestapo. Si l’holocauste a été une répétition générale comme l’affirme les Cassiopéens de Laura Knight, mon prédateur est inquiet et moi je brûle d’exercer mon libre arbitre de manière libératrice.

 

 


Réponse de l'équipe LEO :

 

Sand & Jenaël :

 

Qu'est-ce qui vous fait croire que les Cathares n'ont pas réalisé le grand œuvre, du moins certains d'entre eux ?

Il est donc question de ne pas se fier aux apparences. En effet, si nous croyons que l'histoire est écrite par les vainqueurs, nous ne voyons assurément que du feu. Car il n'y avait ni perdants, ni gagnants, il n'y avait que des psychopathes arrogants, comme aujourd’hui encore, qui "se prenaient pour les vainqueurs".

 

Beaucoup d'initiés Cathares sont allés sur le bûcher en chantant… Pourquoi cela ? Simplement parce qu'ils avaient déjà réalisé le grand œuvre. Ils se moquaient de ces gens de pouvoir, ces rois et ces papes vaniteux et ignorants. Ce sont ces mêmes âmes (Cathares, Templières, Cagotes) gardiennes de la Connaissance, qui sont incarnées actuellement, 700 ans après, et qui toujours s'en souviennent !

 

Leur but était effectivement de préserver le secret de la Connaissance jusqu’à la fin des temps (la fin du cycle). Ils se sont "sagement" contentés de se réincarner jusqu’à aujourd’hui, en passant parfois par des processus de mort apparemment effroyables, pour qu'ils puissent offrir à l'humanité, la possibilité de transiter comme eux en 4ème puis 5ème densité. Ils se sont donc laissés brûler pour que les quelques puissants "prédateurs" de ce monde, ne puissent pas corrompre la Connaissance avant l'heure, ou utiliser certains savoirs à des fins de pouvoir.

 

Les "Cathares initiés" ont donc effectivement prêté allégeance à l’humanité jusqu’à la fin de ce cycle, pour qu’elle puisse avoir en toute connaissance de cause le choix de se libérer.

 

On peut donc dire, du moins pour certains d'entre eux, que leur principe initiatique était parfait. Certains Cathares convertis à l'église de Rome, ont même été en quelque sorte des agents doubles dans les églises, les temples… Ils "rayonnaient" simplement leur fréquence de résonance, pour que d'autres gens puissent en bénéficier.

 

Les porteurs de la croix de Caïn subsistent désormais dans toutes les confessions et milieux. Ils n'ont alors pas fait d'erreur, ni même jamais été éradiqués.

 

Au contraire, le véritable enseignement christique dont ils étaient les gardiens tout au long de leurs réincarnations, émerge actuellement. Ils ont donc bel et bien au nez et à la barbe du corpus prédateur, réussi leur mission d'incarnation !

 

Assurément, ce qui nous attend est particulièrement préparé. Et comme vous le dites, cet holocauste, l'étau sur l'humanité, a été soigneusement apprêtée par les prédateurs. Mais aucun système de contrôle par la technologie 3D, même si elle est d'une telle ampleur, ne peut empêcher l’émergence de la vérité et de la Connaissance.

 

Les Cassiopéens disaient bien que la Connaissance protège ! Et beaucoup parmi nous, sommes en train de l'appliquer et de la diffuser. Et c'est en cela que la vie et le processus de mort reste une initiation, une extraordinaire aventure, n'est-ce pas ?

 

Que la quête continue !

 

 


Hélène et David : 

 

Il se trouve que votre question correspond exactement à la thématique sur laquelle nous sommes en train d'écrire en fin du Chapitre IX et qui vient clore les aventures en terre cathares et cagotes !

Cette question est l'occasion pour nous de faire un petit exercice par rapport à la linéarité du temps qui fige nos croyances… Nous dévoilons donc ici la conclusion (un peu réarrangée) du triptyque VII, VIII et IV. Les deux derniers chapitres ne sont à cette date effectivement pas encore publiés.

 

Voici le passage :

 

L’œil de l'Onde et les fins de civilisation

 

Au cœur de la population occidentale profondément lobotomisée, des individus secoués par l'approche de l'Onde, réunissent toutes leurs forces et leur courage pour comprendre la véritable nature de leur existence terrestre. Certains parviennent à conscientiser les répétitions d’événements clés tout au long de l'histoire de l'humanité, mais aussi les syndromes récurant des fins de civilisation. En analyser les signes avant-coureurs leur permet de comprendre comment "utiliser" cette puissance cyclique phénoménale dans le sens vertueux.

 

Nous assistons aujourd'hui à la mise en scène de guerres contre le terrorisme aboutissant à une diabolisation de la communauté musulmane. Ne revivons-nous pas le même scénario que celui actif lors des persécutions des Sorcières, des Cagots, des Cathares, des Templiers, des Juifs ? Méfiance de son voisin, dénonciations, suspicions, individualisme, ne sont-elles pas des qualités propres à ces époques que l'on nous incite à développer à nouveau son couvert de notions de citoyenneté et de sécurité publique ?

 

Pourquoi un tel acharnement contre le bouc émissaire ?

Comme nous l'avons vu, une partie du plan est d'évincer le bouc androgyne porteur de la Connaissance Primordiale (allusion au Baphomet des Templiers), mais l'autre partie, encore plus insidieuse, est de cacher l'évidence (ou en tout cas retarder sa découverte) par un grand feu d'artifice ! Diriger l'attention des gens vers ce que leur dictent leurs écrans, alors que derrière eux arrive un raz de marée apocalyptique, est une ruse profitable au cartel SDS (Service De Soi).

 

Cette stratégie a eu lieu de nombreuses fois. Par exemple, la chasse aux sorcières fut montée de toutes pièces par les autorités religieuses afin que le peuple ne se pose pas de question par rapport à l'arrivée subite de maladies mortelles et contagieuses, ainsi qu'au déchainement des forces terrestres et cosmiques. En faisant régner la terreur (tout en se faisant passer pour les sauveurs), ils s'assuraient que la plupart des personnes engluées dans leurs peurs et leurs programmes – consistant à voir chez le voisin un démon responsable à sacrifier – n'allaient pas remettre en cause la suprématie du Dieu unique et risquer d'accéder à la Connaissance.

L'histoire se répète, mais avec la spécificité actuelle que nous arrivons à la fin d'un grand cycle, à la fin d'une civilisation.

 

Et chaque grand basculement de ce genre est caractérisé par une phase alchimique type Œuvre au Noir géante.

 

En terme de conspiration gouvernementale et multidimensionnelle, ce qui attend ceux dont le futur suit la logique de l'autruche et de la reproduction, est bien plus sophistiquée qu'au Moyen Age, puisque les événements se répétant, le Nouvel Ordre Mondial (le siège, pourtant pas nouveau, des alliances entre 3D SDS et 4D SDS) a acquis de l'expérience en dissimulation de stratégies, manipulation mentale, système de détention discret (car souterrain)…

Donc effectivement, le savoir et la technologie déployés par les Maîtres de l'entropie nourrissent un plan parfaitement anticipé et ficelé. D'un certain point de vu, c'en est terrifiant.

 

Mais le guerrier en quête de connaissance, a lui aussi acquis de l'expérience grâce à la résurgence de ses mémoires karmiques et surtout grâce à la compréhension profonde de celles-ci. En tirant les enseignements que lui communiquent ces autres lignes temporelles, il se reconnecte à ses autres moi (les initiés détenant le Secret) avec qui il entre en lien d'autant plus facilement qu'il intègre le sens de chaque épreuve du quotidien. Il prend conscience que sa survie dépend de son apprentissage à VOIR les interactions entre les mondes qui l'entourent.

 

Il devient alors l'électron libre ne pouvant plus s’insérer dans les cases de l'anticipation et des calculs des puissances destructrices de la Matrice. Car au fur et à mesure de ses aventures, il découvre la clé : la machination satanique qui gouverne notre monde n'est en aucun cas à combattre, mais au contraire elle nous offre, par l'Œuvre au Noir, l'occasion d'un démantèlement total. La déconstruction de nos croyances sclérosantes est nécessaire pour transiter par la gueule du Serpent vers une 4D puis 5D SDA, et elle n'a lieu que par l'intégration consciente des interactions avec le prédateur.

 

C'est ainsi qu'en prenant de l'altitude par rapport aux "jeux alimentaires" constituant la règle du jeu de 3ème densité, l'apprenti s'en extirpe petit à petit. Par une volonté de lion lui permettant d'appliquer ses compréhensions, il VOIT le manège, sort ainsi des règles de ce manège et devient de moins en moins "mangeable".

 

Les mondes qui nous entourent sont constitués des divers espaces-temps dans lesquels nos autres moi évoluent. Et comme ces sphères-là ne sont pas soumises aux règles du manège de 3D, le temps n'y est pas linéaire ; les boucles temporelles des fins de civilisations de Thulé, de l'Atlantide et de la Lémurie se superposent ainsi avec la nôtre.

 

Plus l'épicentre de l'Onde de changement se rapproche, plus nous développons la capacité de nous connecter aux moi des autres dimensions et densités. Ce phénomène atteindra son apogée lorsque nous serons dans "l’œil" de l'Onde. L'alignement exact de ces différents univers donnera lieu à la formation d'un trou de ver (la gueule du serpent) qui permettra la fusion des différents moi ainsi que des polarités sexuelles. Toutes ces connaissances réunies provoqueront un bond quantique vers LA Connaissance, permettant à son tour une transition vers la densité adaptée à notre niveau de conscience.

 

Ce n'est évidement pas un tour de passe-passe magique mais bien un processus alchimique de longue halène qui demande une préparation acharnée pour avoir une chance de réaliser le Grand Œuvre au moment propice.

 

Depuis des millénaires des apprentis se consacrent à la 4ème Voie, et c'est grâce à ces "ouvreurs de voie" que "l'En-Quêteur" propulsé par l'approche de l’œil de l'Onde, même si il se retrouve dans une jungle, peut retrouver le chemin que s'étaient frayés les anciens. Ces anciens sont les initiés des groupes de personnes persécutées dont nous avons parlé. Ils ont œuvré, par la conscience aiguisée qu'ils posaient sur chaque évènement se révélant dans leur bulle de perception, à dévoiler voile après voile au sein de leur génome, les informations léguées par leurs ancêtres ayant eux-mêmes appris à "surfer sur l'Onde" lors des fins de civilisations précédentes. La part génétique Thuléenne, Lémurienne, Atlante porteuse de ces informations SDA a donc survécu au travers de ceux, qui dans l'actuel cycle d'humanité, ont parcouru cette 4ème Voie.

 

Don Juan parle aussi d'une connaissance obscure transmise précieusement par les sorciers depuis des temps immémoriaux jusqu'à nos jours :

 

"Don Juan m'expliqua qu'en utilisant la conscience accrue pendant des milliers d'années de lutte douloureuse, les sorciers avaient acquis des connaissances spécifiques dans le domaine de l'intention [manifestations de la Supraconscience], et qu'ils avaient transmis ces pépites de connaissance directe de génération en génération jusqu'à aujourd'hui. Il me dit que la sorcellerie avait pour tâche de rendre compréhensible, au niveau de la conscience de tous les jours, cette connaissance apparemment obscure."

Carlos Castaneda, La force du silence, p.13

 

Alors, pourquoi, ces initiés ayant accès à la Connaissance n'ont pas pu en faire usage pour éviter tous ces massacres ?

 

Les Sorcières ou Sorginak, autant que les Cagots, Jacques ou Cathares, dans leur démarche SDA, ont œuvré à sauvegarder et transmettre cette Connaissance Androgyne Sacrée. Bien qu'ayant été efficacement contrés, certains sont tout de même parvenus à effectuer suffisamment de déprogrammations pour transiter (lors de leur exécution ou en d'autres circonstances) vers d'autres dimensions. Mais il n'était pas encore temps de délivrer cette sagesse au grand jour… En d'autres termes, la Loi Universelle s'imprimant en leur génétique, leur interdisait de révéler la Connaissance.

 

Certain initiés résidant cependant dans des mondes parallèles attendent (tel que le relate Jenaël dans la vidéo "La Momie") le moment clé pour accomplir le Grand Œuvre, c'est à dire le moment du passage de l'Onde qui correspond à une transition à grande échelle. Cette transition à grande échelle donne lieu, comme l'illustre la métaphore de Gurdjieff par rapport à la prison, à une mise en commun des outils nécessaires à l'évasion. Et comme nous le savons, lorsque plusieurs personnes (ou autres moi) travaillent de concert, l'énergie déployée s'avère exponentielle.

 

Et c'est actuellement, en ces temps apocalyptiques (apocalypse signifiant "révélation" ou "retrait du voile qui cachait la chose") que dans l’œil de l'Onde, les êtres de différentes dimensions et densités pourront fusionner avec leur partie humaine évoluant en 3D pour retirer le voile qui cachait la chose, autrement-dit le voile de programmation derrière lequel se cache le prédateur psychique !

 

En cette fin des temps linéaires, par l'alchimie au sein du creuset qu'est le ventre du serpent, nous avons la possibilité d'accéder à l'espace-temps non-linéaire. Cette reconnexion interdimensionnelle va de paire avec le dévoilement de nos origines multidimensionnelles au sein de notre génétique. Toutes nos parties Abgal, Gina'Abul, Urmah, Amasutum etc. seront alors en mesure d'exprimer leur plein potentiel évolutif au sein de la conscience qui nous habite.

 

Donc toutes résurgences de mémoires d'inquisition Cathares, Templières, Cagotes, sorcières, ou tout type de mémoires d'esclavage, qu'elles soient celles du bourreau ou de la victime – d'ailleurs avec un certain mérite pour le bourreau qui bien souvent ne se remet pas aussi facilement en question que la victime –, nous orientent vers nos origines ante-diluviennes, plus largement vers nos origines multidimensionnelles, et encore plus largement vers le Grand Tout.

 

Se laisser traverser par les mémoires qui toquent avec insistance à la porte, malgré les intenses déchirements de l'ego que l'Œuvre au Noir occasionne, permet à l'En-Quêteur de s'enrichir des clés qui se cachent derrière ses vies de persécution. Ces clés lui permettront, dans l’œil de l'Onde, d'accéder au potentiel évolutif universel (passant par la 4ème densité SDA) grâce à la fusion des lignes temporelles de l'apprenti (devenant alors initié).

 

Et pour qu'il y est leçon et apprentissage, il fallait qu'il y est expérience. Pour acquérir la maîtrise de la cuisine de l'âme, il fallait bien qu'il y est un fourneau nous permettant de retrouver toutes les astuces de la créativité et celles de la transformation et de la progression de la conscience. Il fallait que nous retrouvions le véritable "Art des Gens" après avoir baigné dans le pouvoir diabolique du dieu "Argent" qui paralysait nos intuitions et notre inventivité.

 

Certains groupes, certains courants incarnant chacun une variante de cette recherche de la vraie science, ont posé des jalons dans notre passé. Certains individus l'ont fait de manière discrète, le plus souvent anonyme, ne se rattachant à aucune couleur et se contentant de vivre intérieurement la gnose principielle sans la prêcher mais en en transmettant les messages codés pour le futur. Ce sont les adeptes de l'Alchimie et certains chamans, les druides aussi, qui bien que porteurs d'une identité culturelle, se fondirent dans les rangs du clergé catholique trouvant là le moyen de perpétuer secrètement le véritable ésotérisme.

 

Il est vrai que sous la pression de l'égrégore du service de soi, il était jusqu'alors difficile à toute initiative commune d'échapper au travers identitaire et au karma de lutte qui en découle nécessairement. Néanmoins, ces chemins collectifs et individuels ont préparé un mouvement plus ample. Dans les deux cas, les autres nous-mêmes (donc les êtres en quête de Connaissance : Cathares, Templiers, cagots, Sorginak...) issus de ces démarches ont traversé les portes de l'espace-temps. L'information qu'ils ont laissée de leur passage dans la matrice SDS (et au-delà), les ondes qu'ils ont produites se chevauchent. Elles sont rassemblées par nos consciences dans le présent du choix crucial qui se propose à nous. Ces pulsations inscrites dans notre espace-temps convergent vers la conjonction des temps dont nous sommes les témoins et les participants, afin de former un faisceau de lignes temporelles capable de se détacher de l'ornière SDS grâce à la force de l'oscillation qu'il développe.

 

Voici un extrait de l'ouvrage Aperçus sur l’Initiation (Editions Traditionnelles 1980)  de René Guénon qui décrit une des façons dont les ondes de la Connaissance et de l'initiation se transmettent au travers de la conscience sociale pour éclore le moment venu. Cet extrait est inclus dans un essai intitulé Le symbole de Montségur publié sur le site Chemins Cathares, essai qui a bien des égards fait écho à la thématique abordée ici :

 

" C’est au peuple qu’est toujours confiée la conservation des vérités d’ordre ésotérique qui autrement risqueraient de se perdre, vérités qu’il est incapable de comprendre, assurément, mais qu’il n’en transmet cependant que plus fidèlement, même si elles doivent pour cela être recouvertes, elles aussi, d’un masque plus ou moins grossier ; et c’est là en somme l’origine réelle et la vraie raison d’être de tout « folklore », et notamment des prétendus « contes populaires »."

 

Pour approfondir les thèmes de la gnose cathare et de la dimension eschatologique de leur message, on peut lire les articles de Alexandre Rougé, entre autres Unité, liberté, créativité, sur le site Les Éditions du Laurier. Cet auteur, à la suite d'un Déodat roché, d'un Antonin Nadal, d'un René Nelli, compulse et réunit nombre d'informations afin de perpétuer l'éclairage nécessaire sur ces sujets tabous. Car nous constatons que ceux-ci, malgré l'opprobre dont ils sont couverts, ne cessent d'amplifier leur résonance, tant sur le plan individuel que collectif, avec la ligne temporelle que nous vivons .

 

 * * *

 

Ainsi, comme vous le formulez dans votre question : "leur mise à mort était inévitable, simplement parce que le cycle n’était pas terminé et les temps de libération et de révélation (=Apocalypse) n’étaient pas encore arrivés. (…) ils avaient besoin de faire cette expérience."

Ces terribles expériences furent effectivement nécessaires afin de réaliser leur/notre nature SDA multidimensionnelle, tout en permettant à leur incarnation-ci (donc nous-même) de bénéficier du chemin initiatique parcouru, voire du Grand Œuvre déjà réalisé.

 

Bon cheminement à travers les mémoires Cathares !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0